Aller au contenu

Photo

La violence et la peur

Société violence fin du monde

  • Veuillez vous connecter pour répondre
8 réponses à ce sujet

#1 JMAP06

JMAP06

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 718 messages

Posté 30 mai 2020 - 05:44

La violence est inscrite dans nos gènes, comme l'amour et la compassion, ces fondamentaux de l'humanité, qui nous ont aidés depuis la nuit des temps à faire notre place dans le monde ont toujours été les moteurs de la survie de notre espèce.
Durant des centaines de milliers d'années, ils ont contribué à l'épanouissement de l'intelligence des arts et des techniques aux sein de petits groupes, de petites sociétés. Ces fondamentaux n'ont pas émergés il y a si longtemps pour fonctionner au coeur d'une multitude.
Le mythe de Noé est la pour nous le rappeler, passer un certain seuil la société des hommes s'écroule d'elle même, ceci est confirmé non par par des mythes mais par l'observation de ce qui est arrivé à toutes les grandes civilisations qui nous ont précédées. L'amour et la compassion ne pèsent rien face au dévoiement de la violence, et c'est toujours par elle que tout finira, comme tout a commencé.
Rien de nouveau en somme, mais quel est ce mécanisme qui voue l'humanité aux cycles que l'ont peut observer à l'échelle de notre planète et qui au gré des glaciations et des réchauffements sont la respiration du monde.
Contrairement à notre bonne vieille terre qui prend sont temps et dont le moteur n'est, que violence, mais une violence justifiée par son inexorabilité naturelle, la violence inscrite aux coeurs des hommes imprime à ses société un rythme de plus en plus rapide, jusqu'à ce halètement perceptible de nos jours et dont nous savons tous le dénouement: l'asphyxie.
Dans nos sociétés où paradoxalement, l'hygiène, la santé et la prolongation de l'espérance de vie contribuent à l'accroissement de la population, ces mêmes bienfaits en augmentant les populations conduisent au dévoiement de la violence. Pour ne prendre que l'exemple de la deuxième guerre mondiale, qu'est-ce qui à conduit les allemands, des êtres parfaitement normaux à commettre les horreurs que l'on sait. La folie d'un homme ? La haine des Juifs ? La crise économique ? Balivernes, c'est la peur. La peur des tortionnaires vis à vis de leur supérieur, la peur du citoyen lambda de voir la réalité en face, la peur de l'autre de l'avenir et de soi même. La multitude devant la finitude des ressources engendre le sectarisme, le racisme, l'envie, la jalousie la violence et la peur. Ce serait faire preuve d'angélisme que de penser que l'on aurait pu éviter cette guerre, elle était inévitable comme est incontournable, que dans une foule, pour un Gandhi vous trouverez dix millions de pauvres gens dont les gènes leur dictent la voie de la violence au nom de leur survie.
Nous pouvons facilement établir le parallèle avec nos sociétés actuelles, dont la violence est beaucoup plus sournoise, c'est celle que les nantis exercent sur la majorité des plus pauvres, simplement parce qu'ils ont peur de voir menacer ce qu'ils considèrent comme indispensable, leur SUV, leur café, leur smartphone, leur huile de palme ou leur salon de poésie...dans le rôle d'Hitler j'ai nommé le consumérisme, ses sbires les capitalistes à outrance, et sa meilleure complice: la majorité silencieuse qui pour faire bonne mesure se voile la face.
La peur qui comme la violence à établie homo sapiens dans sa domination de la nature le conduit de nos jours à son autodestruction.
C'est une mécanique toute simple, l'humain face à la multitude se réfugie dans des cellules à l'échelle plus conforme à sa nature profonde: sa famille son groupe de travail, son parti politique, sa religion. cela multiplie les différences, les points de vue, les sectarismes. Lorsqu'elle se retrouve confrontée à l'incertitude de son avenir la cellule se fabrique la peur comme comme on ferait de l'adrénaline pour fourbir sa violence au nom de sa survie. On fabrique rarement des armes pour ne pas s'en servir l'histoire nous le démontre et comme "On" est un con.......

Et pourtant chacun, le soir, assis dans le silence d'une plage que caresse des eaux paisibles, peut entendre la vibration secrète du monde, et son âme en écho lui demander pardon.

Philippe. Généreux

#2 M. de Saint-Michel

M. de Saint-Michel

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 11 241 messages
  • Une phrase ::Je suis quelqu'un pour qui poésie et respiration ne font qu'un.

Posté 31 mai 2020 - 12:51

Amer constat, terriblement lucide... même si l'on peut espérer que l'amour aura le dernier mot.

#3 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 4 324 messages

Posté 31 mai 2020 - 01:29

L’Humain est un être doué de sensibilité et de raison. Raison qui le différencie de l'animal.

Donc pleinement responsable (hormis dans les cas de maladies mentales).

 

Les crimes contre l’Humanité, tous et sans distinction aucune d’origines ou de religions, etc. __

ne sont jamais la conséquence de la peur, mais toujours, pleinement et entièrement, et sans aucune circonstance atténuante cherchant à les justifier...,

la manifestation pleine, volontaire et intolérable de la haine. 



#4 AURE

AURE

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 610 messages

Posté 08 juillet 2020 - 08:13

dans les gènes ?

 

plutôt dans les conditionnements

 

la bêtise

 

la flemme

de réfléchir

d'accueillir

de comprendre

 

d'aimer



#5 le hamster

le hamster

    A poil laineux

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 127 messages

Posté 08 juillet 2020 - 10:20

La non violence est ce qui sépare l'homme de l'animal, de ses origines animales.
Notre époque, inquiétante, est marquée par une certaine fascination par la violence, que, de tout temps, certains bas du front qui n'obeissent qu'à leur cerveau reptilien cherchent à légitimer

#6 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 4 324 messages

Posté 09 juillet 2020 - 06:50

La non-violence n'est pas innée, non.

 

Mais le sensible, la raison et l'humanisme s'apprennent et / ou s'entretiennent par l'éducation.

 

La barbarie n'est jamais jamais une fatalité ______



#7 Minofabbri

Minofabbri

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 527 messages

Posté 09 juillet 2020 - 10:25

Force est de constater que dans les cours d'école les caractères forts et violents sont déjà décelables tout comme les faibles et les (déjà) victimes potentielles.

Sauf à légitimer la Dianétique de Ron Hubbard ( et pourquoi pas?) il y a certainement de la génétique primaire au moteur avant même les effets de l'éducation.

Connaissez vous cette oeuvre célèbre d'un artiste moderne qui représente un enfant accroupi de dos qui joue avec ses jouets?

Et quand vous passez de l'autre côté et regardez son visage vous apercevez Adolf Hitler avec mèche et moustache. Terrifiant!

Je partage à 3 000% les propos d'Hattie, l'homme est un être libre et responsable à sa majorité, libre de faire le mal ou le bien, libre de pardonner ou pas les offenses.

Ce dernier point est essentiel car la violence est souvent graduelle.

Concernant l'éducation aucun doute: l'ignorance est mère de la bêtise et grand-mère de la méchanceté.



#8 Alfred

Alfred

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 532 messages

Posté 10 juillet 2020 - 08:07

Oui, je vais légitimer la dialectique de Ron Hubbard. La meilleure façon de le légitimer c'est de le brûler sur la place publique.



#9 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 4 324 messages

Posté 11 juillet 2020 - 05:47

La dianétique (que j'ai lue entièrement) n'est qu'un piège à fric, tout au moins l'exploitation qui en a été faite.

 

Dommage que Ron Hubbard, ses adeptes, secte de la Scientologie... ne soient pas restés à la seule science-fiction.





Aussi étiqueté avec au moins un de ces mots-clés : Société, violence, fin du monde