Aller au contenu

Photo

Vermisseau

méditation poéte

  • Veuillez vous connecter pour répondre
4 réponses à ce sujet

#1 Marie-Louise de Polignac

Marie-Louise de Polignac

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 534 messages
  • Une phrase ::Au pays du soleil, l'amour sera-t-il roi ?

Posté 04 mars 2014 - 10:14

Ce poème n’existe pas

 


J’ai jeté dans le frais ruisseau
Que je suis tant et que j’adore
Mon cœur blessé près du roseau
Où tout penche, attend la mort 
Larme, tu me fais vermisseau 

Où sont passées tant de cascades
Que je traversai au galop
Livrant ma plume à des tirades,
Élan immense et riche flot
Ne serait-ce que mascarades 

L’amour est devenu mauvais

Et le soleil au coeur m’accable
Où sont les vœux qu’hier j’avais
De croire aux douceurs du grand sable
Ah ! Brûlures ! Crue vous m’avez


Parmi les pierres, les rocailles
Voici ma vie qui se dévêt
Dans les bois bruns où sons tressaillent
Quelques ailes aux grands rôniers
Tristesse, mon âme rôdaille 


Ils ont cessés ces beaux transports
Qui fusaient haut comme spectacle
Donnant siège à ceux qui ont tord
Désamours nus en vain pentacle
Ah ! Quelle ruine en mon décors

Ma main ne quitte plus la plume
S’accrochant en dernier radeau
A son encre, cette amertume
Qui jette comme un lourd manteau
Mon Passé à l’épaisse brume

 

Et l’heure coule au temps d’ici
Astres saignés, courant fragile
Qui tanguent bas au vent fini
Des écrits qui faisaient docile
Ma flamme, Ô éteinte ainsi

 

Où est l’onde d’amour qui lune 
Ce poème n'existe pas.
Où est l’eau pure du ciel prune 
Cette encre là n’existe pas.
Mon âme nage en poisson lune
Cherchant l’éther qui la fera


J’ai jeté dans le frais ruisseau
Tout ce qui sème les je t’aime
Mon cœur blessé près du roseau
Les lumières de mon poème
Qui devenaient si lourd fardeau…

 

 

Mardi 4 Mars 2014 ; 09 heures 11



#2 stereopode

stereopode

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 516 messages

Posté 04 mars 2014 - 11:23

Les dimensions émotionelles et contemplatives coherentes. Les diménsions d'espace où il faut porter sa croix pour soutenir son monde y compris la poésie...)

#3 AURE

AURE

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 534 messages

Posté 04 mars 2014 - 11:59

Une profondeur qui affleure.



#4 le hamster

le hamster

    A poil laineux

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 020 messages

Posté 04 mars 2014 - 08:55

Il y a vraiment des accents apollinairiens. Très beau poème.



#5 Marie-Louise de Polignac

Marie-Louise de Polignac

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 534 messages
  • Une phrase ::Au pays du soleil, l'amour sera-t-il roi ?

Posté 08 mars 2014 - 09:06

Les dimensions émotionelles et contemplatives coherentes. Les diménsions d'espace où il faut porter sa croix pour soutenir son monde y compris la poésie...)

Ton analyse est tout à fait bienvenue et de bel apport pour éclairer ces vers...

J'apprécie particulièrement la dimension "sacrale" que tu as donné à l'ouvrage de poète....

Un sacerdoce de solitude parfois "monacal"... :) 

Amlt
 

 

__________________________________

 


Il y a vraiment des accents apollinairiens. Très beau poème.
 

Je crois que c'est en exprimant le particulier d'expérience que l'intuition accède à l'universel...

 

 

______________________________________________

 

Une profondeur qui affleure.

Ton mot m'en dit...long !  :wub:

 

 

Merci.




Plume%20Saint%20Valentin.jpgMarie-Louise de Polignac





Aussi étiqueté avec au moins un de ces mots-clés : méditation, poéte