Aller au contenu

Photo

Pascal Bruckner

Québec Amérique XXIe

  • Veuillez vous connecter pour répondre
8 réponses à ce sujet

#1 Julien Hoquet

Julien Hoquet

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 432 messages
  • Une phrase ::Je regarde un ciel étoilé et je me sens une grande humilité.

Posté 26 octobre 2019 - 05:06

Philosophie de la longévité

Pascal Bruckner, Grasset, Paris, 2019, 256 pages

 

Lecture de Sébastien Vincent

Le Devoir, le 26 octobre 2019

 

Voici un essai qui est doux et qui fait du bien. Dans cette « autobiographie intellectuelle autant que manifeste », le philosophe français Pascal Bruckner propose une stimulante et soulageante réflexion autour du temps long de la vie. En convoquant Anciens et Modernes, l’auteur notamment de L’euphorie perpétuelle« envisage cette période médiane, au-delà de 50 ans, où l’on n’est ni jeune ni vieux, mais toujours habité d’appétits foisonnants ». C’est « l’été indien » de l’existence. Le défi : savoir ce qu’on en fera.

 

De tout temps, des conventions ont marqué les âges. En citant Stefan Zweig, Bruckner rappelle qu’au XIXe siècle, « être jeune constituait une entrave à toutes les carrières ». Depuis la Grande Guerre, faucheuse d’une génération, puis Mai 68, la jeunesse est devenue vertu cardinale. La médecine aidant, la vie offre désormais un sursis de 20 à 30 années par rapport au début du XXe siècle. Une génération ! La cinquantaine arrivée, période située « entre la grâce et l’effondrement », la question surgit : comment faire fructifier cette « moisson de jours supplémentaires » ?

Ce sursis se veut angoissant et passionnant. Bruckner n’est pas dupe : « Ce n’est pas la vie que la médecine et le progrès scientifique prolongent, c’est la vieillesse. » Un cadeau potentiellement empoisonné avec ses maladies et la démence. Partagé entre « l’épouvante de la décrépitude et l’espérance folle d’un miracle », on admet que « prendre de l’âge n’est tolérable que si l’on reste décent de corps et d’esprit ».

 

Beaucoup « souhaitent aujourd'hui s’affranchir et profiter de ce moratoire entre maturité et vieillesse pour réinventer un nouvel art de vivre », soutient l’auteur, lui-même septuagénaire. Bruckner invite à s’accomplir dans le quotidien, voire dans le travail. Il propose de se dépasser de multiples manières, en entretenant, par exemple, l’esprit d’exploration et de révélation, en se remettant à la connaissance, en exploitant les aspirations passées et la rétrospection pour rebondir.

 

Bruckner prône aussi le maintien du goût des plaisirs et du monde. Appréhender ce dernier comme si c’était la première fois, c’est peut-être faire place à la passion et, oui, à l’égarement des sens, à condition, bien sûr, « de faire preuve d’élégance dans la proposition […]. L’appétence charnelle, à cette altitude, doit rester discrète »… Ainsi, à l’automne de la vie, tout n’est plus possible. Il importe cependant de demeurer mobile, la conscience ouverte, « même si le champ des virtualités s’amenuise chaque jour ».

 

Cet excellent essai propose de tendre vers une vie épanouie, plutôt que réussie, car le concept de réussite « a ceci de gênant qu’il semble clore la recherche puisque l’état le plus désirable a été atteint ». Par une chance inouïe, il est aujourd'hui possible d’y œuvrer plus longuement. Tant que l’on aime et que l’on crée, nous vivons une brève éternité, la seule qui nous est permise. Rien d’autre ne nous est dû. Aussi bien l’habiter pleinement jusqu'à la chute finale, inéluctable.

 

JE SUIS UN VIEUX FOU

 

Je gribouille

Tel que je suis

Vieux fou

Sous les étoiles

Je gourgousse

Un chant de gorge

Que la vie m'a gossé

Ainsi, je m'encharogne

Dans l'amer café du matin

Je suis roupailleux

Que voulez-vous?

J'aime les bébelles

Et les imbéciles

Aux oreilles d'or

Mais d'abord

Faut que je m'grouille

Sans dévaler

Et que je me recrache

Sans m'avaler

Je ne vais pas m'écrapoutir

Je vous le jure

Ces échouritures

Ne sont faites

Que pour les pourris

Et leurs pourrissons

Mais quand on me fait

Bidi bidi

Je continue

À me bercer

Je vous l'ai dit?

Je suis fait ainsi

Et drette-là

Je vais vous l'dire

Avec ma maudite

Tête de cochon

Personne ne me dira

Quoi faire...

 

Je persiste et je signe

Le vieux fou

 

 

 


 

 



#2 M. de Saint-Michel

M. de Saint-Michel

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 10 399 messages
  • Une phrase ::Je suis quelqu'un pour qui poésie et respiration ne font qu'un.

Posté 27 octobre 2019 - 01:24

Une belle philosophie à notre époque de jeunisme, pour ne pas dire de juvénolâtrie...

#3 Sinziana

Sinziana

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 328 messages
  • Une phrase ::La vie en poésie, vivre en profondeur la légèreté, vivre avec légèreté la profondeur.

Posté 28 octobre 2019 - 04:14

Tout est dit, merci pour cet excellent article et son poème assorti.
J'ai une affection particulière pour les "Vieux fous", la folie n'est elle pas l'autre face de la sagesse ?

Dans le temps nous sommes tous perdus, alors, continuons de nous bercer de mots et de silences, continuons d'honorer l'instant De Toutes Nos Forces.

#4 Julien Hoquet

Julien Hoquet

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 432 messages
  • Une phrase ::Je regarde un ciel étoilé et je me sens une grande humilité.

Posté 30 octobre 2019 - 12:23

Vieillir c'est le seul moyen que j'ai trouvé de ne pas mourir jeune, disait Oscar Wilde. Bruckner affirme ''on n’est ni jeune ni vieux, mais toujours habité d’appétits foisonnants''. '' La médecine aidant, la vie offre désormais un sursis de 20 à 30 années par rapport au début du XXe siècle. Une génération !'' Qu'en ferons-nous? 



#5 Laurence HERAULT

Laurence HERAULT

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 844 messages
  • Une phrase ::Notre monde a besoin de plus de poésie
    Mais si l'on cherche bien, elle se niche partout.
    Il y a des fleurs sauvages au pied des grandes tours
    Et le chant des poètes embellit notre vie.

Posté 01 novembre 2019 - 08:23

Qu'en ferons-nous ?

 

Tout d'abord se pauser, réfléchir, trouver ce qui nous rend heureux, ce qui nous fait vibrer...

Se prendre par la main et aller de l'avant, tant que l'on est vivant et que l'on a la force de suivre ce que notre cœur désire profondément... 



#6 Julien Hoquet

Julien Hoquet

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 432 messages
  • Une phrase ::Je regarde un ciel étoilé et je me sens une grande humilité.

Posté 05 novembre 2019 - 02:58

Ne reprochons pas aux philosophes de philosopher. Il est tout de même intéressant de constater que cette nouvelle longévité de la vie nous permettre d'apporter à nos sociétés une valeur ajoutée. Qu'en ferons-nous ?



#7 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 16 954 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 05 novembre 2019 - 03:52

Le silence la seule vérité qui dure



#8 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 312 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 05 novembre 2019 - 09:34

S'en souvient-ol ? Se le rappelle-t-elle ?

#9 Julien Hoquet

Julien Hoquet

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 432 messages
  • Une phrase ::Je regarde un ciel étoilé et je me sens une grande humilité.

Posté 06 novembre 2019 - 11:33

     ?