Aller au contenu

Photo

Des épaves, au fond des yeux

Québec Amérique XXIe

  • Veuillez vous connecter pour répondre
4 réponses à ce sujet

#1 Julien Hoquet

Julien Hoquet

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 737 messages
  • Une phrase ::Je regarde un ciel étoilé et je me sens une grande humilité.

Posté 09 septembre 2021 - 10:55

Comme elle était belle

Ma douleur

Elle avait des épaves

Au fond des yeux

 

Tant de chagrins

Tant de tristesses

 

Avec un ciel étoilé

Qu'elle portait

Sur ses épaules

Et des miracles

Dans ses mains

Qu'elle offrait

Aux vents capricieux

 

Comme elle était belle

    Ma douleur

Comme elle était belle

 

Avec ses cheveux blancs

Sa voix brisée

Sur des points virgules

Et son odeur

Qui a pris le large

À jamais

Un matin de septembre

 

 

 



#2 Laurence HERAULT

Laurence HERAULT

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 719 messages
  • Une phrase ::Notre monde a besoin de plus de poésie
    Mais si l'on cherche bien, elle se niche partout.
    Il y a des fleurs sauvages au pied des grandes tours
    Et le chant des poètes embellit notre vie.

Posté 10 septembre 2021 - 07:03

Douloureusement beau...



#3 M. de Saint-Michel

M. de Saint-Michel

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 12 220 messages
  • Une phrase ::Je suis quelqu'un pour qui poésie et respiration ne font qu'un.

Posté 10 septembre 2021 - 12:15

Une douleur dont on regrette (presque) la disparition....

#4 patricia moles

patricia moles

    Patricia mo!es-herreman

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 205 messages
  • Une phrase ::Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés ...
    Heureux ceux qui ont soif de justice car ils seront rassasiés...

Posté 11 septembre 2021 - 09:45

Que de beauté dans cette nostalgie ! On est pris aux tripes.

Amicalement,

Patricia.



#5 Jped

Jped

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 625 messages
  • Une phrase ::Le voyage immobile après une vie de voyage

Posté 15 septembre 2021 - 06:06


Plus qu'à une personnification, c'est à une généralisation de la douleur aux dimensions du monde, à une identification de la douleur - et de l'être aimé, à jamais perdu- à l'univers, dans son infini ... et sa beauté que nous assistons.
M. de Saint-Michel" Une douleur dont on regrette (presque) la disparition...

C'est vrai. Dans la mesure sans doute où elle est sublimée par les identifications aux forces et aux beautés du monde ?