Aller au contenu

Photo

Lettre à un jeune poète

Québec Amérique XXIe

  • Veuillez vous connecter pour répondre
9 réponses à ce sujet

#1 Julien Hoquet

Julien Hoquet

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 255 messages
  • Une phrase ::Je regarde un ciel étoilé et je me sens une grande humilité.

Posté 14 avril 2019 - 04:33

Je suis entré clandestinement

Dans la maison de la poésie

J'ai brisé la fenêtre de la cave

Avec les cailloux de mon enfance

Je sifflais alors des chansons naïves

Pour prolonger mes rêves dans la nuit

Je me suis caché près de la monstrueuse

Cette fournaise brûlante de vivre

Et déjà, mes vers étaient en cendres

''Ralouer paratonne

Quand cantonner la fumée de rejet

Paradoxalement inquiet

Au cours du fourrage patenté

Béat du ce qui ballotte

Dans lu le livret paroissiale

Des bouts rockants écarlates

En cristal de Baccarat...''

Je voulais échapper à moi-même

Je prisais d'être un autre

J'ai grandi au cœur de la catastrophe

Avec les fantômes et les rats

De la littérature domestique

Mais chacun me raillait

Ma voix n'était que rouille

Par le caniveau

Je regardais tomber la pluie

J'apprenais la mélancolie

Et la mélancolie me prenait

Je m'inventais une origine aristocratique

J'attendais ma reine

Je m'habituais à l'odeur de l'humidité

Qui se mêlait à mes larmes

Puis la passion s'est éclatée

Un cœur violant me réclamait

Je ne savais le nommer

Le sébum m'envahissait

J'écrivais des poèmes étranges

J'en bavais avec les seins des filles

J'étais phosphorescent

Les fantômes et les rats

Me snobaient

Ils voulaient m'expulser de la cave

Je me suis expatrié vers le rez-de-chaussée

Là, tout m'était étrange encore

Mais d'une autre manière

La lumière brouissait mes yeux

On me parlait de Dieu

J'avais peur de mettre le feu

Par la grande fenêtre du salon

Je dévorais la mer

Je croyais que le ciel l'avait avalée

J'écrivais alors des poèmes décadents

Que les bateaux célestes

Déballaient de leur cales

Avec des mots saugrenus

Aux hales étonnants

J'apprenais le paradoxe

Et le goût de la nostalgie

Pendant qu'un parfum de lavande

Qui traînait dans le boudoir

Entretenait l'odeur de la femme

Dans ma poésie

Et me parlait d'idéal

Et je conjuguais l'amour

À tous mes rêves

Et la nuit quand venaient les étoiles

J'étais à genoux

Pour apprendre le nom des constellations

Alpha du Centaure, Capella ou Procyon

Dans mes mains se déposaient

Leurs murmures lointains et féminins

Que je buvais à m'en soûler

J'apprenais le désespoir

Et le désespoir m'amenait au silence

Que je cherchais à fuir

Par la drogue et l'alcool

Mes poèmes avaient les yeux rouges

Et la candeur d'un ado perpétuel

J'étais de mon temps

Et mes idoles frayaient avec l'enfer

J'abusais des dictionnaires

Des virgules emboucanées

Et des points d'interrogations bételgeux

Je flirtais avec les morts

Et je découpais des poèmes

Dans mes fantasmes psychédéliques

Je savais que je n'aurais jamais

Le talent pour écrire

Alors je défiais la poésie

Et j'allais du salon à la chambre

Pour racler et biner

La terre de mes ancêtres

Pour espérer voir pousser

Des aurores boréales

Dans mon crayon

Et la tête dégoulinante

D'éternité

J'écrivais toutes les nuits

Sachant qu'un nombre infini de singes

Avec un temps infini

Pouvaient écrire sur des claviers infinis

Des œuvres de génies

Et chaque nuit

J'allais compter les étoiles

Je voulais être assuré

Qu'il n'en manquait aucune

Et une nuit de pleine lune

Je laissai tomber l'écriture

Dans la berlue de l'Univers

Aveuglé d'orgueil

Je trébuchai dans la cheminée

Et revenu à mon point de départ

Je suis ressorti par le carreau brisé de la cave

Et maintenant je marche sur le chemin des roses

Et j'écoute le chant des oiseaux

L'autre matin, je me suis surpris

À siffloter une chanson enfantine...



#2 M. de Saint-Michel

M. de Saint-Michel

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 671 messages
  • Une phrase ::Je suis quelqu'un pour qui poésie et respiration ne font qu'un.

Posté 14 avril 2019 - 05:53

Une "autobiographie" (?) bourrée d'images et de formules surprenantes que l'innocence retrouvée la fin vient couronner...

#3 gab

gab

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 370 messages
  • Une phrase ::"Les frontières de mon langage sont les frontières de mon monde", Ludwig Wittgenstein

Posté 14 avril 2019 - 10:22

Un sacré voyage dans le temps... Quel vision de la jeunesse!

#4 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 101 messages

Posté 15 avril 2019 - 05:32

J'aime beaucoup la narration, vive, fraîche et juste, je l'aurais volontiers lue en prose poétique (plus fluide, dans ma lecture).



#5 Julien Hoquet

Julien Hoquet

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 255 messages
  • Une phrase ::Je regarde un ciel étoilé et je me sens une grande humilité.

Posté 15 avril 2019 - 02:28

Une "autobiographie" (?) bourrée d'images et de formules surprenantes que l'innocence retrouvée la fin vient couronner...

Merci M. de St-Michel. ''Autobiographique?'', probablement. Je me suis souvent senti comme un usurpateur dans la maison de la poésie. 


Un sacré voyage dans le temps... Quel vision de la jeunesse!

Merci Gab.



#6 Selphie

Selphie

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 653 messages

Posté 15 avril 2019 - 02:32

Hé bien, hé bien, j'en reste ébaubie!



#7 Julien Hoquet

Julien Hoquet

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 255 messages
  • Une phrase ::Je regarde un ciel étoilé et je me sens une grande humilité.

Posté 15 avril 2019 - 02:40

J'aime beaucoup la narration, vive, fraîche et juste, je l'aurais volontiers lue en prose poétique (plus fluide, dans ma lecture).

Merci Hattie. Vous êtes perspicace! Ce texte, je l'avais d'abord écrit en prose avec plein d'incontinence verbal, une logorrhée où on se vide le cœur. J'ai voulu en garder que l'essentiel avec un style (des vers courts) que je pensais mieux maîtriser. 


Hé bien, hé bien, j'en reste ébaubie!

Merci Selphie. J'aurais voulu comprendre plus tôt, que la poésie ce n'est pas que de la littérature, mais il faut paraît-il laisser du temps au temps.



#8 PaulMUR

PaulMUR

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 68 messages
  • Une phrase ::J'ai deux épaules pour ne rien porter du tout et un stylo pour écrire des bêtises.

Posté 15 avril 2019 - 05:55

Une façon très particulière de poétiser son vécu.  J'apprécie.



#9 Ioscrivo

Ioscrivo

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 267 messages
  • Une phrase ::Il y a ces heures qui ne font pas partie du jour, celles où je gagne du temps en en perdant, celle où je me libère de l'engrenage de ce monde qui tourne à l'envers. Alors elle est revenue et je la laisse faire.

Posté 15 avril 2019 - 08:36

J'aime follement ce poème. Cette poésie que l'on croque à pleine dent comme la vie.Cette poésie sincère qui ne triche pas. Cette poésie du coeur, celle qui nous donne des nuits blanches car les mots nous brûlent au fond de l'âme, celle de la tendre déclaration, des mots d'amour que l'on voudraient singuliers. Cette poésie qui nous anime comme un voilier parmi les courants des êtres. Cette poesie, celle la même que j'aime par dessus tout. Alors merci tout simplement.Merci Julien.

#10 Jped

Jped

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 040 messages
  • Une phrase ::Le voyage immobile après une vie de voyage

Posté 20 avril 2019 - 03:53



Il y a quelque chose de rimbaldien dans cette quête de soi-même et de la Poésie, un bateau ivre, mais qui revient au port. Quelque chose aussi de Jean Genet dans cette quête, ce voyage au bout de soi-même. Avec une force, une sincérité - du vécu, du vrai- qui nous emportent nous-mêmes dans la grande aventure.