Aller au contenu





Les prières secrètes d'un Mauresque à Toledo à l'an 1609

Posté par Thomas McElwain, 07 août 2021 · 161 visite(s)

Les prières secrètes
d’un Mauresque à Toledo à l’an 1609
 
L’ouverture
 
Au nom de Dieu miséricordieux
Et plein de grâce,
Toute louange à Toi,
Seigneur de l’univers,
Ô Dieu qui as pitié de moi,
Roi du jour de jugement !
 
À toi seul nous levons nos pétitions,
Et c’est toi seul que nous adorons.
 
Guide-nous au chemin des justes,
Dans le chemin de tes abondances,
Pas dans la voie des gens de ta rage,
Ni dans la voie de ceux qui perdent la vérité.
 
1 Le jardin
 
J'ai la chance de vivre et de survivre
encore cette journée
dans une banlieue de la ville
où se trouve un parc magnifique.
 
Le parc est un jardin isolé,
loin du tumulte du marché,
écarté de la friture du trafic,
un refuge unique.
 
Je me promène dans ses sentiers tous les jours,
car ce n’est que quarante pas de mes alentour.
 
Le nom du jardin, c’est Namaz.
C’est écrit sur le mur du jardin,
lisible entre les pierres et la maçonnerie
de la porte
qui s’ouvre sur un lieu d’une paix remarquable.
 
Je me suis souvent demandé
comment, dans une ville si grande,
si peu de gens auraient découvert
ces sentiers sinueux
et ces ombres paisibles.
 
D’habitude je suis seul
dans le lourd parfum des herbes
séduit par la chaleur du soleil.
Même l'air frais du matin est parfumé.
Parfois, j’entrevois des amoureux à distance
obscurcis par le soir.
 
L'intimité du jardin est une merveille.
L’abri se cache du temps.
Les années passent sans se remarquer.
La glace hivernale à la porte
est couverte d’une branche en fleur
et les fruits que l'on ne trouve nulle part ailleurs
sont toujours de saison.
Pourtant, si peu de gens s'arrêtent pour en profiter,
que le sol sous les arbres est épais
avec les odeurs piquantes de leur maturité.
 
Je pause pour bavarder
avec le jardinier
aux rares occasions,
d’habitude je passe avec un signe de tête
et des salutations les plus brèves.
Il est souvent si ravi dans son travail,
qu'il semble à peine me voir en passant.
 
Je sursautai à sa parole cet après-midi
alors que j'étais absorbé
par l'échantillonnage de l'un des fruits qui venaient de murir.
C'est un fruit que j'attends avec impatience
tout au long de l'année,
car ce n'est disponible que pour quelques jours.
Je ne connais pas son nom,
mais j'ai entendu dire
qu'il appartenait au genre Ramadhan.
C’est plus petit qu'une prune,
d'une couleur dorée translucide
avec un rougissement pourpre.
Il est encore assez dur à maturité,
mais très acidulé à la langue.
Le fruit est remarquable pour la délicieuse odeur
de vanille de sa peau.
Après en avoir mangé une,
l'odeur reste sur les doigts pendant des heures
et aucun lavage ne semble la diminuer.
 
Alors que je savourais une de ces friandises
et que j'en voyais déjà une autre,
je sursautai à l'approche du jardinier.
Tous les fruits du jardin sont ouverts au public,
à condition qu'aucun ne soit retiré des lieux.
Mais l'isolement du jardin
inspire un sentiment d'intrusion dans une propriété privée,
et une propriété d'un personnage riche et puissant en plus.
Alors je levai les yeux avec culpabilité
de ma tâche agréable.
 
Laissant mon embarras,
le jardinier s'est arrêté
pour commenter l'état des buissons.
Puis il s'est brusquement tourné vers moi et me demanda:
«Avez-vous déjà visité la fontaine
sur le versant oriental du jardin ?»
 
J'étais stupéfait.
J'avais imaginé qu'avec toutes mes années
passées à fréquenter l'endroit,
j'avais découvert tout ce qu'il y avait
à savoir du jardin.
Soudain, je me suis rendu compte
que bien que le jardin ne paraisse pas grand,
il contenait des secrets
dont je n'avais pas conscience.
J'avais passé des années
à errer sur les mêmes sentiers par habitude,
et toute ma connaissance intime du jardin
n'était guère plus qu'une illusion.
Aussitôt une nouvelle audace me saisit
et je répondis: «Non, seigneur,
je ne savais même pas que la fontaine existait.
Auriez-vous l'amabilité de m'y conduire ?»
 
«Avec plaisir», dit-il,
et après cela, il me conduisit sur le chemin.
Nous n'avions pas marché que quelques minutes
lorsque nous sortîmes de l'ombre des arbres
pour entrer dans une clairière lumineuse.
Contre le flanc de la colline,
il y avait une fontaine engloutie par le soleil,
une fontaine qui semblait faire bouillonner
des diamants liquides.
Je m'arrêtai net et fixai la scène,
étonné qu'un tel endroit ait existé
au bout de mes doigts
pendant si longtemps
sans que je le sache.
Le jardinier se tourna pour partir.
«J'espère que cela vous plaira», dit-il
avant de revenir sur ses pas
vers ses travaux.
 
J'avais déjà admiré
les beautés
de la fontaine
depuis plusieurs minutes
avant de remarquer un homme assis
sur l'herbe.
Il avait une barbe sombre
et tripotait un rare chapelet
d'onyx vert et blanc.
L'éclat du soleil sur son chapelet
m’avait réveillé.
Quand l'homme remarqua
que je l'avais vu,
il s'est levé, produit un bol en onyx vert,
le remplit du liquide clair du puits
et me l’apportat en me disant :
«La paix soit à toi».
«Et à vous aussi la paix,» répondis-je.
Quand je goûtai la boisson,
je m’étonnai.
Car il était plus sucré que le miel,
plus rafraîchissant que le nectar de limes,
et en quelque sorte plus enivrant
que le meilleur vin.
Pourtant, le brouillon semblait rendre mon esprit
et mes sens plus clairs,
de sorte que les ombres autour de moi disparaissaient
et chaque feuille ressortait en relief audacieux
comme autant d'émeraudes vivantes.
 
«Qu'est-ce que ce puits
et pourquoi ne l'ai-je pas trouvé plus tôt?»
demandé-je à l'homme.
«C'est un ancien puits,
creusé par les premiers prophètes.
À côté, siégea un jour le grand prophète, le Messie,
que la paix soit sur lui.
Il avait très soif
et à ce moment-là le puits était profond.
Une femme est venue puiser de l'eau
et il lui a demandé à boire.
Depuis ce temps, le puits est plein
et déborde,
une fontaine d'eau vive
dont si quelqu'un en boit,
il n'aura plus jamais soif.
Mais il est vrai que peu le trouvent.
S'ils cherchent du tout,
ils cherchent trop loin,
sans se rendre compte
que la fontaine d'eau vive
se trouve dans le jardin.»
 
«Et qui êtes-vous, seigneur?
demandé-je un peu indiscret.
J'avais le sentiment qu'il savait
non seulement qui j'étais,
mais la suggestion qu'il pourrait y avoir
quelque chose qu'il ne savait pas
était stupide.
«Je suis la porte de la ville», dit-il
et il prit une clé en or sur une chaîne d’argent
et ouvrit une porte à flanc de colline.
Dès qu'il eut ouvert la porte
et qu'il se tenait à côté,
il me sembla qu'il se transformait
en grand lion à la crinière brillante.
Quand j'ai vu le lion devant la porte,
mes jambes ont refusé de me soutenir
et je suis tombée par terre en m'évanouissant.
Tout est devenu sombre.
 
Quand je regardai de nouveau autour de moi,
il n'y avait ni lion ni homme,
mais seulement la fontaine,
le chapelet d'onyx sur l'herbe,
et devant moi une porte ouverte
et un escalier d'or.
 
 



2 L’escalier d’or

 

L'escalier était éclairé

par la lumière la plus éblouissante

et la plus belle que l'on puisse imaginer,

rayonnant de la ville.

 

Les marches larges et spacieuses

menaient doucement, comme il me semblait,

vers une rue bordée de palais

et de mosquées délicieuses

aux minarets brillants,

dômes couronnant

colline après colline.

 

Les marches me semblaient

faciles et accueillantes,

de sorte qu'avant de me rendre compte

de ce que je faisais,

je les approchai pensant monter

vers la lumière qui venait d’en haut.

En levant le pied, je constatai

que soit j'avais soudainement rétréci,

soit la marche était devenue un mur

s'élevant bien au-dessus de ma tête.

 

Il n'y avait aucun moyen d'entrer

dans la lumière, qui est soudainement devenue

si attrayante que, adulte que je suis,

je pouvais à peine supporter

le chagrin et la déception.

 

Alors que je me tenais

près du mur, me demandant

ce que je devais faire,

mon regard est tombé

sur quelques lettres y gravées.

 

Je le lis avec attention :

je commence par le nom de Dieu,

le plus gracieux, le miséricordieux.

Dès que j'ai dit ces paroles,

le mur s'est ouvert devant moi

et j’entrai dans un endroit

comme je n'avais jamais vu.

 

Je vis des milliers d'anges,

brillants, vêtus de blanc,

mais le blanc était fait

de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel,

en fait de plus de couleurs

que je n'en avais jamais vu

dans aucun arc-en-ciel,

plus de couleurs

que dans l'aile d'une pie.

 

Tous les anges étaient tournés

vers un homme qui se tenait

sur une petite élévation au loin

et se prosternaient au sol.

 

Quand les anges se sont levés,

je parlai au plus proche, en disant:

«La paix soit avec vous.»

 

L'ange s'est tourné vers moi et dit:

«Et à vous la paix. Que souhaitez-vous?»

Je dis: «S'il vous plaît, seigneur,

n'est-ce pas Adam le grand prophète,

que la paix soit sur lui,

à qui vous vous prosternez?»

 

L'ange dit: «Il est Adam, le premier des prophètes,

que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui.

Et nous nous prosternons devant lui

parce que c'est le commandement de Dieu,

et parce qu'il a reçu la connaissance par Dieu

des noms de toutes choses.»

 

J'ai immédiatement ressenti

un désir ardent de m'approcher du prophète,

et comme personne ne m'empêcha,

je fis un pas en avant et j'arrivai bientôt à ses côtés.

 

Quand je le saluai, il s'est retourné

et me regarda d’une telle expression de paix

et d'amour

que des larmes jaillirent de mes yeux.

 

«Et à vous la paix.

Quel est votre souhait,

serviteur de Dieu?» dit-il.

 

«Ce n'est pas à moi d'informer

le prophète de mes souhaits.

Si cela plaît au prophète,

il me dira ce que j'ai besoin de savoir.»

 

«Je connais tous les noms de toutes choses.

Mais les myriades de noms mènent tous

à un seul nom,

ou ils ne sont rien.

 

Voyez-vous les milliers de visages autour de vous?»

 

«Oui, mon seigneur,» dis-je.

 

«Tous ces visages ont des noms

et tous ces visages reviennent

pour se tenir devant un seul visage.

Il y a un nom auquel toute la création revient,

et un visage devant lequel toute la création

doit s'incliner.

Le savez-vous et le comprenez-vous?»

 

«Oui, mon seigneur,» dis-je.

 

«Je le sais, mon fils,

car seuls ceux qui ont cru à mon message

entrent dans cet endroit.

Le pas est élevé

et aucun homme ne peut le mesurer.

Seuls ceux qui commencent

par ce nom de tous les noms

trouvent leur chemin vers la porte

du paradis.»

 

Je pensai que je pourrais écouter

les paroles du prophète,

si douces étaient-elles,

pour toujours,

mais soudainement je vis

un changement dans les anges autour de moi.

 

Alors que les paroles du prophète tombaient

sur moi de ses lèvres,

mon esprit devenait plus clair,

mon œil voyait la réalité

de plus près qu'avant,

et je vis que les anges,

qui auparavant semblaient

un peu plus grands que moi,

étaient devenus énormes,

de sorte que tout ce que je pouvais voir d'eux

étaient leurs pieds et chevilles dorés étincelants.

 

Dans la terreur,

je me tournai de nouveau

vers le prophète qui me regardait

toujours avec bienveillance.

 

Peu à peu, son visage disparut

comme dans un brouillard

et je me suis retrouvé

en tas allongé sur une surface dure.

 

Quand je me remis un peu,

je regardai autour de moi

et je constatai que j'étais couché

sur une chaussée en pierre dure et lisse

qui s'étirait dans tous les sens.

 

Je me levai et je me retournai.

Derrière moi, à une certaine distance,

se trouvait la porte ouverte

par laquelle j'étais entré.

 

Au-delà, je vis la fontaine.

 

Alors je compris.

J'étais au sommet de la première marche.

 

3 Je trouve l’arche

 

Quand je me rendis compte d’où j'étais,

je commençai tout de suite à chercher

des lettres gravées dans le mur.

 

J'ai fouillé toute la surface aussi loin

que je pouvais aller dans les deux sens

et aussi haut que je pouvais voir.

Je n'ai rien trouvé.

 

«Sûrement,» pensai-je, «personne ne peut être perdu

pour toujours sur cette étape.

Il doit y avoir un moyen de gagner

la deuxième marche.»

 

Mais tant que je pouvais,

je n’en trouvai aucun moyen

à quoi que ce soit à faire.

 

J'avais essayé chaque pierre

d'un bout à l'autre, semblait-il.

En posant ma main sur la dernière pierre,

je me suis dit: «En tout cas,

Dieu gouverne sûrement

toutes choses dans l'univers,

loué soit-Il.

 

Dès que je prononçai ces paroles,

la pierre céda sous ma main,

une partie du mur pivota vers l'intérieur,

et l'obscurité tomba sur moi.

 

La lumière vive de l'escalier

m’avait ébloui, alors la semi-obscurité

de l'endroit où j’étais

m’aveuglait d’un coup.

 

Mais quand je regardai

autour de moi, je vis

que j'étais dans un grand bâtiment ouvert

ou quelque chose de semblable.

 

Je ne vis personne,

alors, je commençai à explorer.

Je remarquai vite

que la structure était en bois

et très serrée,

comme la construction des navires.

J'étais dans un bateau en mouvement.

 

J'ai erré du pont vide au pont vide,

admirant les logements luxueux mais vides

et l'ingéniosité de la construction.

Il y avait des piscines et des fontaines,

des jardins artificiels

et un immense jardin zoologique,

mais je n'avais encore vu personne.

 

À la proue du navire,

au-dessus de la cale,

je trouvai une grande et spacieuse mosquée,

bien éclairée,

le sol recouvert

des tapis de laine les plus finement tissés.

 

J'avais admiré la finition des murs et des tapis

pendant quelques minutes avant de remarquer

un vieil homme assis tranquillement

près du minbar.

Il était assis avec un tel air de sérénité

qu'il avait facilement échappé

à toute remarque.

 

Quand je vis l'homme,

je le saluai

et il me répondit gentiment

et m'accueillit sur place.

 

Je m’assis à côté de lui

et il me demanda quelque chose

de mes voyages.

 

Au cours de la conversation,

j'ai fait remarquer

à quel point il était étrange

qu'un navire aussi luxueux

soit dépourvu de passagers.

 

«Oui,» dit le vieil homme.

«Aucun de mes compatriotes

n'a choisi de participer au voyage,

bien qu'en agissant ainsi,

ils aient pu leur sauver la vie.

Le navire est prêt à accueillir

des milliers de passagers,

mais seuls quelques membres

de ma famille la plus proche

sont ici dans le navire avec moi.»

 

Avec une immense admiration,

je me rendis compte

que ce vieil homme modeste et poli

était le prophète Noé lui-même,

que la paix

et les bénédictions de Dieu soient sur lui.

 

Je suis sûr que mes manières changèrent

de façon perceptible

quand je compris qui était cet homme,

mais il ne donna aucun signe de le savoir.

 

«Puis-je demander, mon seigneur,» dis-je,

«pourquoi est-ce que personne

de votre pays ne vous rejoignit?

 

"C'est pour deux raisons",

déclara le prophète.

«Premièrement, ils ont négligé

de rendre toute louange à Dieu.

Ils se sont réservés

des remerciements pour eux-mêmes,

ils ont attendu les louanges des autres

et ils ont été heureux de les donner

et de les recevoir.

Lorsqu'ils n'étaient pas loués,

ils étaient indignés.

Ils ont oublié

que toute louange appartient à Dieu.

 

Deuxièmement, ils se croyaient puissants.

Ils pensaient qu'ils dirigeaient le monde

et prenaient les décisions

qui changeaient le destin.

 

C'est pourquoi ils étaient insensibles

à mon avertissement de catastrophe.

Ils ne voulaient pas savoir

que c'est Dieu seul

qui gouverne l'univers.»

 

Le vieil homme se leva légèrement

et me prit par la main.

«Venez», dit-il,

«et je vous montrerai la mer».

 

Nous montâmes au sommet du navire

où il y avait une belle fenêtre de guet

ouverte de tous les côtés.

Dans toutes les directions

je vis la mer s'étendre,

et au-dessus d'elle le soleil briller.

 

Quand je vis la mer,

j’exclamai:

«Toute louange est à Dieu,

le Seigneur des mondes!»

 

Avec cela,

le balancement du navire a cessé

et le plancher sous mes pieds

est devenu ferme et stable

et voilà j’étais debout

au sommet de la deuxième marche.

 


 

4. Un autel, deux fils et un puits

 

Cette fois, je n'étais pas seul.

Je restais debout sur la marche

avec un ange qui s’adressa aussitôt à moi.

«Avez-vous l'intention de monter à la troisième marche ?»

demanda-t-il.

 

«Oui, seigneur, en effet,» dis-je

peut-être avec trop de confiance,

car l'ange souriait.

 

«Et comment comptez-vous le faire ?»

demanda mon compagnon.

«Tout comme avant,

je chercherai jusqu'à ce que je trouve un moyen»,

répondis-je.

 

L'ange secoua lentement la tête et dit:

«De tous ceux qui ont cherché,

aucun n'a jamais trouvé le moyen

d'accéder à la troisième marche.

C'est impossible.

Vous ne pouvez pas y arriver.»

 

«Mais seigneur,» dis-je.

«Je suis venu de si loin,

et je souhaite de tout mon cœur aller plus loin.»

«Pourquoi?» dit l'ange.

«Parce que je veux entrer

dans la délicieuse lumière

que je vois au-dessus de moi,» répondis-je.

 

«C'est impossible.

Vous ne pouvez pas le faire.

Votre souhait est égoïste

et ce n'est pas à vous d'essayer d'entrer

dans la lumière de Dieu.»

 

L'ange me regarda sévèrement,

et je n'avais pas encore remarqué

une lueur d'humour dans ses yeux.

 

Je tombai sur les pierres à ses pieds

et je commençai à pleurer désespérément.

«N’y a-t-il aucun moyen, aucun moyen du tout?»

L'ange me regarda pensivement

et ensuite dit: «Je n'ai pas dit

qu'il n'y avait aucun moyen du tout.

Bien sûr, il y a un moyen,

mais vous n'êtes pas capable

de le gravir vous-même.

Je pourrais vous y emmener.»

 

«Oh, seigneur,» je criai.

«Emmenez-moi là, s'il vous plaît,

emmenez-moi là dans vos bras.»

 

L'ange ne répondit pas,

et quand je levai les yeux,

je ne pouvais voir

que les pieds dorés et brûlants.

 

Je fus soudainement attrapé par les chevilles

et emporté dans les airs.

Dans un instant j’étais debout

en vue d'une proéminence rocheuse.

 

Il y avait là un autel en pierre, un puits

et un homme debout entre eux.

Je m’inclinai profondément et je dis :

"Paix et bénédictions de Dieu sur vous,

ô celui à qui Dieu a pitié."

 

Car je savais que je devais être

en présence d'un grand prophète,

mais je ne savais pas encore qu’il était.

 

«Bienvenue, mon cher fils», dit le prophète.

«Suis-je votre fils?» demandé-je étonné.

 

«En moi, toutes les familles du monde sont bénies.

Aucune ne vient ici que mes enfants,

et elles sont aussi nombreuses

que les sables de la mer et les étoiles du ciel.»

 

Alors je sus qu'il était le prophète Abraham,

que la paix soit sur lui.

Il prit un pichet

et versa de sa main de l'eau pour mes ablutions,

car c'était le moment de la prière du soir.

 

Quand la prière fut terminée,

il appela quelqu'un dans une tente à proximité

que je n'avais pas encore remarquée.

 

Une femme apparût

avec des yeux brillants au-dessus de son voile,

et le prophète lui demanda

d'apporter de la viande de chèvre,

du pain et du lait pour mon rafraîchissement.

 

À la tombée de la nuit,

le prophète lui-même me montra

un endroit où dormir

et je me plongeai dans un sommeil profond,

rafraîchissant et sans rêves

et je ne me réveillai qu'à l'appel à la prière de l’aube.

 

Alors que le soleil coulait dans la vallée,

je pris mon courage en main

et j’approchai au prophète avec la question:

«Mon seigneur, en chemin ici,

j'ai rencontré deux prophètes,

qui m'ont tous deux donné des dons

d'une beauté indicible.

M'accorderez-vous aussi quelque chose?»

 

«N'as-tu pas appris les deux mots

de l'ange qui t'amena ici?»

 

J'étais perplexe.

«L'ange n'a rien dit, mon seigneur,» dis-je.

 

«Néanmoins, je pense

que l'ange vous a enseigné deux mots,

sinon vous n'auriez pas pu venir ici,»

fit remarquer le prophète.

«Mais je vais vous dire les deux mots

et comment je les ai appris.

Le premier mot est ‘le plus gracieux.’

J'ai appris la signification de ce mot

dans ma vieillesse

lorsque mon premier fils est né.

Oui, quand mon fils est né,

j'ai appris ce que signifie ‘le plus gracieux.’

Des années plus tard,

j'ai appris ce que signifie le mot

‘toujours miséricordieux.’»

 

Le prophète resta silencieux

pendant un long moment.

Finalement, il continua.

«J'ai appris la signification du mot

‘toujours miséricordieux’ en soulevant

mon fils sur l'autel

et en prenant le couteau dans ma main.»

 

Sans m'en rendre compte,

j'étais assis sur la troisième marche

au soleil du matin.

 

 

5 Deux pierres merveilleusement sculptées

 

J’avais déjà compris

qu’il ne fallait pas penser

que je pourrais aller

plus loin par persévérance.

Tout dépendait

de la grâce de Dieu.

J'atteindrais la quatrième marche,

si Dieu le voulait,

mais pas par ma propre planification

ni par ma propre recherche.

Je dois avoir entièrement confiance

en celui auquel appartient la louange,

celui qui est plein de grâce,

celui qui est miséricordieux.

 

Avec une fascination horrible,

je regardai le mur de la quatrième marche

commencer à se séparer

de la marche sur laquelle j'étais assis,

pour révéler un abîme profond et sombre.

 

Entre la troisième et la quatrième marche

et au-dessus de la mort certaine de la fosse,

se dressait un pont long et horriblement haut.

C'était aussi étroit qu'une brique,

non, sous mes yeux, il devint

aussi étroit qu'un couteau.

 

Avec désespoir, je regardais

et je me rendis compte

que je devrais le traverser.

 

Avec ma peur des hauteurs,

je savais que je tomberais

dans l'obscurité vertigineuse.

 

Mais il n'y avait aucune aide.

 

Même maintenant, le bord

sur lequel je me tenais

commençait à s'effriter.

 

«Peut-être si je ferme les yeux», me dis-je bêtement.

Je savais que j'allais mourir,

mais je pensais qu'il valait mieux

mourir en marchant vers la grande lumière

que de glisser du précipice

sans faire un effort pour me sauver la vie.

 

Alors je posai le pied

sur la pierre étroite comme un rasoir,

je pris une profonde inspiration

et je me suis jeté sur pont.

 

Au lieu de tomber dans la fosse,

je vis avec étonnement

que dès que je marchais sur le pont,

il devint plus large,

si large que même ma peur des hauteurs s'est apaisée

et je marchais vers le haut

de la quatrième marche.

 

En montant, j’arrivai sur une haute montagne,

et sur la montagne je vis un homme

tenant deux pierres merveilleusement sculptées.

 

Je m'approchai de lui avec difficulté,

car son visage brillait comme le soleil.

 

Mais alors que je m'approchais,

il mit un voile sur son visage

et je pus le saluer confortablement.

 

«Seigneur Moïse,» dis-je.

«J'ai longtemps désiré voir

les deux tables de pierre

et connaître le secret de l'écriture dessus.»

 

Le prophète dit: «C'est pour cette raison

que je suis sorti à votre rencontre.

Lisez, si vous le pouvez,

les paroles sur la pierre.»

 

Les pierres furent taillées

dans un matériau bleu

et écrites avec un script brillant

sur les douze faces.

 

«Où commence l'écriture, mon Seigneur?»

je demandai. Il me montra l'endroit.

«Je suis le Seigneur ton Dieu qui t'ai fait sortir ...»

 

Soudain, je vis devant moi

les paroles du deuxième chapitre du saint Coran

en lettres de feu flamboyantes.

 

Je vis le monde entier, semblait-il,

danser en extase autour du veau d'or.

Je regardai avec horreur les corps tournoyants.

Sous mes yeux,

les idolâtres se transformèrent en reptiles répugnants.

Les profanateurs du sabbat se transformèrent

en singes insensés, vêtus de costumes,

vaquant à leurs affaires,

fréquentant les églises,

gagnant fortune et tombant amoureux.

Ceux qui avaient porté un faux témoignage

se transformèrent en chiens féroces et bavards.

Les adultères se transformèrent en porcs frénétiques et grognants.

 

La voix du prophète brisa la vision.

«Lisez-le, sachez-le, faites-le,» dit-il,

«car c'est la vie au jour du jugement.»

 

Comme il dit les mots «jour du jugement»,

des éclairs flambèrent autour de la montagne

et des coups de tonnerre roulèrent,

et j’entendis comme tels des milliers de voix crier,

«Maître du jour du jugement!»

 

Les paroles résonnaient

et résonnaient autour de moi,

les nuages tourbillonnaient

dans une brume noire

qui picotait et brûlait sur mon visage.

 

Je me cachai les yeux

jusqu'à ce que tout soit calme.

 

Quand j'ouvris les yeux,

j'étais seul en haut de la quatrième marche.

En regardant en arrière,

je vis la porte ouverte

et à travers elle la lueur de la fontaine loin,

bien en dessous de moi dans la distance.

 

6 La harpe de David

 

Je respirais le calme de ce nouvel endroit

où j’étais en attendant.

L'odeur de quelque chose de sauvage me fit tourner,

puis j'entendis parler par intermittence,

les sons de ce que je pris pour de la musique au loin.

 

J’allai vers le son

et bientôt commençai une ascension

à travers une sorte de canyon

qui se fraya un chemin

à travers des arbres broussailleux

et des herbes parfumées.

 

La musique devint de plus en plus fort,

mais comment puis-je la décrire?

L'air lui-même était électrique avec l’extase.

Il y avait un homme assis sur le terrain

jouant une harpe de dix cordes.

Sa bouche était ouverte

et il chantait une chanson ni humaine ni angélique,

si belle, enchanteresse, captivante

et remplie de tout l’univers.

 

À côté de l'homme, il y avait un cerf

qui regardait de ses grands yeux

le visage du chanteur.

 

Deux oiseaux qui s'accouplaient dans le canyon

s'arrêtèrent

et volèrent vers le chanteur,

pépiant et flottant dans la déception

de ne pouvoir venir plus près de la musique divine.

 

Tout autour de l'homme

il y avait, comme des statues,

des animaux sauvages

transfixés par la chanson magique.

 

Je ne sais pas combien de temps

je restais là aussi pour entendre la musique.

Cela aurait pu être des minutes ou des siècles.

Je fus stupéfait,

mes yeux sur le visage du prophète

et il chantait toujours à jamais.

 

Dans les rêves,

je suis sur le point de me souvenir

les paroles et la musique

et je me réveille le visage plein de larmes

que je ne les retrouve plus,

sauf le souvenir hanté du ravissement,

comme pour la première fois

que j'étais entré dans la présence de la réalité

et maintenant tous les meilleurs rêves de ce monde

se rendent en scorie par comparaison.

 

Parmi les paroles de la chanson,

je ne me souviens que:

"toi seul nous t’adorons,

de toi seule, nous faisons la pétition."

 

Désespérément je les répète

encore et encore

jusqu'à ce qu'un confort vienne sur mon âme

qui devienne le désir

d'une place au-delà de ce que j'ai aperçu

et dont je me souviens

tel un diamant aigu,

froid,

de plusieurs facettes,

dont les reflets brillants et aveuglants

apportent une larme aux yeux,

dont les bords tranchants mordent dans mon cœur

et nettoient mon âme de ses peurs colériques.

 

J'écoute la chanson de David,

la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui,

jusqu'à ce que je m’endorme.

 

Je me réveille à l’aube

froide et claire.

je suis seul au sommet de la cinquième marche.

 

 

7 Le sermon sur la montagne

 

Même s'il était tôt,

j'entendais des voix,

des voix d'enfants,

mais peut-être d'autres aussi,

qui bavardaient en marchant.

 

Mais alors le soleil s'était levé

et la chaleur s'est infiltrée sur le monde,

en partie à cause de la gaieté des voix

et en partie à cause de l'éclat croissant du soleil.

 

Je suivis les bruits

et j’étais soudainement avec une foule de gens

qui marchaient

et faisaient une traînée verte

dans l'herbe rosée d'un pré.

 

Nous arrivâmes à une colline

où le bois terminait

et nous nous assîmes

sur des rochers

et étendîmes nos pieds au soleil pour les sécher.

 

Un homme

en dessous de la crête de la colline

commença à parler.

"Heureux ceux qui font la paix,

car ils sont les serviteurs de Dieu.

N'imaginez pas que je m'oppose à la loi

ou aux autres prophètes.

Tous les prophètes sont d'accord.

Soumettez-vous à tous les commandements de Dieu

sans hypocrisie et avec un cœur pur.

Donnez l'aumône avec gratitude,

inclinez-vous dans la prière

avec simplicité,

jeûnez en vérité et humblement.

En ce qui concerne le pèlerinage,

ne dîtes pas : « Les voleurs viendront dans notre absence !»

Rassemblez-vous donc les trésors de Dieu.

Ne vous excusez pas en pensant à la nourriture

ou à la boisson pour le voyage,

ni aux vêtements à porter.

Cherchez d'abord la maison de Dieu,

et il vous donnera tout

ce dont vous avez besoin.

Méfiez-vous du jugement,

car comme vous jugez les autres,

vous serez jugés.

Ce jour-là,

ceux qui prétendaient être mes disciples

seront jetés en enfer,

mais ceux qui ont obéi à la volonté de Dieu

lèveront les yeux avec des visages heureux. »

 

Le prophète Jésus, que la paix soit sur lui,

a tracé clairement le chemin,

le chemin de l'aumône dans la charité,

de la prière dans la prosternation,

du jeûne et du pèlerinage.

 

Puis il dit : « Priez Dieu :

marchez dans le bon chemin. »

 

Les gens se taisaient,

ne voulant pas quitter ce lieu paisible,

comme si la voie simple et directe de la vérité

les avait rattrapés

et les avait tenus dans la douceur.

 

Les gens sont partis.

 

J'étais seul, debout au sommet de la sixième marche.

 

 

8 La lumière de Dieu

 

Je fus surpris de trouver

qui m'attendait ici le lion

qui m'avait tant effrayé

à la porte du jardin de la fontaine.

 

Il ouvrit la bouche et parla.

"Voulez-vous monter la dernière marche

vers la lumière de Dieu ?"

 

"Oui, monsieur," dis-je.

« Vous savez que je le veux. »

 

"Très bien," dit le lion.

"Je te porterai là dans ma bouche."

 

Instinctivement, je fis un pas en arrière.

« N'y a-t-il pas d'autre moyen, monsieur ? dis-je.

 

Le lion me regarda calmement.

Puis il commença lentement

à marcher vers moi.

Les genoux me trahirent

et je tombai sur les pierres dorées.

 

Le lion se tenait au-dessus de moi.

Il n'y avait aucun endroit où se cacher,

aucun endroit où courir,

et il était trop tard pour le faire.

 

"As-tu peur?"

 

Je ne savais pas quoi répondre.

Son visage semblait impénétrable,

et j'aurais aimé avoir plus d'expérience

dans la lecture de l'expression

dans les yeux des animaux.

 

Quand je ne répondis pas, il dit :

« Cela n'a pas d'importance.

Je peux t’emmener jusqu'à la dernière marche,

que tu ayes peur ou non.

Il n'est pas nécessaire

d'essayer de surmonter ta peur. »

 

À ce moment, toute peur me quitta

et j'étais comme une feuille sèche

emportée et prise

dans la crinière dorée du lion,

toute parfumée de thym et de trèfle.

 

Sans peur, je ressentis

le grand bond en avant

plus comme un vol qu'autre chose.

 

Je fus déposé en haut des marches

au milieu d'un cercle de prophètes

et de guides divins de tous les âges

et de tous les pays,

de toutes tribus, nations, langues et peuples.

 

Le lion rugit un grand rugissement comme le tonnerre,

un grand rugissement de rire

et tout le monde commença à rire avec lui.

 

Je regardai les visages

autour de moi

et je vis parmi eux

le prophète Muhammad, que la paix

et les bénédictions de Dieu soient sur lui,

et lui aussi riait.

 

Quand l'invitation finit dans un petit rire,

le lion dit au prophète :

« Je t'ai amené ce petit. »

 

"Je le vois," dit le prophète

et il gloussa à nouveau.

 

Je me suis assis au milieu du cercle,

baigné dans la douce lumière de Dieu,

baigné dans la lumière glorieuse de Dieu,

baigné dans la lumière éternelle de Dieu.

 

Le trône de gloire entourait toutes choses.

Loin au-dessus de toutes choses,

au plus profond de toutes choses,

au-delà de toute recherche

et au-dessus de tout savoir

se trouvait l'Infini, l'Éternel, le Tout-Puissant,

tout plein de grâce et toujours Miséricordieux.

 

Je vis que la hauteur des marches

n'était qu'une plaine

et que tous les prophètes

étaient assis en cercle ensemble,

aucun loin les uns des autres

ni séparés par des murs de temps et de lieu.

 

« Qu'il reste ici un instant et écoute l'enseignement, »

dit le prophète, que la paix

et les bénédictions de Dieu soient sur lui

et sur sa maison pour toujours.

 

Alors je m’assis pour écouter les paroles du prophète.

« Il y a deux manières

d'encourir la colère de Dieu, » déclara-t-il.

« Désobéir aux commandements de Dieu

et mépriser les prophètes

qu'il a envoyés dans le monde.

Il y a deux manières de s'égarer.

L’un est d’adorer un être quelconque

autre que le seul Dieu le Créateur de tout.

L’autre est de compter

sur tout moyen ou sacrifice de sang

pour le salut et le pardon au lieu de se confier

à la grâce et la miséricorde infinies de Dieu.

Dieu a donné deux abondances

pour lesquelles nous devons toujours être reconnaissants.

Ce sont les livres saints et les gens de la maison.

Quel est le droit chemin ?

C'est le chemin de ceux sur qui Dieu as versé ses bienfaits,

qui n'ont pas encouru la colère de Dieu

et qui ne se sont pas égarés. »

 

Avec ces derniers mots

qui résonnaient encore tout autour de moi,

la vision sembla disparaître,

les odeurs, les spectacles, les gloires disparurent,

le jardin et sa fontaine basculèrent,

tourbillonnèrent et se fanèrent.

Je n'eus qu'un dernier aperçu de la porte

et de l'allée devant elle

incrustée de la neige

craquelée et gelée du printemps.

 

Puis je me suis retrouvé assis

sur mon propre tapis de prières,

le chapelet d'onyx blanc dans la main.