Aller au contenu





LE RENARD ET LA CICOGNE : ETCOETERA

Posté par chevalier dupin, 28 janvier 2009 · 365 visite(s)

mes suites impossibles de Jean de la Fontaine
En complément de l'épisode du trompeur trompé,

Dans lequel le dindon de la farce,

Fut autant dépourvu de bec que d'ailes

Suivez ci-dessous la trace

Des surprenantes séquelles,

Qui se virent enchaînées.



Maître Renard venant de tomber

En son propre piége, ce qui le blessa

En son sein, vivace rancune, nourrissait ;

Et pour que cette émotion, il allégeât,

Son inépuisable malice, remit à l'œuvre.

Il prit comme prétexte de réconciliation

Avec dame Cigogne, la célébration,

De la nouvelle année.

De son train d'échassier, à l'allure déhanchée,

L'oiseau se rendit chez le rusé compère ;

Qui la reçut tout endimanché

Et lui servit avec de mielleuses manières,

Un fastueux plat de couleuvres.

Las, parmi elles, se cachait une vipère,

Dont le venin mis l'estomac de l'emplumée à l'envers,

Tant et si bien qu'elle régurgita bientôt, ce qu'elle avait avalé.

Pour cette fois, la vengeance ne serait dégustée à froid,

Car l'an d'après, le volatile se mit aux fourneaux,

Donnant à un prétendu fin museau,

La chance de goûter son omelette aux champignons.

Au lieu d'en être rassasié, maître Renard connut l'effroi

D'horribles hallucinations.

Désormais aucune des six prochaines saisons

Ne fut étrangère à l'infecte tradition,

D'un curieux repas d'anniversaire,

Où Renard et Cigogne, alternativement,

Usa envers l'autre, de criminel stratagème.

Terrible fut le résultat de la septième,

Puisque leurs corps sans vie, furent découverts,

Près d'un gobelet, de ciguë plein au dedans

Et d'une assiette garnie de feuilles de digitale.

Ainsi observée létale et végétale,

S'administra la justice de Salomon,

Sous la forme de rivaux poisons.



Il est bien difficile, au terme de ce drame,

De choisir qui l'on plaint ou qui l'on damne.

D'un ressentiment durable et réciproque

Ne peut naître, qu'une malédiction sans équivoque.

Point de gagnant à ce jeu-là ;

Sinon celui qu'on fête au son du glas !