Aller au contenu

Photo

Concours : les 4 éléments


  • Veuillez vous connecter pour répondre
104 réponses à ce sujet

#31 Gardia

Gardia

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 955 messages

Posté 27 novembre 2008 - 12:47

et moi j'en veux tout autant,

si la matière est interdite et son opposé tout autant (les contraires se faisant mutuellement référence) ne restent plus que le cinquième élément et pt'être bien Bruce Willis ... ou alors si la réponse est autre c'est que j'ai un trou noir ... euh non de mémoire

le gnab gib est proche ! :blink:



- Valéry définit l'amour un commerce de liqueurs
- si l'on se tient à la description physique (scientifique) du trou noir c'est le portrait exact d'un être humain
- enfin comme tout finit par des commencements il se peut que le crush devance le gnab
Reste Bruce... :)
le verrais-tu remplacer Georges ?

#32 dragon dé-bridé

dragon dé-bridé

    Rime eMBalLAnTE

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 545 messages
  • Une phrase ::Je m'en allais de TLP

    Et puis un arc en ciel m'a rattrapé.

    Je poste à nouveau (mais au lieu de descendre ici mes textes, maintenant j'essaie de les élever partout... RE-BONJOUR TOUT LE MONDE !!! 😎 )

Posté 27 novembre 2008 - 08:32

SELON LES PROBABILITÉS LE DÉSORDRE LIBÉRAL MONDIALISÉ ACCOUCHERA, AU FINAL, D'UNE SOCIÉTÉ SANS CLASSES
CE MONDE EST EN RÉALITÉ LE RÊVE DE MARX
QUI EST UNE FORME DU SHEITAN
EN PARLANT DE SATAN JAI COMMANDÉ LE DIABLE DE PAPINI, UN FASCISTE EVIDEMMENT, JE LE LIRAIS APRÈS MASSON
EN EFFET IL SEMBLE QUE LE DIABLE PREND AVEC LE TEMPS LA FORME HUMAINE
LE RENDANT PAR LÀ DESTRUCTIBLE
IMAGINEZ UN HOMME QUI DES QUIL TOURNE LA TETE VOIT LE DIABLE A LA PLACE DUN HOMME
IL PEUT LE TUER SANS AUCUN REMORD
CE SERAIT UNE BONNE TECHNIQUE DE GUERRE
JY PENSE POUR FORMER MES FUTURS SOLDATS
POUR L'INSTANT J'AI QUE DES LEGOS
MAIS QU'EST CE QUE LE CAPITALISME ?
ON DIT QUE MAINTENANT C'EST LA CRISE DU CAPITALISME
LE CAPITALISME UNE BETE MYTHOLOGIQUE
UN CONCEPT ABSTRAIT
MARX LE POETE LA COMPRIS
NOUS NE SOMMES PAS DU TOUT EN CRISE DU CAPITALISME
EN CRISE DE LA FINANCE OUI
NOUS VIVONS LA CRISE D'UNE FORME HISTORIQUE DU CAPITALISME
REGARDEZ BIEN NOUS PASSONS DE RÉALISATIONS CAPITALISES EN RÉALISATIONS CAPITALISTES
EN CERCLE, EN CERCLE, EN CERCLE
LA FIN DU CAPITALISME C'EST LA
SORTIE DES RAPPORTS SOCIAUX MONETAIRE ET MARCHAND, RAPPORT DE PROPRIETE ET RAPPORT SALARIAL DANS DEUX SENS :
SOIT C'EST LA FIN DU CERCLE, LA FIN DE LA BETE, SOIT C'EST UNE NOUVELLE REVOLUTION OU RELIGION OU MYSTIQUE BOURGEOISE. ET L'ESCLAVE SURVIVRA. IL FAUT REDONNER À L'HOMME, ET CELA JE L'AI TOUJOURS DIT REDONNER LA DIGNITÉ À L'HOMME, IDÉE ONTOLOGIQUEMENT POÉTIQUE. LA POÉSIE SERA UNE ET FAITE PAR TOUS.

SARKOZY EST-IL LE DIABLE ?

C'EST POSSIBLE.



I Une forme de pensée bien à part.
Tu as tout comprit de ce que je te demandais. Bien
regardez, vous tous qui vous posez des questions sur la consigne, ce que le Général a fait.
Il n'a pas fixé son attention sur les choses physiques. Il s'est extrait du Monde, il a été si loin dans sa pensée, qu'il dénigre complètement les artifices trop utilisables de la description poétique

a) Des éléments dénaturés.
L'humour peut dénaturer un élément, afdm nous l'a montré avec l'humour, mais cela a peut d'avenir.
Lisez ce passage du Général:
EN PARLANT DE SATAN JAI COMMANDÉ LE DIABLE DE PAPINI
Diable, Satan... n'est ce pas une référence flagrante au feu?
Si ou je ne m'y connais pas.
mais on voit ici que ce n'est PAS DU TOUT l'objet de la phrase. Le Général a usé du mot Diable en y excluant toute idée de feu, de chaleur, de brulure. Diable est utilisé au sens le plus figuré qui soit. Le mot est humanisé. Même il parle du diable en parlant d'un homme, d'une idée sociétale, d'un système humain, absolument humain qui n'a aucune valeur dans le monde physique.

B)L'erreur du général
cependant le Général a deux lacunes.
A contrario de son premier poème , son second est moins poétique (pour l'oreille) la seconde erreur étant qu'il ne va pas encor assez loin
Général il te reste une dernière barrière à franchir... j'ai un peu peur que tu n'y arrives pas alors je te donne un conseil qui vaut pour tout le Monde.
La vrai consigne , derrière la première, celle qui est sous entendue, c'est
_Puisque vous ne me parlez pas des quatres éléments vous vous éloignez du monde, éloignez vous en encore, il existe un point, un point de vue a partir duquel vous ne pourrez plus me parler du Monde
Vous avez faillit avoir 19, je vous enlève 2 points parce que le ton passionné de vos propos ne suffit plus à le rendre poétique. 17 . J'aimerais vous voir user de rimes riches et d'alexandrin, si vous ne le faites pas tant pis, mais même de la prose c'est de la poésie!


Un orgasme fou
voyage de la peau crue
je vis simplement!


19
bravo
ecrit 6 tercets de la sorte, moins décousu et tu auras 20, tu m'as dit je, tu as donc inséré dans le poème La solution , mais a présent donne de la dimension à ce jeu, ou ne dit pas je ,
dis tu
fait attention avec le il , le vous

ouf cette fois c'est la bonne, ça n'a pas été sans mal, j'y ai passé trois nuits. J'ai compris.
La plume aérienne creuse la feuille terrestre.
Phalanges, phalangines, phalangettes violent le clavier offert...
Toute encre est un liquide, un écran de cristaux.

Le concours de Dragon
Est donc
Pure aporie.
...
j'ai réussi à saisir l'imminence, le pré-jaillissement, l' abstract edge par essence du besoin d'expression ! Tes consignes insolubles ne pouvaient me conduire qu'à ceci :
-

Image IPB

-
tu aimes ?
oui ?...
ALORS...
... ... à moi mon poids en gâteau chocolat fourré aux myrtilles de montagne ! :) Image IPB :)


Mon concours n'est pas pure aporie
L'aporie c'est de ne se fier qu'au Monde physique
La consigne est très claire parle moi d'autre chose que du monde et c'est bon

Le Générale est le premier a en avoir eu l'intuition

claricorne est celle qui s'en sort le mieux

- Valéry définit l'amour un commerce de liqueurs
- si l'on se tient à la description physique (scientifique) du trou noir c'est le portrait exact d'un être humain
- enfin comme tout finit par des commencements il se peut que le crush devance le gnab
Reste Bruce... :)
le verrais-tu remplacer Georges ?



je ne garde que le deuxième tiret , en effet développé il te permettrait de gagner le concours

#33 dragon dé-bridé

dragon dé-bridé

    Rime eMBalLAnTE

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 545 messages
  • Une phrase ::Je m'en allais de TLP

    Et puis un arc en ciel m'a rattrapé.

    Je poste à nouveau (mais au lieu de descendre ici mes textes, maintenant j'essaie de les élever partout... RE-BONJOUR TOUT LE MONDE !!! 😎 )

Posté 27 novembre 2008 - 08:45

et moi j'en veux tout autant,

si la matière est interdite et son opposé tout autant (les contraires se faisant mutuellement référence) ne restent plus que le cinquième élément et pt'être bien Bruce Willis ... ou alors si la réponse est autre c'est que j'ai un trou noir ... euh non de mémoire

le gnab gib est proche ! :blink:



Question sans réponse
ça arrive quand on décide d'exlure la possibilité d'une réponse avant de la connaitre
pour sortir de ce tourment il faut comprendre qu'une solution ne peut être fausse que si elle existe, or elle existe,
attend de l'entendre pour me dire qu'elle est fausse
I on dit que deux forces veulent régir le Monde.
La force attractive et répulsive, constructive et répulsive, inclusive et exlusive

II et la troisième?
A mes poèmes j'ai observé trois sortes de jugement:
_ Ceux qui aimaient ce que j'ecrivais, et voulaient s'unir a mes idées
_Ceux qui me détestaient, qui voulaient m'exclure de leurs idées
_La grande majorité de ceux qui ne pensaient rien, c'est ceux qui ne sont pas concernés par mes idées, ceux là étaient les plus vifs critiques .

AFDM, ou tu t'unis aux éléments et tu manques ton coup, ou tu t'y opposent, et tu manques ton coup par réference indirect aux éléments, ou tu ne te poses pas la question
tu ecris en y pensant le moins,
penser au feu , au pierre , a l'air et à l'eau, c'est penser au monde physique
A quel moment es tu le moins concerné par le monde exterieur...
indice: relis ce que je te mets comme commentaire en analysant le quatrain de Verlaine

Il pleure dans mon cœur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon cœur ?

Souviens toi surtout de ce passage de l'analyse , toute la solution s'y trouve
"...pleuvoir , c'est une tristesse exterieur; pleurer c'est une tristesse interieure..."
c'est si tu comprends ces mots, que tu peux être capable d'utiliser les mots feu, (...) sans en abuser


#34 Manon Huot

Manon Huot

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 133 messages

Posté 27 novembre 2008 - 09:19

La sentence

Il existait déjà, bien avant ma naissance,
On me l’a raconté lorsque j’étais enfant,
Je jouais avec lui sans comprendre vraiment,
En marchant à son rythme et aimant sa présence.

Et j’y croyais très fort car il était puissant,
Il promettait beaucoup, je lui faisais confiance,
Il m’a joué des tours durant l’adolescence,
Je le pensais derrière, et lui était devant !

Je n’osais plus dormir, redoutant son absence,
Je le perdais parfois, je le prenais souvent ;
Il se mit à passer bien trop rapidement
Me volant des années, rien n’avait plus de sens.

Comme il était rusé, j’y pense maintenant,
Jusqu’à me menacer, torturant l’espérance ;
Dans ma naïveté et en toute innocence,
Je lui courrais après, lui en redemandant.

Les jours additionnés, ce qu’on nomme existence,
Imposent au passé un futur déroutant ;
Je cherche sans arrêt et j’ai cherché longtemps
À comprendre pourquoi je supplie la clémence.

Mais je continuerai toujours en m’évadant,
C’est mon unique issue car, de toute évidence,
Jamais je ne pourrai supporter la sentence,
Condamnée pour avoir voulu tuer le Temps.

Manon Huot

#35 Gardia

Gardia

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 955 messages

Posté 27 novembre 2008 - 09:26


"...pleuvoir , c'est une tristesse exterieur; pleurer c'est une tristesse interieure..."
c'est si tu comprends ces mots, que tu peux être capable d'utiliser les mots feu, (...) sans en abuser

on ne pardonne pas à Théophile
je baignerai mes mains folâtres
Dans les ondes de tes cheveux
mais on ne relève guère chez Racine
Brûlé de plus de feux que je n'en allumai

Pour la métaphore, la poésie constitue la ligne de moindre résistance, pour la
métonymie, c'est la prose dont le sujet est effacé ou totalement absent.
Je suis curieuse de la suite ;)

#36 dragon dé-bridé

dragon dé-bridé

    Rime eMBalLAnTE

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 545 messages
  • Une phrase ::Je m'en allais de TLP

    Et puis un arc en ciel m'a rattrapé.

    Je poste à nouveau (mais au lieu de descendre ici mes textes, maintenant j'essaie de les élever partout... RE-BONJOUR TOUT LE MONDE !!! 😎 )

Posté 27 novembre 2008 - 09:29

on ne pardonne pas à Théophile
je baignerai mes mains folâtres
Dans les ondes de tes cheveux
mais on ne relève guère chez Racine
Brûlé de plus de feux que je n'en allumai

Pour la métaphore, la poésie constitue la ligne de moindre résistance, pour la
métonymie, c'est la prose dont le sujet est effacé ou totalement absent.
Je suis curieuse de la suite ;)


Je vous annonce le 20 de Manon huot
je suis en train de rédiger l'explication...
mais le concour n'est pas terminé, allez y continuez de proposer

#37 Gardia

Gardia

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 955 messages

Posté 27 novembre 2008 - 09:52

La sentence

Il existait déjà, bien avant ma naissance,
On me l'a raconté lorsque j'étais enfant,
Je jouais avec lui sans comprendre vraiment,
En marchant à son rythme et aimant sa présence.

Et j'y croyais très fort car il était puissant,
Il promettait beaucoup, je lui faisais confiance,
Il m'a joué des tours durant l'adolescence,
Je le pensais derrière, et lui était devant !

Je n'osais plus dormir, redoutant son absence,
Je le perdais parfois, je le prenais souvent ;
Il se mit à passer bien trop rapidement
Me volant des années, rien n'avait plus de sens.

Comme il était rusé, j'y pense maintenant,
Jusqu'à me menacer, torturant l'espérance ;
Dans ma naïveté et en toute innocence,
Je lui courrais après, lui en redemandant.

Les jours additionnés, ce qu'on nomme existence,
Imposent au passé un futur déroutant ;
Je cherche sans arrêt et j'ai cherché longtemps
À comprendre pourquoi je supplie la clémence.

Mais je continuerai toujours en m'évadant,
C'est mon unique issue car, de toute évidence,
Jamais je ne pourrai supporter la sentence,
Condamnée pour avoir voulu tuer le Temps.

Manon Huot


Manon, dragon-débridé me connaissant il me pardonnera cette intrusion (pardon) indélicate à côté de lui, au bureau des sanctions châtiments-récompenses

du point de vue prosodique j'ai souligné les hiatus et les élisions abusives des "e" qui ne sont pas muets.
Je te demande d'excuser cette maniaquerie. Je m'en expliquerai si tu veux, bien que sur plusieurs topics d'ici j'en aie déjà parlé.
MAIS c'est sans grande importance car tu as l'abstraction sémantique toute classique, la rigueur et l'économie lexicale, ce que Valéry (qui s'y connaissait un peu) usant d'une image picturale, appelle l'absolue perfection dans les gris, bravo.
ps con-fi-ance compte 3 ;)

#38 dragon dé-bridé

dragon dé-bridé

    Rime eMBalLAnTE

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 545 messages
  • Une phrase ::Je m'en allais de TLP

    Et puis un arc en ciel m'a rattrapé.

    Je poste à nouveau (mais au lieu de descendre ici mes textes, maintenant j'essaie de les élever partout... RE-BONJOUR TOUT LE MONDE !!! 😎 )

Posté 27 novembre 2008 - 10:09

Manon, dragon-débridé me connaissant il me pardonnera cette intrusion (pardon) indélicate à côté de lui, au bureau des sanctions chatiments-récompenses

du point de vue prosodique j'ai souligné les hiatus et les élisions abusives des "e" qui ne sont pas muets.
Je te demande d'excuser cette maniaquerie. Je m'en expliquerai si tu veux, bien que sur plusieurs topics d'ici j'en aie déjà parlé.
MAIS c'est sans grande importance car tu as l'abstraction sémantique toute classique, la rigueur et l'économie lexicale, ce que Valéry (qui s'y connaissait un peu) usant d'une image picturale, appelle l'absolue perfection dans les gris, bravo.
ps con-fi-ance compte 3 ;)


T'inquièt' Manon, l'important c'est pas ça(pas ici)
c'est vrai que tu t'ameliorerais en suivant les très bons conseils de Gardia (que je remercie) mais ça n'enlève rien à la qualité de ta reflexion...
Au fait Gardia tu as une idée de solution....

#39 Gardia

Gardia

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 955 messages

Posté 27 novembre 2008 - 10:17

Au fait Gardia tu as une idée de solution....

GRRR
je vais copier une page d'un sermon de Bossuet ou de Bourdaloue, la mettre en vers, et la signer.

#40 dragon dé-bridé

dragon dé-bridé

    Rime eMBalLAnTE

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 545 messages
  • Une phrase ::Je m'en allais de TLP

    Et puis un arc en ciel m'a rattrapé.

    Je poste à nouveau (mais au lieu de descendre ici mes textes, maintenant j'essaie de les élever partout... RE-BONJOUR TOUT LE MONDE !!! 😎 )

Posté 27 novembre 2008 - 10:21

GRRR
je vais copier une page d'un sermon de Bossuet ou de Bourdaloue, la mettre en vers, et la signer.


tu te tromperais, justement a cause de la solution...

#41 Gardia

Gardia

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 955 messages

Posté 27 novembre 2008 - 10:25

tu te tromperais, justement a cause de la solution...

et la signer j'insiste, et l'ASSIGNER en justice celui qui ne me donnerait pas la récompense espérée Image IPB

#42 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 16 733 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 27 novembre 2008 - 10:26

Pas envie des concours
Personnellement j'en ai gagnés puis perdus
Mais ça reste fait pour les bestiaux
Des prix de mots croisés
Des grands prix de l'excellence poétique
Avec votre nom en écriture ronde
Sur un grand carton doré avec déco Kitsch
Avec plein de signatures de notables
Les prix que j'ai gagnés
C'était histoires d'humour mais pas de prosodie
Fait chier les concours
C'est bon pour les boeufs

#43 Manon Huot

Manon Huot

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 133 messages

Posté 27 novembre 2008 - 10:30

Manon, dragon-débridé me connaissant il me pardonnera cette intrusion (pardon) indélicate à côté de lui, au bureau des sanctions châtiments-récompenses

du point de vue prosodique j'ai souligné les hiatus et les élisions abusives des "e" qui ne sont pas muets.
Je te demande d'excuser cette maniaquerie. Je m'en expliquerai si tu veux, bien que sur plusieurs topics d'ici j'en aie déjà parlé.
MAIS c'est sans grande importance car tu as l'abstraction sémantique toute classique, la rigueur et l'économie lexicale, ce que Valéry (qui s'y connaissait un peu) usant d'une image picturale, appelle l'absolue perfection dans les gris, bravo.
ps con-fi-ance compte 3

Merci Gardia,

J'apprécie cette critique justifiée et constructive, c'est très enrichissant. J'ai une connaissance de base des règles prosodiques et je cherche toujours à m'améliorer, je mettrai donc en pratique tout ce que je pourrai apprendre ici.

Manon

#44 dragon dé-bridé

dragon dé-bridé

    Rime eMBalLAnTE

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 545 messages
  • Une phrase ::Je m'en allais de TLP

    Et puis un arc en ciel m'a rattrapé.

    Je poste à nouveau (mais au lieu de descendre ici mes textes, maintenant j'essaie de les élever partout... RE-BONJOUR TOUT LE MONDE !!! 😎 )

Posté 27 novembre 2008 - 10:34

Pas envie des concours
Personnellement j'en ai gagnés puis perdus
Mais ça reste fait pour les bestiaux
Des prix de mots croisés
Des grands prix de l'excellence poétique
Avec votre nom en écriture ronde
Sur un grand carton doré avec déco Kitsch
Avec plein de signatures de notables
Les prix que j'ai gagnés
C'était histoires d'humour mais pas de prosodie
Fait chier les concours
C'est bon pour les boeufs

Je comprend V ton cynisme, souvent je le ressens
cependant tu te trompes, puisque je ne fais rien gagner
c'est un moyen d'observer la reflexion de ceux qui participent a ce concours
de voir aussi ce qu'ils ont comprit dans la poésies
Ca! ça me rend moins cynique et plus optimiste, je te conjure donc de continuer
ce topic ne veux pas te manipuler, mais discuter, rencontrer ... je veux que tu ne sois pas daccord avec moi (on ne peut pas comme ça dire que la poésie puisse se retrouver dans la simple expression des 4 éléments)
je veux que tu ne sois pas daccord avec moi et que ce soit pour ça que tu me proposes des poèmes

Ta liberté d'esprit t'honore elle ne peut que s'en sortir , (si elle compliquait moins les choses) dans ce concours

Amicalement
Lambert

#45 Gardia

Gardia

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 955 messages

Posté 27 novembre 2008 - 10:36

je veux que tu ne sois pas daccord avec moi et que ce soit pour ça que tu me proposes des poèmes

Ta liberté d'esprit t'honore elle ne peut que s'en sortir , (si elle compliquait moins les choses) dans ce concours

Lambert

??? dragon le texte de Victorugueux FAIT poème !

#46 dragon dé-bridé

dragon dé-bridé

    Rime eMBalLAnTE

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 545 messages
  • Une phrase ::Je m'en allais de TLP

    Et puis un arc en ciel m'a rattrapé.

    Je poste à nouveau (mais au lieu de descendre ici mes textes, maintenant j'essaie de les élever partout... RE-BONJOUR TOUT LE MONDE !!! 😎 )

Posté 27 novembre 2008 - 10:40

??? dragon le texte de Victorugueux FAIT poème !



c'est vrai victor? auxquels cas , il faut m'excuser , dans la rédaction de ma réponse mes yeux me piquent...je ne vois plus rien...
alors si en plus (a cause de la typographie seulement) ce n'est pas clair...

#47 Gardia

Gardia

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 955 messages

Posté 27 novembre 2008 - 10:48

c'est vrai victor? auxquels cas , il faut m'excuser , dans la rédaction de ma réponse mes yeux me piquent...je ne vois plus rien...

trop de copies à corriger :)
ah le métier de prof - !!! je n'aimerais pas être à ta place

#48 dragon dé-bridé

dragon dé-bridé

    Rime eMBalLAnTE

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 545 messages
  • Une phrase ::Je m'en allais de TLP

    Et puis un arc en ciel m'a rattrapé.

    Je poste à nouveau (mais au lieu de descendre ici mes textes, maintenant j'essaie de les élever partout... RE-BONJOUR TOUT LE MONDE !!! 😎 )

Posté 27 novembre 2008 - 10:52

trop de copies à corriger :)
ah le métier de prof - !!! je n'aimerais pas être à ta place



ça m'entraine pour quand je serais vraiment prof, au fait .... tu as une copie a me rendre... je n'accepterais aucun retard! (j'vous fouëtterais moi!!!!mon gaillard!)

#49 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 16 733 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 27 novembre 2008 - 11:17

Cher Dragon-débridé ce n'est pas vraiment un poème mais plutôt le résultat lucide de 15 ans ce participation à divers concours de poésie à travers la France et encore là je me trouve trop gentil vu les magouilles que ça représente... Des ententes entre personnes de l'édition et de argent versé genre participation à la revue du concours, jamais Rimbaud, Verlaine ou autres ne sauraient faire face à ce flot de "Poètes" des concours de poésie, personnellement, je prend ça très distancié sans me faire beaucoup d'illusions sur la vanité des chose

#50 au fil des mots

au fil des mots

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 453 messages

Posté 27 novembre 2008 - 11:25

La vrai consigne , derrière la première, celle qui est sous entendue, c'est
_Puisque vous ne me parlez pas des quatres éléments vous vous éloignez du monde, éloignez vous en encore, il existe un point, un point de vue a partir duquel vous ne pourrez plus me parler du Monde


T'as raison c'est de l'autre côté du mur de Planck, mais c'est tellement étroit qu'on ne peut y écrire une ligne même pas une lettre! :angry:

Donc je persiste à dire que la solution est dans l'esprit (conscience ou inconscience et non humour, même si l'envie de continuer sur cette voie me chatouille) ou les émotions et/ou éventuellement le temps et les croyances.


Je refais une tentative !

Tes lèvres ont déversé

Des paroles enflammées

Depuis ton cœur de pierre

Des torrents, des rivières

Sans la moindre pudeur

La roche et la chaleur

Dans leur accouplement

Le magma comme enfant

Dont les exhalaisons

Partout sur l’horizon

Empestent le blasphème

Maudit celui qui sème !


Bon si tu recales celui-ci, je pars à Baule faire une petite cure de repos ! :(




#51 dragon dé-bridé

dragon dé-bridé

    Rime eMBalLAnTE

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 545 messages
  • Une phrase ::Je m'en allais de TLP

    Et puis un arc en ciel m'a rattrapé.

    Je poste à nouveau (mais au lieu de descendre ici mes textes, maintenant j'essaie de les élever partout... RE-BONJOUR TOUT LE MONDE !!! 😎 )

Posté 27 novembre 2008 - 11:47

T'as raison c'est de l'autre côté du mur de Planck, mais c'est tellement étroit qu'on ne peut y écrire une ligne même pas une lettre! :angry:

Donc je persiste à dire que la solution est dans l'esprit (conscience ou inconscience et non humour, même si l'envie de continuer sur cette voie me chatouille) ou les émotions et/ou éventuellement le temps et les croyances.


Je refais une tentative !

Tes lèvres ont déversé

Des paroles enflammées

Depuis ton cœur de pierre

Des torrents, des rivières

Sans la moindre pudeur

La roche et la chaleur

Dans leur accouplement

Le magma comme enfant

Dont les exhalaisons

Partout sur l'horizon

Empestent le blasphème

Maudit celui qui sème !


Bon si tu recales celui-ci, je pars à Baule faire une petite cure de repos ! :(




le problème ne vient pas du fait que tu inscris tout ces mots...c'est d'abords que tu le fais expres , tu t'eloignes des éléments en t'y opposant, tu ne fais que montrer que tu les aimes (c'est en substance ce que tu dis dans ton poème)
du coup quand je te lis, je n'arrive pas a faire autrement que de voir en face de moi le monde, cette image du monde fait de l'ombre à l'image poétique que tu veux me donner
détaches toi des éléments
Qu'y a t il derriere l'évocation des éléments ?( ça c'est un gros indice pour qui aime les jeux de mots)
ne me parle pas du monde (ce que tu fais encore ) mais d'autre chose...change de point de vue

Cher Dragon-débridé ce n'est pas vraiment un poème mais plutôt le résultat lucide de 15 ans ce participation à divers concours de poésie à travers la France et encore là je me trouve trop gentil vu les magouilles que ça représente... Des ententes entre personnes de l'édition et de argent versé genre participation à la revue du concours, jamais Rimbaud, Verlaine ou autres ne sauraient faire face à ce flot de "Poètes" des concours de poésie, personnellement, je prend ça très distancié sans me faire beaucoup d'illusions sur la vanité des chose



justement ici je veux que tout le monde gagne et obtienne 20...(vas y!)

#52 au fil des mots

au fil des mots

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 453 messages

Posté 27 novembre 2008 - 12:02

le problème ne vient pas du fait que tu inscris tout ces mots...c'est d'abords que tu le fais expres , tu t'eloignes des éléments en t'y opposant, tu ne fais que montrer que tu les aimes (c'est en substance ce que tu dis dans ton poème)
du coup quand je te lis, je n'arrive pas a faire autrement que de voir en face de moi le monde, cette image du monde fait de l'ombre à l'image poétique que tu veux me donner
détaches toi des éléments
Qu'y a t il derriere l'évocation des éléments ?( ça c'est un gros indice pour qui aime les jeux de mots)
ne me parle pas du monde (ce que tu fais encore ) mais d'autre chose...change de point de vue


On va mettre ce problème de communication sur mes origines helvétiques ! :lol:

Si tu veux, le sens donné aux mots dans ce texte n'a aucun rapport avec les cinq éléments, le mot pierre n'a aucun rapport avec le minéral mais avec ce qu' il dégage (l'inertie, la froideur, etc tout comme les rivières qui symbolisent le flux incessant la continuité ) Il faut le lire ainsi :

Tes lèvres ont prononcé

Des paroles fort nuisibles

Depuis ton cœur insensible

Tant et plus

Sans la moindre pudeur

L'indifférence et l'ignominie

Dans leur accouplement

Le poison comme enfant

Dont les effets secondaires

Partout sur l'entourage

Empestent le blasphème

Maudit celui qui n'aime !


#53 dragon dé-bridé

dragon dé-bridé

    Rime eMBalLAnTE

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 545 messages
  • Une phrase ::Je m'en allais de TLP

    Et puis un arc en ciel m'a rattrapé.

    Je poste à nouveau (mais au lieu de descendre ici mes textes, maintenant j'essaie de les élever partout... RE-BONJOUR TOUT LE MONDE !!! 😎 )

Posté 27 novembre 2008 - 12:11

On va mettre ce problème de communication sur mes origines helvétiques ! :lol:

Si tu veux, le sens donné aux mots dans ce texte n'a aucun rapport avec les cinq éléments, le mot pierre n'a aucun rapport avec le minéral mais avec ce qu' il dégage (l'inertie, la froideur, etc tout comme les rivières qui symbolisent le flux incessant la continuité ) Il faut le lire ainsi :

Tes lèvres ont prononcé

Des paroles fort nuisibles

Depuis ton cœur insensible

Tant et plus

Sans la moindre pudeur

L'indifférence et l'ignominie

Dans leur accouplement

Le poison comme enfant

Dont les effets secondaires

Partout sur l'entourage

Empestent le blasphème

Maudit celui qui n'aime !



ça ne change pas beaucoup le problème, car ce que tu viens de m'ecrire là c'est le faux poème, celui qu'on ne voit pas, celui qui est caché derriere le premier , le premier continue de me parler des 4 éléments, malgré tes bonnes intentions, tu n'as pas répondu par un seul poème :
qu'y a t il derriere? mais ce n'est pas clair ...
d'ailleurs je repose la même question avec le même jeu de mot
Qu'y a t il derriere?

#54 dragon dé-bridé

dragon dé-bridé

    Rime eMBalLAnTE

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 545 messages
  • Une phrase ::Je m'en allais de TLP

    Et puis un arc en ciel m'a rattrapé.

    Je poste à nouveau (mais au lieu de descendre ici mes textes, maintenant j'essaie de les élever partout... RE-BONJOUR TOUT LE MONDE !!! 😎 )

Posté 27 novembre 2008 - 02:42





#55 Paname

Paname

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 8 284 messages

Posté 27 novembre 2008 - 03:57

je te félicite pour cette implication dévoreuse de temps !

tu sous-traites tes copies à un (des) nègre(s) ?
ou t'es prof d'eps ?
;)

#56 dragon dé-bridé

dragon dé-bridé

    Rime eMBalLAnTE

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 545 messages
  • Une phrase ::Je m'en allais de TLP

    Et puis un arc en ciel m'a rattrapé.

    Je poste à nouveau (mais au lieu de descendre ici mes textes, maintenant j'essaie de les élever partout... RE-BONJOUR TOUT LE MONDE !!! 😎 )

Posté 27 novembre 2008 - 04:01

je te félicite pour cette implication dévoreuse de temps !

tu sous-traites tes copies à un (des) nègre(s) ?
ou t'es prof d'eps ?
;)



etudiant de 20 ans... y a que les étudiants pour avoir du temps :P
et toi tu as une idée pour mon concours ?

#57 lio...

lio...

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 995 messages

Posté 27 novembre 2008 - 06:52

Comment dire l'essence
D'une vie qui avorte
D'un lieu de vacuité.
Naît-il de cette absence,
Qui s'apesante, morte,
Une velleité ?...

#58 Gardia

Gardia

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 955 messages

Posté 27 novembre 2008 - 11:02

Les deux sources de l'erreur


I Nous voulons ecrire pour faire rêver

a) Mais nous manquons notre coup dans l'usure de la langue

Le feu , la pierre, l'eau , la terre, voilà quatre murs porteurs du langage poétique. Or il est étonnant de voir que ce sont aussi les murs porteurs du monde. Apres quoi nous pouvons nous poser ces deux questions.
D'une part, Le monde est-il une oeuvre poétique ? Depuis l'homme qui regarde un coucher de Soleil, a celui qui detruit la nature, le sentiment général veut que nous trouvions la nature inspirante. Ainsi le coucher du soleil, c'est le sommeil de l'astre, c'est la révolution du jour, c'est la fuite inexorable de la vie:Je ne peux m'empêcher de citer dans ce sens le génie de Baudelaire , Son coucher du soleil romantique (_est il besoin de rajouter ndlr: Les Fleurs Du Mal ?)

Que le soleil est beau quand tout frais il se lève,
Comme une explosion nous lançant son bonjour !
- Bienheureux celui-là qui peut avec amour
Saluer son coucher plus glorieux qu'un rêve !

Je me souviens ! J'ai vu tout, fleur, source, sillon,
Se pâmer sous son oeil comme un coeur qui palpite...
- Courons vers l'horizon, il est tard, courons vite,
Pour attraper au moins un oblique rayon !

Mais je poursuis en vain le Dieu qui se retire ;
L'irrésistible Nuit établit son empire,
Noire, humide, funeste et pleine de frissons ;

Une odeur de tombeau dans les ténèbres nage,
Et mon pied peureux froisse, au bord du marécage,
Des crapauds imprévus et de froids limaçons.

Ainsi, la nature pose à l'homme de vrai problème de société. Mais comment imaginer la Biologie, la physique , la science sans matière? Et comment imaginer les mathématiques sans cailloux, sans chaleur , sans gaz et sans litre si, nulle part il n'y a deux cailloux à compter, deux degrés à comparer, deux pressions qui ne se multiplient, deux volumes en divisions ?
Un champs m'inspire, mais que m'inspire t'il ? Si ce n'est la brume qui sous le feu du jour depose la rosée , mouille la terre et s'evapore dès que viennent "s'agitater" le vents ?
Il en est de la sociéte , qu'en est il du poète ? peut il sortir de ces contingences ?
Existe t il un poème qui s'affirme sans les éléments, sans la nature sans le monde?
C'est difficile à croire , parce que le monde nous apporte deux choses

_une universalité, par ailleurs indispensable à la compréhension d'un poème. Cette universalité des choses incite le poète à user d'elle. Le poète parle du monde pour etre comprit, mais pour parler du monde il parlera de ce qui est plus répendu. Quoi de plus universel que le feu, l'eau, la terre , l'air quand nous en avons tous une experience complète?

_Une rêverie, celle ci découle de son universalité. Le Monde est une chose que nous contemplons sans efforts. Nous ne le regardons même pas. Car pour peu que nous ouvrons les yeux , c'est de lui même qu'il s'insère, pousser par la lumière, et qu'il se reflete sous tout les plis de la matière grise . Les oreilles n'ont pas a s'agiter pour ecouter le monde, c'est le monde qui s'agite pour s'offrir aux oreilles.
Alors quand la rêverie figure être la phase du cerveau ou l'esprit se repose, se divertit des choses, le monde lui apparait sous ses coutures les plus accessibles, les plus divertissantes . Allez je le dis, mais vous le savez déjà le monde nous apparait poétique.

Derrière les apparences Le monde est-il tant poétique? C'est bien la seconde question que nous pouvons nous poser, qui s'impose toute seule et découle de ce que j'ai dit. Comment y répondre?
Comment dire cette phrase de si bon sens " le monde n'est pas poétique " sans, tout d'un coup, sous entendre le poète est de mauvaise foi ou a une mauvaise vue, il refuse de voire que le monde agit sans lui, au deça de ces considérations, le monde ne se plie pas à l'harmonie poétique mais à un seul equilibre , un lien entre le hasard et le temps qui fait que tout va sans se poser de question , borner par le hasard, que tout est obliger d'aller pousser par le temps ? La poésie du Monde est une apparence pour qui donne de la valeur à cette apparence.


b ) Les mots et l'apparence

Le poète est il obliger de stagner à cette vision du monde, alors qu'il sait ce qui est faux, sur ce sujet personne ne pourra mieux introduire mes propos que ce brave Albert CAMUS:
"Comprendre le monde c'est le réduire à l'humain"
Je n'aime pas les petites citations aussi cette phrase n'est rien sans ce texte qu'il a ecrit, que j'aimerais vous voir méditer, je le connais par coeur, je rêverais de m'exprimer aussi facilement , pour dire des choses aussi belles
ecoutez cette profondeur, parcourez là! emerveillez vous! faites y pousser votre jardin! s'il vous plait ami lecteur lisez!


De même et pour tous les jours d'une vie sans éclat, le temps nous porte. Mais un moment vient toujours ou il faut le porter. Nous vivons sur l'avenir : "demain", "plus tard", "quand tu auras une situation", "avec l'âge tu comprendras", ces inconséquences sont admirables, car enfin il s'agit de mourir. Un jour vient pourtant et l'homme constate ou dit qu'il a trente ans. Il affirme ainsi sa jeunesse. Mais du même coup, il se situe par rapport au temps. Il y prend sa place. Il reconnaît qu'il est à un certain moment d'une courbe qu'il confesse devoir parcourir. Il appartient au temps et, à cette horreur qui le casait, il y reconnaît son pire ennemi. Demain, il souhaitait demain, quand tout lui-même aurait du s'y refuser. Cette révolte de la chair, c'est l'absurde.



Un degré plus bas et voici l'étrangeté : s'apercevoir que le monde est « épais », entrevoir à quel point une pierre est étrangère, nous est irréductible, avec quelle intensité la nature, un paysage peut nous nier. Au fond de toute beauté gît quelque chose d'inhumain et ces collines, la douceur du ciel, ces dessins d'arbres, voici qu'à la minute même, ils perdent le sens illusoire dont nous les revêtions, désormais plus lointains qu'un paradis perdu. [...] Le monde nous échappe puisqu'il redevient lui-même. Ces décors masqués par l'habitude redeviennent ce qu'ils sont. Ils s'éloignent de nous. De même qu'il est des jours où, sous le visage familier d'une femme, on retrouve comme une étrangère celle qu'on avait aimée il y a des mois ou des années, peut-être allons-nous désirer même ce qui nous rend soudain si seuls. Mais le temps n'est pas encore venu. Une seule chose : cette épaisseur et cette étrangeté du monde, c'est l'absurde.


Je reviens tout particulièrement sur une phrase du second paragraphe "Le Monde nous échappe parce qu'il redevient lui même"

Et je déclare que nous sommes allés très loin dans la description du monde, ainsi les romantiques, déjà, malgré leurs faux airs bucoliques essayaient tous d'en sortir, qu'il s'étaient mis, pour beaucoup à dénaturer le monde en ne le décrivant plus tout à fait, en feignant seulement de le faire, que cela plus tard devait donner, le surréalisme, la négation du monde...
je dis là des évidences

II Nous parlons du monde. "Le monde nous échappe parce qu'il redevient lui même"...

a) Ne parlons plus du monde !


Ne nous attachons plus à cet art qui veut mêler les éléments, ne détournons plus tant les hommes en montrant , soumis a ce qu'ils croyent , que la poésie c'est bien ce qu'ils croyaient
dire feu , parler de la pîerre, faire couler de l'eau en grattant de l'encre, oui mais pourquoi?
Pourquoi continuer ce qui se vide chaque jour un peu plus de sa substance quand nous nous bornons à continuer l'oeuvre sans fin?
Soyons plus libres, des poètes libres du monde. Soyons Hommes et parlons d'abords pour les Hommes. Que croyez vous? milles sonnets élogieux ne sauveront personne du réchauffement du climat. La nature même se moque des intentions qu'on lui porte, elle se moque même de mourir.
L'homme lui ne mérite pas de mourir, il ne mérite pas même de ne pas connaitre la nature.

b ) A présent parlons dans le Monde
Vous vouliez tout à l'heure, m'ecrire ce mot admirable, ce génie de trois lettres... comment l'ai je appelé déjà? feu il me semble.
Mettez le, allez y! mais sans la moindre mise en scène pour ce qu'il est, faites en sorte de ne plus user des 4 éléments pour faire émouvoir le lectorat autour de ce qu'ils sont ces 4 éléments!

allez plus loin!!!
Rapprochez vous des hommes, ecrivez pour eux, rencontrez les, c'est urgent, La poésie aura son rôle dans ces petits rapprochements..
Tuons l'egocentrisme poétique , faisons vivre par nos arts l'egocentrisme de L'humanité

Merci
Lambert
(le concours n'est pas terminé)


Lambert je lis avec plaisir ton long commentaire. Je commence - pour heurter l'usage - par la digression.

Digression ? Aussi tu exagères avec tes postulats de départ genre Nous voulons écrire pour faire rêver... Faire rêver ? Faire rêver toi-même ! s'il s'agissait de ça...

La nature pose a l'homme un vrai problème de société. Le rapport poétique ? L'homme pose à la société un vrai problème de nature... humaine ! Molière écrit 20,000 vers, pas un sur la nature oiseaux-fleurs-volcans-météores-nuages (ce mythe)... Le seul que je connaisse est La nature, Madame, est fort belle aujourd'hui.
Nous parlons toujours pour dire autre chose.
Nous n'avons jamais évoqué l'art de dire, l'art de la profération - la transposition sonore de la composition - qui change l'écriture même


Fin de la digression


Je suis certaine que tu mesures l'étendue du... désastre.
Tu découvres ce qui existe déjà. Mais apparemment tu le découvres de toi-même, tu ne nous récites pas le cours de ce matin.
As-tu entendu parler de la théologie négative ? Elle procède par la négation ou par l'abstraction. Parles-en à ton prof ou plutôt exprime-lui tout ce que tu viens d'écrire, il ne manquera pas de penser à la méthode apophatique (apophasis: négation) ou bien aphairétique (aphairesis : abstraction). Elle consiste à se soustraire à toute adhérence intellectuelle aux concepts - mais comment faire puisque l'on recourt aux articulations du langage ? Processus : La négation se nie elle-même, l'abstraction s'abstrait de soi.
Cette pensée anti-pensée a dirigé toute la réflexion des années 1950, liée au structuralisme et au projet situationniste - mais aussi chez Lacan chez Derrida et tous les modernes philosophes du langage tu en trouveras d'amples illustrations.
L'indicible se situe à l'intérieur du langage. Comment parler de ce qui ne peut être dit ? "Il n'y a pas de métalangage."
J'oubliais !!! Mallarmé, la "disparition élocutoire du poète" !!!
Ces questions se trouvent déjà dans l'ancienne Grèce, - pardon de survoler ainsi je ne peux pas faire d'heures sup demain je commence tôt.
Poétiquement maintenant, comment crois-tu que les poètes se soient tirés de cette hyperconscience linguistique (William Marx) ?
Lis Jouve, Bonnefoy, Leiris, Roubaud, Reda, mais si tu lis Derrida ou Jabès tu ne verras pas grand chose qui distingue l'écrit poétique de l'écrit théorique. La poésie en est là.
Perso maintenant - ce n'est pas d'aujourd'hui que je te dis cela, je n'improvise pas tu sais avec qui je bosse ! mais pas qu'avec lui - perso je trouve, j'ai déjà trouvé, j'ai déjà ressenti profondément ce que je te dis là et j'ai longuement discuté ces sentiments (donc pense que je pèse mes paroles et stp n'en sois pas contrarié) mets ton miel dans l'amère tisane <_< je trouve Camus (qui t'est cher) comme Baudelaire (qui t'est cher) essentiellement descriptifs, et au plus loin de prouver ce qu'ils disent ou prétendent en acte, par l'art des articulations de la langue qu'ils écrivent.
Ils ne font pas ce qu'ils disent (dirait L.)
Bien qu'ordinairement salué comme un chef-d'oeuvre le sonnet de Baudelaire ne répond en rien à mes critères de recherche syntaxique, de plein emploi des ressources phoniques, de suggestion de sens... Mais bien sûr ce n'est que mon émotion et mon analyse qui sont en jeu, pas la Vérité universelle !

L'ennui avec les étudiants c'est leur virginité. Ennui ? parce que la nouveauté du propos qu'ils découvrent les incline à croire à sa vérité. et à prendre les deux notions l'une pour l'autre.
Avantage ? Nos leçons sont acceptées, parce qu'elles sont en avance sur eux (forcément) et donc nous ne sommes pas nous profs au chômage !
Mon sentiment reste pourtant le plaisir que je t'ai dit en intro. Pcq ton énergie et ton ardeur sont bien rares, et ta conscience d'une nécessité d'une poésie prospective bien précieuse.
Bises drago
je t'ai écrit l'oreille au téléphone, en partie, mais à une seule voix
(oui je suis assez grande pour te répondre toute seule)
(et toi pour m'envoyer bouler (?) <_< ;) :) )

#59 dragon dé-bridé

dragon dé-bridé

    Rime eMBalLAnTE

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 545 messages
  • Une phrase ::Je m'en allais de TLP

    Et puis un arc en ciel m'a rattrapé.

    Je poste à nouveau (mais au lieu de descendre ici mes textes, maintenant j'essaie de les élever partout... RE-BONJOUR TOUT LE MONDE !!! 😎 )

Posté 28 novembre 2008 - 08:44

Lambert je lis avec plaisir ton long commentaire. Je commence - pour heurter l'usage - par la digression.



Je suis certaine que tu mesures l'étendue du... désastre.
Tu découvres ce qui existe déjà. Mais apparemment tu le découvres de toi-même, tu ne nous récites pas le cours de ce matin.
As-tu entendu parler de la théologie négative ? Elle procède par la négation ou par l'abstraction. Parles-en à ton prof ou plutôt exprime-lui tout ce que tu viens d'écrire, il ne manquera pas de penser à la méthode apophatique (apophasis: négation) ou bien aphairétique (aphairesis : abstraction). Elle consiste à se soustraire à toute adhérence intellectuelle aux concepts - mais comment faire puisque l'on recourt aux articulations du langage ? Processus : La négation se nie elle-même, l'abstraction s'abstrait de soi.
Cette pensée anti-pensée a dirigé toute la réflexion des années 1950, liée au structuralisme et au projet situationniste - mais aussi chez Lacan chez Derrida et tous les modernes philosophes du langage tu en trouveras d'amples illustrations.
L'indicible se situe à l'intérieur du langage. Comment parler de ce qui ne peut être dit ? "Il n'y a pas de métalangage."
J'oubliais !!! Mallarmé, la "disparition élocutoire du poète" !!!
Ces questions se trouvent déjà dans l'ancienne Grèce, - pardon de survoler ainsi je ne peux pas faire d'heures sup demain je commence tôt.
Poétiquement maintenant, comment crois-tu que les poètes se soient tirés de cette hyperconscience linguistique (William Marx) ?
Lis Jouve, Bonnefoy, Leiris, Roubaud, Reda, mais si tu lis Derrida ou Jabès tu ne verras pas grand chose qui distingue l'écrit poétique de l'écrit théorique. La poésie en est là.
Perso maintenant - ce n'est pas d'aujourd'hui que je te dis cela, je n'improvise pas tu sais avec qui je bosse ! mais pas qu'avec lui - perso je trouve, j'ai déjà trouvé, j'ai déjà ressenti profondément ce que je te dis là et j'ai longuement discuté ces sentiments (donc pense que je pèse mes paroles et stp n'en sois pas contrarié) mets ton miel dans l'amère tisane <_< je trouve Camus (qui t'est cher) comme Baudelaire (qui t'est cher) essentiellement descriptifs, et au plus loin de prouver ce qu'ils disent ou prétendent en acte, par l'art des articulations de la langue qu'ils écrivent.
Ils ne font pas ce qu'ils disent (dirait L.)
Bien qu'ordinairement salué comme un chef-d'oeuvre le sonnet de Baudelaire ne répond en rien à mes critères de recherche syntaxique, de plein emploi des ressources phoniques, de suggestion de sens... Mais bien sûr ce n'est que mon émotion et mon analyse qui sont en jeu, pas la Vérité universelle !

L'ennui avec les étudiants c'est leur virginité. Ennui ? parce que la nouveauté du propos qu'ils découvrent les incline à croire à sa vérité. et à prendre les deux notions l'une pour l'autre.
Avantage ? Nos leçons sont acceptées, parce qu'elles sont en avance sur eux (forcément) et donc nous ne sommes pas nous profs au chômage !
Mon sentiment reste pourtant le plaisir que je t'ai dit en intro. Pcq ton énergie et ton ardeur sont bien rares, et ta conscience d'une nécessité d'une poésie prospective bien précieuse.
Bises drago
je t'ai écrit l'oreille au téléphone, en partie, mais à une seule voix
(oui je suis assez grande pour te répondre toute seule)
(et toi pour m'envoyer bouler (?) <_< ;) :) )




#60 Invité_souris_*

Invité_souris_*
  • Invité

Posté 28 novembre 2008 - 08:58

Bonjour drageon

Derrière chaque mot où même chaque virgule, de poésie, il y a l'homme ou la femme ou l'enfant qui l'a écrit; quel que soit le sujet chacun peut porter sa vue là ou l'intérêt se trouve pour lui... on regarde l'image ou l'oeil qui a vu l'image ou la sensibilité qui a décrit l'image, ce n'est pas de la philo, c'est de la psycho ..
Il ne faut pas désespérer de l' Homme c'est dans les circonstances les plus délicates qu'il se réveille, qu'il se révèle..foi de Souris sans citation sans digression..