Aller au contenu

Flot Riant

Inscrit(e) : 28 avril 2014
Hors-ligne Dernière activité : avril 26 2024 08:17

Publications sur Toute La Poésie

Midi minuit

17 avril 2024 - 05:32

Midi. Le monde crie ou court ou gueule ou bosse.
Une pelle à la main, suant sous son habit
L'ouvrier palpera sur son crâne la bosse,
Ahuri... Chacun pense à la bourse, à bibi.

Minuit, mon beau dragon. Je m'étire et toi... Pause !
Silence. Sur le lit, plus rien d'autre que nous...
Sous ta langue, je vis, ma peau se décompose
Un peu de sel et d'eau, tes mains sur mes genoux.

Midi. Le monde crie ou court ou gueule ou bosse.
L'ouvrier a repris sa pelle et, comme nous,
Il se met à l'ouvrage en rage et gueule et bosse.
Une pause : à minuit, mes mains sur tes genoux.

L'espèce fabulatrice

17 octobre 2021 - 09:53

Début amélioré, j'ai modifié quelques passages :

A cette époque-ci, tout était vide... Tout ?
Sauf eux , nés en duo : l'un, Verbe sachant dire,
Nommer ou désigner ; l'autre, un grand manitou,
Pouvant sans peine agir, ériger son empire.
L'air de rien, loin du Temps, s'ils cogitaient beaucoup,
- L'un dans l'autre n'étant ni ce tout, ni partie,
Mais pourtant bien bâtis pour en mettre un bon coup ! -
C'est qu'au fond le muet manquait de répartie
Et rêvant au proton ne trouvait pas la paix.
Comment créer un monde avec... et bien... que dalle !
Quant à Verbe enclavé dans le corps de l'épais,
D'une voix de ténor il criait au scandale :
« Hey, Gros ! Pour ta gouverne : en deux mots, c'est étroit,
Très humide, un peu froid , et - Seigneur ! - qu'il fait sombre !
Mon gars, sans ton caquet que j'imagine adroit
Dans un instant je crains de n'être plus du nombre ! »
Nombre... Nombre... Nombre.... L'écho, ça rend gaga,
Un peu comme un bon plat qui vous revient fadasse.
Verbe, en tout dépité se mettait au Yoga...
Quand soudain, le Divin se sentit plein d'audace.
Il ouvrit grand la bouche... Et Verbe s'y glissa,
Locasse et plein d'allant, l'occase étant trop bonne !
Des sons, des sons, des sons !!! Oui, tout se fit fissa
Si bien que son maton devint son mégaphone.
Le premier mot fusa : " froid ! " BRRRR ! La froideur fût !
Avec elle frimas, climats et canicules.
Curieux il reprit : « humide ! » . Ainsi l'eau fût
En flaques ou crachins aux gouttes minuscules.
Quand sorti du mot « sombre ! » un photon s'élança,
Balayant l'Univers de sa vitesse folle,
Le pendule du temps soudain se balança...
Et dans l'Eden un vieux coiffa son auréole.

Les origines de l'espèce fabulatrice - première partie

22 avril 2021 - 11:30

A cette époque-ci, tout était vide... Tout !
Excepté Verbe et Dieu. Si Verbe savait dire,
Nommer ou désigner, Dieu, ce grand manitou,
Pouvait sans peine agir, ériger son empire.
L'air de rien, loin du Temps, ils cogitaient beaucoup,
L'un dans l'autre n'étant ni ce tout, ni partie,
Mais pourtant bien partis pour en mettre un bon coup !
Seulement, le muet manquait de répartie
Et rêvant au proton ne trouvait pas la paix.
Comment bâtir un monde avec... et bien... Que dalle !
Quant à Verbe enclavé dans le corps de l'épais,
D'une voix de ténor il criait au scandale :
« Hey Dieu ! Je suis coincé ! Va-t-on pourrir ici ?
Figure-toi que là, c'est froid, humide et sombre !
Ne reste pas passif ! Hélas, si c'est ainsi,
Dans un instant je crains de n'être plus du nombre ! »
Quant Dieu saisit les mots : « c'est froid ! » La froideur fût !
Avec elle climats, frimas et canicules.
Curieux il reprit : « humide ! » . Ainsi l'eau fût
En flaques ou crachins aux gouttes minuscules.
Quand sorti du mot « sombre ! » un photon s'élança,
La lumière fût en sa vitesse folle,
Le pendule du temps soudain se balança...
Et dans l'Eden un vieux coiffa son auréole.
... A suivre

Etienne Klein vs Emma la clown

16 avril 2021 - 09:12

https://youtu.be/_baQo39cXY8

Il était une fois... blablablabla... suite.

11 décembre 2020 - 09:52

Après un long moment d'absence, me revoilà. Je suis bien heureuse de vous retrouver !

Je reprends mon conte de la princesse qui se sauve du château mais cette fois en commençant par la fin. ^_^

 

 

On profite ou paresse et sitôt l'on dépend

D'une mère ou d'un fils, d'un mari, d'une femme.

Quand sous nos nez se fiche un gros boudin qui pend,

De mèche on se soumet en salopant sa flamme.

On la laisse s'éteindre - Ha! La facilité ! -

Dans un sucre d'Amour nappé de sympathies

Qu'on guette poings liés, bouche close, alité

Tant qu'un beau diabète attaque nos parties.

"J'ai signé ce contrat quand j'étais tout minot,

Heureux de me draper dans un regard qui brille !"

L'enfant fait comme un rat sur son arbre, penaud,

Devine qu'il se gâte au jeu de sa famille.

C'est pour s'en consoler qu'il fausse son récit,

Sans écouter les cris de son âme qui grille,

Mais il a beau truquer sa fable, c'est ainsi :

 

                 La vie

                 Servie

                 Sur un plateau

                 Manque d'équilibre.

                 Ceux qui, sans s'acquitter, se gavent du gâteau

                 Refusent d'être libre.


J'hésite entre "salopant" et "sabotant". Et entre "grille" et "vrille".

et je cherche mieux pour "beau diabète".

Si vous avez des idées...

  :blink: