Aller au contenu





Comme le jour.

Posté par LisAbelle, 24 février 2022 · 546 visite(s)

Comme le jour.
Choqué. Aveuglé. Atteint de surdité. Coupé en deux. Verticalement. Puis horizontalement. Plus rien n’avait d’importance. Pas même ce qui est important. Rien. Ni le vide. Ni le plein. Ni la création. Ni l’inspiration. Obscurité. Totale. Sans fin. Puis vint. Enfin. Éphéméride. Lente. Pénible. Durable. Cascadante. Fluide. Pourtant. Éléments surprenants. Improvisés. Élan vital. Déposer. Se relever. Vivre. Dessiner. Se mouvoir. Façonner. Se déplacer. Vivre du mieux possible. Ici. Là où là-bas. Tout est bout de soi. Malgré tout. Soie. Beauté. Bonté de l’humanité. Un jour. Un jour. Un jour. Après des jours et des jours. Après tant de jours. Exprimer son unicité. Centre d’un tout. Puits de lumière. Clair.
Lisa.24-02-2022



Une écriture différente, cette fois, une écriture qui interpelle.

C’est comme lire, voir, percevoir, cultiver la terre, ses saveurs, son authenticité, travailler le chant, s’améliorer, croitre, évoluer, faire naître… nous savons tous que nous avons besoin de cœur aussi pour écrire et faire du mieux qu’il nous est possible pour réaliser ce pourquoi nous sommes faits.

Merci de votre commentaire Michel Conrad

Mes amitiés.

L.

Ces mots commes des phrases, sans respiration, comme un coup de poing, une puissance du réel, une urgence à dire.

J'ai fait une belle lecture LisAbelle, d'une énumération dans laquelle il semble que chacun puisse trouver ce qu'il aurait à ressentir autant qu'à vivre.

Des états d'âme à explorer.

balila

Bonsoir balila,

Passé le premier instant de surprise de vous découvrir là ce soir sur ce fil, mon système sensoriel écoute attentivement à l'intérieur de soi ce qu’il perçoit, ce qu’il a envie de vous dire alors que celui-ci vous imaginait partie pour de lointains voyages.

 

Tout d’abord, je suis étonnée et je ressens en mon for intérieur un sentiment agréable à vous lire. Je me sens touchée. J’éprouve alors envers votre attention une forme de gratitude qui à mon tour me fait écrire et sortir de ma bulle.

 

La terre n’étant pas imperméable, pour parler de ces mots qui sont les miens, pourraient être la description sensorielle d’une nature sensible à l’état des saisons ayant pour conséquence de faire naître des mélanges d'émotions et de pensées intenses et une forte transformation.

 

Les yeux sont le miroir de l’âme.

Mes amitiés balila.

Merci.

L.

Derniers billets

Derniers commentaires

Ma photo

Catégories