Aller au contenu





Depuis : Jeunesse

Posté par claus, 14 mars 2019 · 52 visite(s)

 
Jeunesse, je t'ai gardée sous ma peau
palpable et fragile, tu fais voler les armes
avec la force du rêve, tous les hommes sont au repos,
avec la force du rêve, il n'existe aucun drame à cet âge.
 
Jeunesse, tu t'infiltres dans mon cerveau,
libre et dégagé, il presse les pensées au méli-mélo de sentiments sans faux,
prompt et dépêché, il lance des regards d'amour à cette volée d'espace oiseaux,
avec humilité, elle nous apprend la défense comme un droit à bouche ouverte, mot à mot.
 



Source : Jeunesse



Derniers commentaires