Aller au contenu

Photo

Nomades

enfants engloutir violon tzigane quête

  • Veuillez vous connecter pour répondre
5 réponses à ce sujet

#1 claus

claus

    envers et contre tout

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 397 messages
  • Une phrase ::des mots pour soigner mes maux, chant des vibrations intérieures offert à tous, tous ceux qui y sont sensibles.

Posté 20 juillet 2018 - 03:00

Rêve la terre, rêve le ciel du regard des enfants à la fois étonné et confiant,

au désir fou de vouloir tout engloutir cul sec,

aux paysages de voyages nomades où l'on est partout chez soi,

et qui dansent à la guitare et au violon des tempos fous et fêtes de tziganes,

à la beauté pétrie de doigts cherchant l'ouïe,

et qui se répand jusque dans le sang insoumis,

chant libéré des poumons de la voix à la quête profonde…

du souffle et de la joie.



#2 Invité_Marcel Faure_*

Invité_Marcel Faure_*
  • Invité

Posté 22 juillet 2018 - 09:27

Nomade, ce que nous étions, nous rendait-il plus heureux ? plus précaire certainement, plus apte aussi à jouir du moindre petit plaisir. Nous marchions et maintenant alors que tout semble aller plus vite, nous sommes à l'arrêt. 



#3 Sinziana

Sinziana

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 236 messages
  • Une phrase ::La vie en poésie, vivre en profondeur la légèreté, vivre avec légèreté la profondeur.

Posté 22 juillet 2018 - 10:30

La tribu prophétique aux prunelles ardentes
Hier s'est mise en route, emportant ses petits
Sur son dos, ou livrant à leurs fiers appétits
Le trésor toujours prêt des mamelles pendantes.

Les hommes vont à pied sous leurs armes luisantes
Le long des chariots où les leurs sont blottis,
Promenant sur le ciel des yeux appesantis
Par le morne regret des chimères absentes.

Du fond de son réduit sablonneux le grillon,
Les regardant passer, redouble sa chanson ;
Cybèle, qui les aime, augmente ses verdures,

Fait couler le rocher et fleurir le désert
Devant ces voyageurs, pour lesquels est ouvert
L'empire familier des ténèbres futures. 

 

(Charles Baudelaire)



#4 claus

claus

    envers et contre tout

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 397 messages
  • Une phrase ::des mots pour soigner mes maux, chant des vibrations intérieures offert à tous, tous ceux qui y sont sensibles.

Posté 22 juillet 2018 - 02:59

Merci Sinziana pour ce poème de Baudelaire que je ne connaissais pas, d'ailleurs que mes lacunes sont multiples. Par contre la muse ne m'a jamais quittée, ce regard sans cesse étonné qui ne perd pas de sa fraîcheur enfantine, et les images qui sautent aux yeux comme au cœur, ce vin éternellement nouveau que l'on boit comme un oeunologue averti.



#5 claus

claus

    envers et contre tout

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 397 messages
  • Une phrase ::des mots pour soigner mes maux, chant des vibrations intérieures offert à tous, tous ceux qui y sont sensibles.

Posté 22 juillet 2018 - 05:15

Ces "nomades à moi" ne finissent pas dans les ténèbres, au contraire, n'ayant aucune place sur terre ou partout à la fois, n'ont qu'un seul domaine véritable, l'éther ou le ciel.

Mais ce poème si noir de Baudelaire est admirable, tout y est, une grande œuvre d'art.



#6 Sinziana

Sinziana

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 236 messages
  • Une phrase ::La vie en poésie, vivre en profondeur la légèreté, vivre avec légèreté la profondeur.

Posté 22 juillet 2018 - 11:18

Merci pour ta lecture, oui ton poème est  vibrant de joie!

 

Je ne voyais pas si noir celui de Baudelaire , ou alors un noir lumineux, les ténèbres ne leur font pas peur.

 

Baudelaire est un des rares auteurs dont je me souviens pour l'avoir étudié au lycée, et deux ou trois de ses poèmes m'ont marquée

fortement à l'époque, dont celui-ci. Je ne connais pas non plus les classiques comme il faudrait ;-) 





Aussi étiqueté avec au moins un de ces mots-clés : enfants, engloutir, violon, tzigane, quête



Billets récents sur ce sujet

Photo

Depuis : Nomades

Par claus dans claus Blog, sur 20 juillet 2018 - 03:00

Source : Nomades

Lire le billet complet →