Aller au contenu

Fabienbien

Inscrit(e) : 05 sept. 2016
Hors-ligne Dernière activité : févr. 22 2024 10:20

#399472 Lorsque tu paraîtras..

Posté par Fabienbien - 31 décembre 2023 - 01:13

Lorsque tu paraîtras que pourrais-je te dire
Que tu n'aies déjà vu, deviné, ressenti ?
Que dirais-je de neuf, de juste, de gentil,
Toi qui dardes sur tout le joug de ton empire ?

Que ne saurais-je faire, enfreindre ou même pire…,
Afin que notre amour ne soit plus démenti
Ni ton couronnement jamais anéanti :
Que ta majesté puisse éternellement luire !

Tant de beauté béante aux affres de la mort,
Reflète à l'infini la vertu du remord :
Abîmons-nous, la vie aime que l'on pardonne.

Demain n'existe pas reçois moi maintenant !
Vers toi je viens je monte où ne reste personne
Et je veux qu'on nous voit ensemble y culminant.




#399451 Crise éclair à...

Posté par Fabienbien - 23 décembre 2023 - 10:18

 

Crise éclair à Paris le rayon étincelle,

Chaos d’heures lestant leurs pas d’inanité.

Les rabais ont banni la belle qualité,

Cependant qu’au rebut l’avenir se modèle.

 

Parmi les errements qu’un tel ballet recèle

… Une inspiration suffit en vérité

À dénouer le drame auquel l’humanité

Se rappelle un instant puis qui se renouvelle.

 

Les listes, les calculs finissent en festin

Quand leur addition infecte l’intestin,

Réduisant du repos à l’envi la durée.

 

Destinée à hanter tous les grands magasins,

L’immodération en l’âme immesurée 

Nous contraint d’assouvir nos désirs assassins.

 




#399399 « …à en mourir »

Posté par Fabienbien - 09 décembre 2023 - 03:13

Très très bien bravo et dans la forme et dans le fond ! Continuez je vous prie dans cette direction


#399396 Qui donc connaît..

Posté par Fabienbien - 09 décembre 2023 - 12:14

Qui donc connaît la femme
Dont le regard fend l'âme ?
Qui jamais aperçut
Celle qui souffrir sut ?

Qui peut en rendre compte ?
Au-delà de la honte,
Elle qui fait du mal
Un profit maximal.

Qui l'a vraiment comprise
Dans sa noble entreprise
D'exorciser la peur
Pour quitter sa torpeur ?

Que d'aucuns soudain croisent
Au hasard qui les toisent
Ses deux yeux de rubis,
Versent leurs alibis.
 
Un instant son coeur saigne
Et dans la mort tout baigne ;
Tout à coup elle rit,
Et notre esprit guérit.
 
Son regard qui fend l'âme
Et l'espoir, n'est que flamme ;
Sentiment qui conçoit,
Fonde quoi que ce soit.




#399381 entre toutes vertus...

Posté par Fabienbien - 07 décembre 2023 - 12:59

Un beau plaidoyer en faveur de cette vertu dont, en ces tristes jours, nous avons tant besoin!… MERCI !




#399379 entre toutes vertus...

Posté par Fabienbien - 07 décembre 2023 - 12:23

Entre toutes vertus j’admire le courage,

Dont l’exposition n’en est que l’apanage !

Son étymologie - en latin cor, cordis -

Signe le fruit du cœur dans lequel je mordis...

Le courage d’abord donne à qui le possède

Une émanation dont le parfum ne cède

En rien à la beauté ni même à la bonté,

Mais en crée alentour la possibilité.

En outre il nous conduit en respectant ses codes,

A traduire tout acte en de superbes odes :

Tantôt c’est pour soi-même on ose s’écouter,

Tantôt pour aider l’autre on en vient à lutter.

C’est une force pure à partir de laquelle

On peut agir sans frein ni honte de séquelle.

On sait ce qu’il faut faire au-delà des raisons

Et le devoir nous pousse en ses inclinaisons.

Qu’on en manque un instant reste toujours possible,

Nul ne peut proprement devenir invincible ;

Pourtant si l’on en croit la seule vérité,

Le courage a raison de toute adversité.

Comment donc l’acquérir ? Je ne saurais le dire

Sinon qu’envers l’enfance il faut que l’on l’attire.

À l’enfant en bas âge on se doit de montrer

Comme il est bon d’agir pour la torpeur contrer.

Face à quelque frayeur à dessein provoquée,

Il faut de son seul fait qu’elle soit révoquée ;

Qu’il dompte, qu’il surmonte en lui-même la peur,

Qu’il lutte pour finir par chasser la stupeur ;

Que pour lui le jeu soit occasion d’apprendre

Et vainque le plaisir malicieux d’attendre ;

Qu’il puisse réfléchir et se laisser nourrir,

Pour petit à petit confiance acquérir.

Quand le courage advient chez un sujet sans crainte,

Il faut que l’énergie encore en soit non feinte

Ou bien l’on risque fort de se faire équarrir

Et dans un combat vain se blesser ou mourir.

L’intention sur tout doit prévaloir en l’âme

Comme unique secours pour allumer la flamme.

Le courage n’a pas en soi tant de valeur,

En actes il obtient de ses bienfaits la fleur ;

Et le plus sûr moyen que de lui rendre hommage

Est d’essayer au moins d’en faire un bon usage.

Au fur et à mesure on saura progresser,

S’habituer ; enfin, ne plus jamais cesser.

Mais il faut pratiquer avant que l’on oublie,

Ne jamais renoncer au vœu qui nous y lie ;

En convoquer l’esprit à chaque occasion,

Surtout lorsque survient une indécision.

Instruit de ces décrets le cœur a l’avantage

Et rien n’empêchera bien longtemps le courage.




#399289 Ô lyre…

Posté par Fabienbien - 15 novembre 2023 - 08:51

Ô lyre suis
Mes fantaisies ;
De poésies
Toi qui m'instruis.

Si tu me fuis
Les jalousies,
Dont mes folies
Sont les appuis,

Sauront m'attendre
Pour mieux me pendre.
Je suis confus,

Et n'ai que faire
De tous ces buts
Où je m'enferre.




#398591 Comment ne pas…

Posté par Fabienbien - 03 août 2023 - 08:38

Comment ne pas apprécier un tel sonnet?

merci du fond du cœur, "si fidèle si doux" M. de S-M :)


N'ayant pas de poétiques velléités écolo-etc. je parlerai de la forme.

Ici, j'apprécie beaucoup l'idée de faire rimer la terre avec galère! Et le glissement phonétique de misère à mystère et de savant à souvent.

Je trébuche sur le smiley et le dernier vers dont je trouve qu'il force le compte des syllabes et je m'interroge sur arbre / arborant... fait exprès ou non?

"N'ayant pas de poétiques velléités écolo-etc.": moi non plus, aucune (comme quoi, il est vite faite de se faire une idée...)

"Ici, j'apprécie beaucoup l'idée de faire rimer la terre avec galère! Et le glissement phonétique de misère à mystère et de savant à souvent." : merci ! non seulement je suis content que cela vous plaise, mais je redécouvre de plus mon poème en vous lisant, ce qui est fort appréciable et témoigne d'une écoute généreuse et attentive.

"Je trébuche sur le smiley" : ça va, ça fait pas trop mal... :)

"et le dernier vers dont je trouve qu'il force le compte des syllabes" : en quoi les forcerait-il ? soit il y a 12, soit il n'y a pas 12... ou bien, non ? n'hésitez pas à m'en dire plus !

"et je m'interroge sur arbre / arborant... fait exprès ou non?" : fait exprès tout à fait ; j'admets qu'il soit osé de l'employer auprès d'arbre, vu leur parenté directe, mais je compte sur son sens figuré pour m'exonérer de la faute... à voir en effet, pas sûr que ça passe à la postérité :)


Je ne serai pas aussi extatique que le prévisible M. de Saint-Michel.


Par ailleurs la syntaxe, le rythme phonétique du premier quatrain et de quelques vers ultérieurs sont plus agréables qu'à l'habitude.


Reste une plainte triste qui n'est pas à mon goût dans le ton exprimé.

Après les goûts de chacun nani nana

 

Pas de souci, avec plaisir ! A bientôt de te lire cher ami.

Fabien


Merci à tous d'une manière générale, pour vos retours et votre intérêt, sans quoi écrire n'est rien, et qui m'aide à progresser. A très vite !




#398576 Comment ne pas…

Posté par Fabienbien - 01 août 2023 - 03:43

Comment ne pas aimer la caresse du vent
Les arbres qui font l'ombre et l'engrais de la terre,
Le soleil du matin arborant sa galère,
Le souvenir défunt de ce que fut Avant.

Comment ne pas vouloir effacer le savant
Qui cherche sans nuance à combler la misère
Qu'accompagne à jamais le parfum du mystère
Duquel n'émerge rien, du moins le plus souvent

Pardon , pardonne, ô Vie, une telle attitude !
Je passe tout mon temps à gémir, à douter
Quand toi tu resplendis sans jamais t'écouter !

Toujours indifférente à tant d'ingratitude,
La mort est ton chemin, hymne est le sentiment :
Si fidèle, si doux anéantissement.




#398573 revenir chaque...

Posté par Fabienbien - 31 juillet 2023 - 01:10

Revenir chaque jour à la source de tout
Chaque heure chaque instant souhaiter que tout aille,
Lorsque surgit le doute aimer vaille que vaille,
Lui qui surgit toujours chez chacun n’importe où.
Entouré de noirceur bien au fond de son trou
Notre double de peur jubile… ah qu’il s’en aille !
Je ne puis supporter son pouvoir qui m’assaille :
Je souffle et me souviens de mon être le goût.
Que reste-t-il au fond à se rappeler d’autre ?
Toute velléité n’est qu’ombre où je me vautre :
Je dois m’habituer à suivre le sentier
Qui chez moi, qui chez nous reconduit sans entrave,
A la condition de le suivre en entier
Sans chercher le détour où Satan nous déprave.

 




#398518 Qu’on sache qu’on…

Posté par Fabienbien - 21 juillet 2023 - 10:19

Qu'on sache qu'on soit laid ou beau
Qu'on vive vieux que vite on meure
On se suit gaiement au tombeau
Sans connaître l'endroit ni l'heure

Pour que perdure le flambeau
Il faut pourtant que je demeure
Pissenlit humain ou corbeau,
Qui pour me dire où gît le leurre ?

A la vérité je ne sais..
Succède à l'échec le succès
La fortune est ma seule gloire,

Dont j'épouse aussi bien que mal
Chaque épisode de l'histoire
Toujours neuf et original.




#398484 Souffrir le vent..

Posté par Fabienbien - 14 juillet 2023 - 10:57

Souffrir le vent qui souffle sur la nuque
L'été revient par le ciel et la mer
Dépossédé de mon regard amer
L'horizon vainc de sa palme caduque.

Tous les trésors que l'existence truque
Flottent à foison déposés dans l'air
Les perceptions et le Nord se perd
Pour les orphelins que la vie éduque.

La liberté se conquiert toujours
Le sens se gagne à la forge des jours
Rien n'est plus triste que la nonchalance.

Brûler au feu des assauts du destin
En les supportant avec patience
Et dans un répit se joindre au festin.




#398348 Quelle étrange souffrance...

Posté par Fabienbien - 19 juin 2023 - 01:39

Quelle étrange souffrance on se sent empêché
L’élan tout naturel d’agir avec logique
Comme contrarié devient problématique
Le plat s’envole alors qu’on était alléché.
Mais c’est l‘inverse on est tout comme repêché
Pris sur le vif on sent la douleur de la pique
S’ensuit encore un peu comme un vent de panique
Puis plus rien comme neuf lavé de son péché.
Reste l’intention de garder cette ligne
C’est face à l’habitude une gageure insigne
La tentation peut nous faire rechuter.
Pourtant le goût de vivre est plus fort que le drame
Grâce à cette énergie on doit pouvoir lutter
Finalement guérir et se forger une âme

 




#398108 La guitare s'appelait Keith

Posté par Fabienbien - 17 mai 2023 - 09:24

Yeah... bravo !




#398104 1, 2, 3...

Posté par Fabienbien - 16 mai 2023 - 05:52

1, 2, 3, Champagne sur les Champs Elysées !
Mon âme est comme une herbe affolée aux éclats,
Je danse dans le ciel devant mille prélats
J’évite sans vouloir les rixes irisées.
Restant à refroidir aux brises alizées
Le corps ne répond plus que dans un râle las,
Un ramassis d’usure, d’oubli, de blablas
Regorgeant d’ires et d’absences avisées.
Ultime mécanique irriguant les miroirs
De nos désirs sans fin imitant les espoirs,
Morts, nous serons demain, morts nous serons sans joie.
Du monde, sur la plus belle avenue on a :
Mon corps et mon esprit unis sur une voie
Morts et vifs tour à tour, surtout ivres de ça !