Aller au contenu

Photo

nuit


  • Veuillez vous connecter pour répondre
21 réponses à ce sujet

#1 AURE

AURE

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 659 messages

Posté 22 janvier 2021 - 09:05

baldaquin
de la nuit
tu as sur l'épaule
la neige
la dune
le cri de l'oiseau
effrayé
l'horizon d'un baiser



#2 bɔētiane

bɔētiane

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 267 messages
  • Une phrase ::"Les mots sont une peinture des choses"

    boetiane.com

Posté 25 janvier 2021 - 07:56

cri de l'oiseau

          emportant le brin des apostrophes

   _brindilles et tarses

               fondues comme le superflu

 

      puis là

  le paysage qui se constelle



#3 AURE

AURE

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 659 messages

Posté 26 janvier 2021 - 11:23

quel commentaire réjouissant

 

tu vois toujours plus loin que

- les apparences

 

mieux

tu poursuis le poème

 

tu entres dans l'univers

sans blesser

sororité douce

 

merci à toi



#4 Grenade

Grenade

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 226 messages

Posté 26 janvier 2021 - 04:38

Merci pour vos propos Aure
Je me suis vraiment sentie
Jugée sur ce site que j'avais
Tant de joie à retrouver
Les mots font parfois tellement
Mal.
Pourquoi se montre-t-on si dur
Alors qu'on connaît le poids de
La parole?
Merci pour votre douceur.

#5 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 840 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 26 janvier 2021 - 07:38

"en poésie, c'est toujours la guerre", disait Mandelstam, cité par Henri Meschonnic à l'excès, sans doute. Il n'y pas pas, en effet, à se complaire dans cette ambiance belliqueuse. Mais on n'y échappe pas. Même la douceur des propos ne résout rien. On peut tuer avec beaucoup de douceur. Le poème pourtant s'extrait, indemne, de cette fange, parfois. Je chéris celles et ceux qui, contre vents et marées, défendent leur poème plus que leur propre personne. C'est presque la définition d'Aure, d'ailleurs.

#6 Grenade

Grenade

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 226 messages

Posté 27 janvier 2021 - 10:12

On peut aussi prendre les choses avec humour plutôt que de sanctionner...

#7 Grenade

Grenade

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 226 messages

Posté 27 janvier 2021 - 11:23

J'ai vu mentionnées nulle part les règles à respecter pour être un vrai poète.Mais j'apprends petit à petit....

#8 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 840 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 27 janvier 2021 - 07:11

Le mieux est de ne respecter aucune règle.

#9 AURE

AURE

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 659 messages

Posté 27 janvier 2021 - 08:44

la règle
elle est entre soi et soi(e)
le coeur la pensée la page
le travail la passion le sens
la probité
le mot la poésie

#10 Grenade

Grenade

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 226 messages

Posté 27 janvier 2021 - 08:44

J'aime bien vous lire vous tous,vous m'êtes étrangement familiers.
Merci.

#11 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 5 223 messages

Posté 30 janvier 2021 - 08:00

‘ Probité ‘ me gène un peu, en ce sens que cela connote une vertu morale. Or, la morale n’est pas l’objet de la poésie. Elle peut juste en être un sujet.

 

 

' La règle ', en poésie ? Cette parole, ce débordement, cet ajustement, cette aimantation, cette valence... qui ne prétend à rien  _



#12 bɔētiane

bɔētiane

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 267 messages
  • Une phrase ::"Les mots sont une peinture des choses"

    boetiane.com

Posté 30 janvier 2021 - 01:04

dans le trousseau des jours il y a

             la breloque

       la brindille

la métallurgie lourde

       l'organique mécanique

             son dé-règlement

   _et le pétale

 

 

Aure célèbre le pétale : )



#13 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 5 223 messages

Posté 30 janvier 2021 - 02:50

A propos de la ‘ règle ‘, difficile à dire qui célèbre quoi _

 

 

Il me semble que c’est le lecteur qui célèbre ce qu’il ‘ veut entendre ‘.

 

' dans la source '



#14 bɔētiane

bɔētiane

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 267 messages
  • Une phrase ::"Les mots sont une peinture des choses"

    boetiane.com

Posté 30 janvier 2021 - 09:40

je ne suis pas certaine d'avoir uniquement « voulu » entendre,

            dans la source

 

                        je cherche en moi . . ... pour te répondre au mieux, Hattie

 

« l'horizon d'un baiser » >>> grand final du texte, celui qui soudain surprend, qui finalement prend toute la place, et demeure (c'est le dernier mot perçu) >>> cette tonalité mais cet accent, présenté par Aure en cet endroit-même du poème.  Pas ailleurs.  Je ne l'ai pas déplacé.  J'ai ressenti l'intention.  Et ressenti l'émotion >>>  l'horizon d'un baiser, baiser suturant l'angle meurtrier.  Le pétale.  La nuit.  La neige.  Le pétale _célébré

                                        la pénombre

                                                  fermée à clef    ouverte / douce / drue

                             qui nous touche

                                       la joue

 

                                           _ce fondu

 



#15 Alfred

Alfred

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 665 messages

Posté 30 janvier 2021 - 10:23

Que faire des poèmes ?



#16 Alfred

Alfred

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 665 messages

Posté 30 janvier 2021 - 10:35

Que faire des poèmes ?



#17 AURE

AURE

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 659 messages

Posté 31 janvier 2021 - 12:03

Probité me gène un peu, en ce sens que cela connote une vertu morale. Or, la morale nest pas lobjet de la poésie. Elle peut juste en être un sujet.
 
 
' La règle ', en poésie ? Cette parole, ce débordement, cet ajustement, cette aimantation, cette valence... qui ne prétend à rien  _

bonsoir Hattie
la probité : honnêteté-intégrité
beaucoup d'auteur(e)s vont au bout de leur démarche poétique, de leur identité en écriture, évoluent, ne cherchant pas forcément à plaire mais à être dans leur authenticité d'être
pas de notion de morale
quant à la règle c'était un clin d'oeil à serioscal
merci pour ta lecture

"en poésie, c'est toujours la guerre", disait Mandelstam, cité par Henri Meschonnic à l'excès, sans doute. Il n'y pas pas, en effet, à se complaire dans cette ambiance belliqueuse. Mais on n'y échappe pas. Même la douceur des propos ne résout rien. On peut tuer avec beaucoup de douceur. Le poème pourtant s'extrait, indemne, de cette fange, parfois. Je chéris celles et ceux qui, contre vents et marées, défendent leur poème plus que leur propre personne. C'est presque la définition d'Aure, d'ailleurs.

wow
cri de ma joue qui a rosi
merci
;-)


dans le trousseau des jours il y a
             la breloque
       la brindille
la métallurgie lourde
       l'organique mécanique
             son dé-règlement
   _et le pétale
 
 
Aure célèbre le pétale : )

beau
oui c'est dit
le creux
entre le cou et l'épaule est un possible de tous les territoires
qui m'émeut
merci boé

Que faire des poèmes ?


bonsoir Alfred
en prendre soin telles des orchidées
avant les autodafés

#18 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 5 223 messages

Posté 31 janvier 2021 - 07:12

je ne suis pas certaine d'avoir uniquement « voulu » entendre,

            dans la source

 

                        je cherche en moi . . ... pour te répondre au mieux, Hattie

 

« l'horizon d'un baiser » >>> grand final du texte, celui qui soudain surprend, qui finalement prend toute la place, et demeure (c'est le dernier mot perçu) >>> cette tonalité mais cet accent, présenté par Aure en cet endroit-même du poème.  Pas ailleurs.  Je ne l'ai pas déplacé.  J'ai ressenti l'intention.  Et ressenti l'émotion >>>  l'horizon d'un baiser, baiser suturant l'angle meurtrier.  Le pétale.  La nuit.  La neige.  Le pétale _célébré

                                        la pénombre

                                                  fermée à clef    ouverte / douce / drue

                             qui nous touche

                                       la joue

 

                                           _ce fondu

 

 

Boétiane,

 

Je ne remets pas du tout en cause ce que tu as entendu   __ j’ai d’ailleurs aimé

Tu l’as fort bien célébré,   __ en tant que lecteur.

La célébration, d’une manière générale, pouvant tout autant être muette, silencieuse.

 

Ce que je relevais, ce que je relève, précisément, c’est la place (prépondérante) du lecteur, dans l’écho, l’éclosion, la révélation du poème. Du poème, en général.

Celui-ci, celui d'Aure,  en particulier.

 

‘ voulu entendre ‘ , en réfère au vouloir. Vivre est un vouloir. Lire est un vouloir. Écrire est un vouloir.., au-delà du simple prisme de l’art ou de l’urgence.

Vouloir est un acte. La poésie est un acte. Un acte-source (souffle / inspiration etc.

 

J’en référais, également, à la ‘ règle ‘, évoquée. Le poème s’extrait de ‘ la règle ‘.

Et s’il en a, des règles, parce qu’il en a, c’est pour mieux les faire oublier ou au contraire les faire parler. En jouer. Enjouées ; -)

 

 


bonsoir Hattie
la probité : honnêteté-intégrité
beaucoup d'auteur(e)s vont au bout de leur démarche poétique, de leur identité en écriture, évoluent, ne cherchant pas forcément à plaire mais à être dans leur authenticité d'être
pas de notion de morale
 

 

 

Aure,

 

merci pour ta réponse. Ce n’est pas moi qui dirais le contraire de ce que tu défends :

 

beaucoup d'auteur(e)s vont au bout de leur démarche poétique, de leur identité en écriture, évoluent, ne cherchant pas forcément à plaire mais à être dans leur authenticité d'être ‘

 

Un milliard de fois, OUI. Heureusement / intimement : ‘ ne cherchant à plaire ‘.

Le poème n’est pas un attribut de séduction. Vaste sujet, et bien des incompréhensions.

 

C’est le mot, lui même, probité, qui me dérange un peu, au regard parallèle de règle.

Car je ne vois la poésie ni en morale, ni en vertu, ni en règle. Ni même, bien souvent, en ‘ honnêteté ‘ ou fidélité.

 

Car la poésie échappe à son auteur. C’est ce que j’aime tant  __. Et me retient. Absurdement.

 


 


Que faire des poèmes ?

 

A chaque écriture de poème, chaque ligne, on (encore lui) se pose la question  __



#19 bɔētiane

bɔētiane

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 267 messages
  • Une phrase ::"Les mots sont une peinture des choses"

    boetiane.com

Posté 31 janvier 2021 - 10:43

comme je suis pour le dérèglement (sauf climatique _sinon artistique), pour le lecteur-acteur (tout avaler _le son, les pattes et les arêtes, quand le poème s'y prête), pour les territoires de lisière (nomadisme et transhumance obligent), ben au-delà des mises au point sur le choix de certains vocables, j'adhère follement à tous les propos : )

 

                      que faire des poèmes, écrivais-tu, Alfred ?

                                  >>> les fréquenter, bien-sûr

 

            parfois et souvent

                      ils sont un excitant pour le psychisme

               (en tout cas, je le crois et le ressens ainsi)



#20 le hamster

le hamster

    A poil laineux

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 250 messages

Posté 07 février 2021 - 09:52

La nuit parfois "est gouvernée", comme dirait René Char
Merci d'en faire un espoir

#21 AURE

AURE

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 659 messages

Posté 09 février 2021 - 11:08

"...Car la poésie échappe à son auteur. C’est ce que j’aime tant  __. Et me retient. Absurdement."

 

Hattie :

comme toi je me suspends à ce moment où les mots

prennent leur envol et échappent au vouloir / pouvoir

l'instant libre

qui me conduit ailleurs

autrement

> en cet instant le poème   est

 

le hamster :

coucou cher rongeur

que la nuit redevienne un espoir

une vie autre oui

j'en sors doucement



#22 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 5 223 messages

Posté 10 février 2021 - 06:43

Merci pour cette présence, Aure.