Aller au contenu

Photo

La chaussette trouée


  • Veuillez vous connecter pour répondre
202 réponses à ce sujet

#31 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 16 octobre 2018 - 06:10

Tant va la chaussette au pied qu'à la fin l'homme se casse.



#32 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 16 octobre 2018 - 06:17

Il sied à chaque pied de se mettre à l'abri dans ses basques !



#33 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 16 octobre 2018 - 06:52

La chaussette mesure le pied. Le pied estime la chaussette.



#34 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 16 octobre 2018 - 08:11

La chaussette est au pied ce que l'homme est au discours. Ce pourquoi, une chaussette trouée est comme un homme commençant chacune de ses phrases par '' … ce n'est pas ça ! ''



#35 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 16 octobre 2018 - 11:48

Non. Ce n'est pas ça.

C'est
autre chose, peut-être ou

rien. Un
peu de fil
de nylon. Rien. Au
sol. Non. Rien. Ou
autre chose
peut-être. Non. Rien mais
voire...

Non,
ce n'est pas ça.

L'homme parle à l'oeil de sa bière.

Elle hurle.

#36 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 16 octobre 2018 - 12:59

Le nylon brûle.

L'homme se regarde dans le miroir.

Les pieds chauves-sourcils.

Non. Ce n'est pas ça.

La bobine

brûle.

Il s'excuse.

Les pieds dans son verre.

 

C'est une demeure abandonnée.



#37 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 16 octobre 2018 - 04:33

Rimes maniaco-dépressives :

 

Le nylon brille, le coton flambe !

Las ! Las ! Demeure abandonné !

On peut rêver de grandes joutes,

  les pieds dans tous les sens.

Mais qui, qui écrira la contre-histoire du pied ?

Noire est la chaussette qui prend les

coups. Rose celle qui rase les murs.



#38 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 16 octobre 2018 - 06:11

Le pied n'a qu'une alliée, la pomme de terre

Elle seule connaît le poids de la terre

et les excès du pied.

Le pied, seul pied au monde qui hait les pieds,

sait le secret de cette terre. La pomme de terre

qui regarda nos siècles de famine comme si

peut-être une soie très légère ou une grosse laine

avaient pu engendre une pomme frite ou une purée.



#39 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 17 octobre 2018 - 05:13

Inversement, le pied n'a qu'un adversaire :

son autre pied. Celui du même corps.

Que l'un parte sur la droite, l'autre le suit.

Sur la gauche, une et même dépendance.

Que l'un veuille ne pas suivre

et c'est

_ comme l'équateur au milieu de la bière

intime

la loi de Coriolis ;

ou l'église au milieu du village

subit

cloches et merles _

et c'est

assurément,

œil parmi les terres

dévers-au-désert,

le cloche-pied !



#40 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 17 octobre 2018 - 08:09

L'homme est sur le parvis de l'église. Assis sur les marches, il montre aux badauds sa jambe blessée, le pied escamoté, la chaussette sanguinolente, percée. On pourrait croire qu'il demande l'aumône mais c'est plus compliqué. A ceux qui approchent, il parle d'assurance, de contrat d'assurance.

« Et vous, qu'avez-vous fait ? »

Rien, bien sûr. Qu'auraient-ils pu faire, ces mauvais citoyens ? Le représentant victime d'un rare, mystérieux et effrayant phénomène de combustion spontanée ne les sollicitera plus.

Les cloches de l'église sonnent 14h43. Pourtant, le jour n'est déjà plus si clair.

Le pied enfle.

#41 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 17 octobre 2018 - 08:42

Le pied ne cesse d'enfler. Comme la mitre et la crosse de l'évêque. Comme sa longue robe rouge d'apparat lui couvrant tout le corps.

_ '' Ceci est son corps, ceci est mon pied '', pense-t-il un peu blasphémateur.

Mais blasphémer n'est pas tuer. Tout au plus, une légère boursoufflure, un stade spontané du développement de l'Un, un essaim de sangs et de femmes aux menstrues vermillon, et peut-être bas nylon.

_ '' Là, j'ai honte... '', pense l'Homme, toujours un peu effarouchible.



#42 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 17 octobre 2018 - 11:23

La honte prend souvent la forme d'une chaussure. Crevée de part en part, elle parle en faisant référence au corps gonflé à bloc de l'évêque qui s'envole, depuis le parvis, pareil à un gros ballon rouge porté par le vent du blasphème.

La semelle respire fort. La chaussure délire. Le satanisme du pied semble de plus en plus manifeste. Ni salvation ni jolie serveuse ne semble devoir aider l'homme dont la jambe ressemble de plus en plus à un écran de télévision.

#43 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 17 octobre 2018 - 04:30

Le Pied __ au sens aigu de l'épiderme,

prend la forme d'une immense plaie.

Le sang s'y bouscule.

Envahit la croûte enkystée du gros orteil.

 

Ce jour-là des grands procès de la Révolution d'octobre..., le pied-mélenchon tout retourné, défait de sa bride, s'enfonce.

Il pleut. L'Œil engloutit sa vision. Une lézarde dans le mur allonge son talon. Dans l'indifférence totale du corbeau venu boire.



#44 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 17 octobre 2018 - 05:36

Le pied n'était qu'un hologramme.

Le corps de l'homme partiellement effacé altère le regard sur la réalité que tente de porter l'évêque en proie au doute. Il pleut.

La nuit tombe. Jean-Luc se débat maladroitement avec son double figé dans un tableau historique un peu grotesque mais réellement tragique. La nuit s'écoule, tissée d'ombres enroulées comme de gros tapis. Leurs lignes brisées et sablonneuses semblent dessiner la silhouette du pied, débarrassé de toute chaussette.

Comme l'homme dont le corps s'efface, le pied se dévêt.

On dirait un strip-tease.

#45 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 18 octobre 2018 - 05:20

_ '' C'est un scindale ! '' vocifère-lucifère Georges, sorti de nulle part.

 

Sous l'émotion, l'évêque, tombé de sa chaire, se retrouve dans l'hémicycle.

_ '' C'est un miracle, c'est un miracle... '' s'engouffre l'archevêque, toutes robes retroussées, et grade pris au passage, sans même bien se rendre compte qu'il est assis à la gauche de Nadine, bas nylon défaits sur ses jambes ébranlées. '' Nadine, mon trésor, mon gros boa '', délire-t-il.

_ '' Non. Ce n'est pas ça. '' réplique cinglante de Nadine, n'autorisant aucune confusion sur l'espèce. Encore que... pût-elle, putative intuition, le deviner, le boa constrictor de l'archevêque, presque d'évidence, répond au doux nom angélique de Nadine-Le-Boa .

 

Témoin de tant de confusions, l'Homme, ne sachant trop s'il est lui-même ou l'ombre de son pied, sent monter en lui un vagal vertige. De ceux que le tempérament sanguin de Jean-Luc jamais ne lui autorisera. Magistral vertige à l'hologramme impossible.

 

A bien résumer la situation - moindre équivoque pouvant mener à la rumeur, l'archevêque s'envole, se dégonfle, puis choit. L'Homme se défait, se dévêt, puis choit, à distance raisonnable de l'archevêque. Jean-Luc s'emporte, monte sur ses grandes chaussettes, puis quoi ? Car, comme dit l'hologramme du proverbe, point ne faut mélanger les chaussettes et le goupillon ! S'il en est de la qualité de la chaussette à travers son élasticité, il en va autrement de la laïcité. Ce pourquoi l'exclamation tonitruante de Georges tisonne encore dans tous les parthénons et hémicycles de la Raison, reprenant toute sa dimension.

 

Il flambe.



#46 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 18 octobre 2018 - 05:50

Voici l'Homme. Voici le Pied.

Et voici la Chaussette.

 

Le ciel. Les bâtiments. Les flammes. La circulation routière.

Un vrai problème, ça. Pour la divination et pour la purification.

 

L'archevêque déjà enfant bénissait les tuyaux d'échappement des voitures garées dans sa rue. Plus tard, il serait ce jeune curé fringant, chef d'un gospel endiablé. Jean-Luc déjà se fabriquait des hologrammes à base de vignettes Panini.

 

Puis, l'émoi de l'adolescence. Les premières chaussures de marque. Et l'une d'elles, trouée par un bec d'oiseau perfide, tak ! D'un mouvement sec de sa petite tête de rouge-gorge belliqueux, il perce le cuir de la chaussure qui se fissure.

 

Le garçon regarde avec effroi l'abîme qui s'ouvre dans ce qui n'est plus qu'une godasse miteuse. Très, très loin de lui, on entend son copain lui crier : "Gars, viens voir, j'ai envoyé mon onolograme à Champs sur Marne !"

 

Mais il n'écoute que le la voix de Dieu qui lui explique : "c'est la mitre ou la mallette du représentant en assurances, jeune homme."

 

A présent, son corps tout entier investi par le Divin Hélium, il vole au-dessus de la Ville qu'il pourrait bénir toute entière si Nadine, un peu affolée par ce vol un peu improvisé, ne s'accrochait si fermement à son bras.

 

Georges n'est plus qu'un petit point qui circule à la périphérie d'un monument historique qu'il pense lui être dédié. Jean-Luc a disparu sous un nuage d'électrons ivres et trop irrésolus pour composer un hologramme stable. Au lieu, ils étourdissent l'homme qui éructe à la face de ce même monument qu'il pense lui être dédié.

 

Seule l'image de la chaussette abandonnée se détache aux yeux de l'archevêque qui se sent l'âme d'un archange. Elle seule exprime le Caractère Divin de la Vie et Sacré de Jean-Luc (qui n'est plus qu'un esprit pur, dissocié en mille et une parcelles hologrammatiques qui forment un mystérieux alphabet) sans se soucier de ce qui brûle autour et au-dessus d'elle.

 

Le monde n'est plus que flammes, en fait.



#47 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 18 octobre 2018 - 06:07

Ecce Homo !

A ces mots, Serge accourt. Son temps ne fait qu'un tour. Il s'effondre à jamais.

Ô probe Serge ! En ce monde de faux et de flammes.

 



#48 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 18 octobre 2018 - 07:46

Un poste de télévision demeure. Doté d'un tube cathodique, il émet une image surannée et un son nasillard. Bientôt, c'est l'heure de la publicité. Le poste chante : « Aaah, doop, doop, doop, doop, doooop... » L'archange incandescent répond : « Dap, doo-wap, dap, doo-wap ». La chaussette s'étrangle : « Ils ne sont pas dans le ton ! » Le son des voix grossièrement mêlées est déchirant. La chaussette encore plus déchirée.

#49 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 18 octobre 2018 - 10:28

Commotionnée, penaude mais toujours fidèle, la chaussette s'en remet à son pied. Avec lui, au moins, elle ne risque pas la mise directe à la poubelle, au tri, à la déchetterie, au chiffon... C'est-à-dire au circuit infernal du recyclage. Ou au purgatoire de la décomposition lente. Purgatoire gardé par le citoyen Jean-Luc de la Grand' Gueule... Ne rentre en ce lieu qui veut !

_ '' Le Purgatoire, c'est moi ! ''

 

Oh ! merde..

 

Cela, on ne sait pas bien pourquoi..., a le mérite de laisser à l'Homme quelque temps précieux afin d'élucider le mystère. L'énigme toujours non résolue du rendez-vous. Du '' divin-Téther '' (prononcer Thétère) [comme il est prétendu dans les mauvaises traductions de la Bible des Assureurs, osant liaisons maladroites sur liaisons mal femmées afin d'égarer les mal-chaussés, d'où la Nadine accrochée aux devins bras du divin Archevêque à la crosse bien montée...].



#50 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 18 octobre 2018 - 06:54

Assurance tohu-bohu .......................................... 777 € / an

Assurance déluge ................................................ 5 €

 

La boule rouge dans le ciel emportait donc Nadine. L'homme dont une chaussette était trouée, même s'il ne l'avait guère connue qu'à la kermesse où elle se donnait en spectacle avec le malheureux Jean-Luc (ils répétaient inlassablement le même numéro, un odieux concours d'insultes et de grossièreté), la regrettait déjà. La boule rouge, ce qui avait été la robe d'un évèque, l'absorbait petit à petit en déchiquetant ses derniers vêtements qui tombaient, ironiquement, tout près de la chaussette languissante qui méditait à ce moment à la Révélation des Ecritures Assurantielles. Comme si ces vagues tissus effilés (et quelque peu souillés, déjà) pouvaient aider à réparer le noble sous-vêtement. Mais à présent, cette plaie sans origine connue ne lui était plus un problème. C'était un Hiéroglyphe, Lettre perdue et de toutes façons imprononçable d'un Texte sans relique et de toutes façons intraduisible que peut-être, sans le savoir, chacun foula du pied une fois dans sa vie.

 

Mais qui pourrait le dire. Si Révélation il y eut jamais, elle ne fut que la transparence de l'air. L'homme regarde au sol. Son regard tombe sur la chaussette. "Que fait-elle là ? Et qu'est-ce que j'ai fait de mon pied, au fait ?"

 

La boule rouge n'en finissait plus de s'éloigner en s'élevant. On ne voyait plus l'ombre d'un genou de Nadine. Et l'homme de s'écrier, d'une voix prophétique : "Merde ! Merde ! Merde !"

 

Assurance pluie de crapauds ................................... 812 €

Assurance Sodome (hors Gomorrhe) ...................... 9 001 €

Assurance Gomorrhe (hors Sodome) ...................... 9 005 €

Forfait Sodome + Gomorrhe .................................... 15 € (à saisir !) *



#51 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 19 octobre 2018 - 05:42

Là-haut, tout là-haut, dans le Divin Téther (prononcer Thétère, c'est important), on entend ricaner. C'est Nadine et son saint Archevêque, et quelques colonies foireuses de freux venant de s'empiffrer le boa. Le ciel est rouge, est noir, l'acmé bat son plein, pour peu on y verrait la Castafiore rouler l'air des bijoux sur un grand chariot .

 

Dans un bouleversement coquin de pau-pi-ères, et une poussée géante d'acné, Nadine, au faîte de son art, s'aventure :

_ '' Go More... hi hi hi... mais Sodome ! Quand même hi hi hi.. ''.

 

Titillé par son rire, le sang de l'Archevêque ne fait qu'un tour. Celui de Nadine aussi. Dans un latin très approximatif de tube catholique, l'Archevêque, sentencieux :

_ '' Ad Libitum Æternam Orgasmum ! '' Point.

C'est grandiose. N'appelle aucune autre admonestation.

 

Mais Nadine, sein fendu, tendue par la grâce et le saint Goupillon, à des milliers de kms de ce qui se trame sur la basse-terre, dans un magnificat circonflexe de A accentués, de répondre :

_ '' Allons, allons, soyons fous... KÂrm sous DrÂps ! OrgÂsm' Pour Tous !

 

Paf ! Jean-Luc, pris de court, et de peur, devant tant de relâchement, torse en avant, lance son dernier assaut :

_ '' L'Orgasme, c'est moi ! ''

Oh ! merdeee, décidément.

Puis s'évanouit. De sa petite mort narcisso-épaisse. Des chants de corps voluptueux, entremêlés de chants de cordes et de cuirasses, enveloppent l'atmosphère.

 

Le ciel est rouge et raide. Le Soleil à l'équateur.



#52 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 19 octobre 2018 - 06:33

Le sol se gondole.

 

Le corps de Jean-Luc alangui se confond avec le bitume et semble pris des mêmes convulsions. La chaussette indignée se love et tente de renouer des fils qui jonchent le sol, encore accrochés mais si fragiles !

 

L'homme, indifférent à l'orgiaque liturgie qui s'est enclenchée comme un choral lent puis agité de soubresauts rythmiques dus à la multiplication de formes canoniques insidieuses, se plonge dans ses souvenirs. Il se croit peut-être au comptoir d'un night-club où il sirote bière sur bière en laissant défiler dans sa tête des images confuses qui dérivent à leur tour en séquences obscènes. Ce qui l'entoure grésille.

 

Le corps convulsif de Nadine, que l'archevêque devenu pur esprit possède sauvagement, est comme un halo coloré qui se déplace à travers l'air, emportant le passant dans le flot continu d'un râle épais et corrupteur.

 

L'écclésiatique ne se contente cependant pas de s'approprier la fibre nerveuse et sanguine de son ouaille. Il mijote en oeuvrant un plan pour cette ville que rien ne couvre plus, les contrats passés dans les époques antérieures étant caducs.

 

Son goût pour la débauche publique (certes maquillée en rituels et autres opérations spirituelles de premier choix) n'altère en rien son ambition ultime : restaurer l'ordre divin sur cette portion de territoire manifestement abandonnée de dieu, principal assureur présumé de cette histoire. Et pour ce faire, il compte bien utiliser la chaussette abandonnée qu'il a repérée, non loin d'un homme hagard qui ne sera, quant à lui, d'aucune utilité pour le plan diabolique que le Pape concocte.



#53 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 19 octobre 2018 - 09:31

Que le Pacte qu'on poste ! Car, non loin de là, Olivier ne perd pas une miette de la scène. Pas le plus petit millimètre d'un timbre-poste semble le séparer de son ami Jean-Luc. Des frères de combats. Des frères de corporation. Des frères faux-frères, chacun attendant le faux-pas de l'autre. Sorte de tacite contrat affranchi aux mêmes taxes.

 

Mêmes faux-pas, mêmes tuyaux, même mensuration (sic), même tarot. Mêmes slogans, mêmes lectures, mêmes effigies, mêmes chiffres dans les manifs, mêmes places, mêmes Grands-Hommes, Marx, Lénine, Mao, Zarathoustra, Guevara, Chavez..., Nietzsche. Encore que ce dernier, par sa lucide folie, son gai savoir, et son génial coming-out '' Dieu est mort '' appartienne à tout le monde ; et même au Pape du Trou, qui, dans un mauvais espagnol de footballeux ivre d'avoirs et de fric, chante à voix alléchante la blancheur du Leche de Coco !

 

Même Tao.

Mêmes slogans amoureux... Puisqu'il faut à l'Armée une Terre Sainte !

 

Mais ceci n'est que le côté jardin du Plan diabolique qui se prépare. Que l'antichambre d'un Plan à la Soviet Suprême.

 

Dans la nuit nyctalope, on voit et entend se rapprocher les scies de Bosch.



#54 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 19 octobre 2018 - 04:13

La nuit.
Dieu devait encore trouver des bougies. Au lieu de quoi, il trouva des biscuits apéritifs. Il jugea cela bon et décida que ça, c'était le jour.

Le frigidaire était en panne. Le rosbif pourrissait à l'intérieur. Même le lait était tiède. Il décida d'aller dormir car qui sort dîne et une fois dans son lit, décréta que c'était vraiment le kif de sa mère (au prix d'aggraver certains débats théologiques). Il s'exclama : « C'est ça, la nuit ! »

Il décida par ailleurs que la nuit, tous les chats sont gris. Il se trompait.

Mais on sonnait. C'était Olivier !

#55 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 19 octobre 2018 - 06:22



#56 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 19 octobre 2018 - 06:52

_ ''Euh, bonjour, Monsieur. Jean-Luc n'est pas là ? ''

_ '' Non, mais je vous en prie, entrez. Il ne va pas tarder. Je me présente : Dieu. Voulez-vous boire ou manger quelque chose ? ''

Olivier est tout estomaqué, les intestins noués, les côtes serrées, le diaphragme fermé, les mains tremblantes...

_ '' Je vous en prie, mettez-vous à l'aise. Décontractez-vous. Il ne s'agit, en fait, que d'un moment à passer. ''

Olivier est de plus en plus déconfit. Des pensées impures (in)volontaires le cernent. Venant perturber sa belle jovialité habituelle.

_ '' Faut bien que le corps exulte..., susurre Dieu très brélien. Très brélien, mais pas rassurant pour autant.

Olivier est près de l'évanouissement. Du malaise vagal. Lui aussi.

'' Comment Dieu me parle, pense-t-il. Est-ce cela l'extase mystique ? Oh ! Vache. Quand je vais raconter ça aux copains. Ou bien, peut-être, Dieu travaille à la Poste, lui aussi ? Cela crée des liens. Au tri ou au service de distribution de la pub ?? ''

 

On sonne à nouveau. Car la porte sonne toujours deux fois.



#57 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 19 octobre 2018 - 07:02

Or, quand Olivier (qui se croit un peu chez lui chez Dieu) (ou Dieu sait qui) (ou qui sait) (qui) (?) ouvre la porte (la porte) (ou la porte-porte) (pas la poste, la porte), il perçoit imparfaitement, comme un symbole grossier mais immédiatement reconnaissable, la silhouette la plus effroyable qui se puisse rencontrer.

 

On pourrait croire la Mort. Mais non.

Le Capital se tient devant la porte. Avec un pli recommandé recouvert de peau humaine respirante, pour...

- Bah, c'est pour qui alors ?

 

Dieu s'impatiente.

 

Le salon est spatial, ce qui n'est pas commun pour Dieu (qui se laisse aller, ces temps-ci) mais rassure le gentil Olivier, ennemi déclaré du Capital.

- Déclaré, mais pas assuré, hé hé !" Dieu se ressert une bière. Il est un peu ivre. Il regarde le Capital, goguenard. Il se souvient vaguement qu'un jour, il s'ennuyait, il a fini par dire : "Tiens, ici il y aura le jour et là, c'est le plumard, et ça c'est cool."

 

Olivier se demande s'il pourra jamais expliquer ça à ses copains.



#58 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 20 octobre 2018 - 06:07

Dieu, bien qu'impatient, rigole dans son coin. Dieu n'est pas ce personnage étriqué et sans humour que l'on croit. Il sait faire plusieurs choses à la fois. Et, notamment, rigoler. Se taper sur le ventre, tout en levant le coude et le sourcil droit. C'est, d'ailleurs, ce qui charma Nadine : ses mains, son coude, ses sourcils, son ventre... Ce qui charma, de la même façon, Roselyne. Ah ! Roselyne... la fille au tailleur rose. Humm !!!

 

Vous l'allez voir. On ne prête pas à Dieu, pas même en caricature. On ne le like pas. On se donne !

 

C'est que hé hhé... ne suffit plus pour faire face au Capital, et pouvoir raconter ça aux copains. Contrairement à ce qui se rumeure sur les fakes-books, l'espèce sonne..., mais ne trébuche que rarement ! Il faut davantage que 4 ou 5 suprêmes de volaille et 5 ou 6 Leche de coco au Capital, pour lui voir un coup dans l'aile, et espérer le voir tituber. Ainsi, pouvoir l'assommer. L'exterminer. Le démembrer. En petites coupures. Bien propres, bien nettes. Prêtes à ramper dans le portefeuille de Dieu, qui les redistribuera comme bon lui semble, au cours d'une virée à la Poste, dans les quartiers chicos de Munich, ou dans ceux plus mal famés des Affaires.

 

Là, où s'ennuie à mourir l'Homme, complètement défait, hagard, transhumant d'un quartier à l'autre, d'un pied sur l'autre, pris d'un sentiment compulsif de honte, ne cessant de répéter, mi-frénétique, mi méticuleux :

_ '' C'est ma faute ! C'est ma faute ! Je suis timbré ! Je suis timbré ! Qu'on m'embastille ! Qu'on m'emposte ! ''

Ça n'a pas l'air d'aller beaucoup mieux.

On laisse les gens quelque temps, et les voilà qui partent en godasse !

Dieu rigole.

 

Avec des peut-être et des héhé, ainsi fit Dieu l'autre moitié du monde ! Celle qui marche sur la tête, à cause d'une chaussette trouée. Détail échappé du dernier jour de la Création. A la fois, monstrueux et rassurant, car même Dieu peut faire des erreurs. De divines erreurs, certes, mais des erreurs, tout de même. Peut-être (l'Histoire de Dieu est bourrée de peut-être) afin de nous laisser la liberté de choisir, de choir, raccommoder, jeter ou porter son propre fardeau. Le poids du trou. Le poids du néant. Sans oser parler du poids du rien... qu'icite un connaisseur relèverait.

 

La chaussette généalogique, la non-trouée, celle dont on ne parle jamais, est prête à lyncher sa jumelle, et tout ce beau monde interlope gravitant autour d'elle et autour de Dieu !

Ailes de Dieu ! Ah ! Le joyeux bazar qu'il a foutu ! L'Humain.

 

Dieu rigole dans son coin. Olivier découvre la réalité du monde. C'est là qu'il apprend qu'il est Dieu, une partie infime de Dieu, certes, mais quand même, ça fout un coup ! Et Jean-Luc qui n'arrive toujours pas ! Nadine et l'Archevêque s'envoient toujours en l'air. La fille aux bas nylon est partie sans laisser d'adresse. Jean-Luc ? La chaussette vierge se réveille. Telle une houri, aguichante et belle, chevauchant à travers les paradis.



#59 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 20 octobre 2018 - 07:29

Il faut imaginer le tableau d'apocalypse qui se dessine en cette ville maudite.

 

L'espace est strié de traits verts comme des fêlures qui se manifesteraient en coulures glauques, fines et incisives : le sang de la réalité.

 

L'appartement abandonné, fenêtres fermées, alarme incendie enclenchée. Une armée d'assureurs se lève, équipée de marteaux et de torches vives; Sur leur passage, ils assomment les gens et brûlent les habitations en humiliant leurs victimes : "Vous voyez bien bien que vous auriez dû le signer, ce contrat ! Il n'est plus temps ! Vous êtes mort(e), défiguré(e), édenté(e), abandonné(e) de Dieu (avec qui nous avons un contrat d'exclusivité !"

 

Dieu tonne.

- Non, ce n'est pas cela.

 

Dieu se retourne. De l'autre côté, il y a un monument bizarre autour duquel tournent amèrement divers personnages qu'il reconnaît à peine, tant leurs visages sont déformés par le désespoir, les hallucinations et l'ambition elle-même. Jean-Luc, Olivier, les deux amants  ecclésiastiques au fond, un petit point quasi immobile qu'est sans doute l'homme dont une chaussette était trouée, puis...

 

A sa porte, le Capital attend toujours. Le monde est à sec ! Dieu est en dette.

 

Mais Dieu s'en fout. Son regard s'est porté sur la jolie chaussette qui, blessée, n'en est que plus belle et désirable. Debout et cambrée comme une guerrière qui s'apprête à mener l'assaut, elle danse à travers l'air instable de la cité. Elle danse merveilleusement, comme si elle vouait chacun de ses mouvements à la Gloire de Dieu. Mais une Gloire lascive et sensuelle, tandis que gronde et cogne, encore distante, à l'horizon l'Armée des assureurs dont on entend déjà le chant de guerre.

 

  • Dans la plaine les baladins
  • S’éloignent au long des jardins
  • Devant l’huis des auberges grises
  • Par les villages sans églises.
  •  
  • Et les enfants s’en vont devant
  • Les autres suivent en rêvant
  • Chaque arbre fruitier se résigne
  • Quand de très loin ils lui font signe.
  •  
  • Ils ont des poids ronds ou carrés
  • Des tambours, des cerceaux dorés
  • L’ours et le singe, animaux sages
  • Quêtent des sous sur leur passage.


#60 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 450 messages

Posté 21 octobre 2018 - 06:24

Le sang de la réalité est vert, donc. Et strié. Comme une vieille raie.

 

_ '' Oh ! my God...Oh ! My God....'', d'un ton éploré et pleurs rares.

C'est Élisabeth qui passe, coiffée de son bibi assuré sur l'honneur, au bras d'Apollinaire, las de godailler.

 

Au loin les baladins..., tournant, tournant, sur les maigres manèges de Nantes. Point n'est possible ici de trouver Dante. Imaginez Jean-Luc, fou de rage et de jalousie, capable de lui casser la figure et piquer une sainte colère à défaire à jamais et le Purgatoire et l'Enfer. Que resterait-il à Dieu ? Hein ? Le paradis ? Le paradis de la jolie chaussette. Soit. Mais, si tant est que cela reste séduisant, il n'en est pas moins vrai qu'il faille au paradis un éther divin et fiable, une ouate toujours fraîche, une qualité sans faille de douceurs et de puretés, un cocon éternel d'amours voluptueuses. Or, une chaussette ayant servi, servant, ou qui servira, - de n'importe quel pied dont il puisse s'agir - (langue tirée, tant la situation s'avère impensable) emboucanera. Du bas-français boucaner disant à l'oreille ce qui se passerait au paradis...

 

_ '' Are-you sure ? '' C'est la voix timide et décontenancée d’Élisabeth en train de défaillir.

C'est chaud.

 

Depuis quelques jours, ne voit-on pas Dieu se promener au bras d'Apo, tous deux rigolards et en chaussettes vertes.