Aller au contenu





Depuis : Chronique sélène

Posté par chevalier dupin, 15 avril 2014 · 950 visite(s)

 
La nuit est  écrin où perle une Lune,
Ce bouton de nacre, sur sa soie brune ;
Mais ces deux-là ne sont choses inertes,
Pour une muse, tant me sont disertes.
 
Oeil cyclopéen sur un front d'ébène,
Ou fond d'idée noire, tout à sa peine,
Séléné des filles du firmament,
Ou matrice qui l'attend au tourment,
 
En tapage nocturne au livre d'or,
A se parler d'argent, quand toi tu dors,
Te sortant du rêve par les oreilles,
Ainsi Erato, elles te réveillent.
 



Source : Chronique sélène

Miniature(s) jointe(s)

  • Image attachée