Aller au contenu

WV COCCINELLE



Dors ! petit enfant.

Posté par William Valant, dans MyClassics 27 avril 2020 · 56 visite(s)

Dors ! petit enfant.
 
Dors ! Dors ! petit enfant blotti dans nos refuges ;
Tu es le nourrisson par les Muses nourri,
Tes rires et tes pleurs se noient dans nos déluges
Entre soleil et pluie, en nos rêves tu vis.

Nos doigts te dessinent sur mon ventre brûlant ;
Ton visage d'ange a les traits de l'envie
Et ta peau le velours d'une fl...


Certes, elle n'était pas femme. Victor Hugo.

Posté par William Valant, dans MyClassics 26 mars 2020 · 84 visite(s)

Certes, elle n'était pas femme

Certes, elle n'était pas femme et charmante en vain,
Mais le terrestre en elle avait un air divin.
Des flammes frissonnaient sur mes lèvres hardies ;
Elle acceptait l'amour et tous ses incendies,
Rêvait au tutoiement, se risquait pas à pas,
Ne se refusait point et ne se livrait pas ;
Sa tendre...


tendresse, de Simone Conduché

Posté par William Valant, dans MyClassics 25 mars 2020 · 81 visite(s)

Texte sur la tendresse ... 
   
    “Prends ma main. Ne la lâche pas. J'écouterai ce que tu veux me dire. Si tu préfères te taire, j'entendrai ton silence. Si tu ris, je rirai avec toi, mais jamais de toi... Si tu es triste, j'essayerai de te consoler. Je ferai pour toi des bouquets de soleil. J'allumerai...


La petite marchande de fleurs

Posté par William Valant, dans MyClassics 27 septembre 2019 · 188 visite(s)

La petite marchande de fleurs
François Coppée

Le soleil froid donnait un ton rose au grésil,
Et le ciel de novembre avait des airs d'avril,
Nous voulions profiter de la belle gelée.
Moi chaudement vêtu, toi bien emmitouflée
Sous le manteau, sous la voilette et sous les gants,
Nous franchissions, parmi les couples él...


Un matin

Posté par William Valant, dans MyClassics 09 janvier 2019 · 168 visite(s)

Un matin
 
 
Dès le matin, par mes grand’routes coutumières
Qui traversent champs et vergers,
Je suis parti clair et léger,
Le corps enveloppé de vent et de lumière.

Je vais, je ne sais où. Je vais, je suis heureux ;
C’est fête et joie en ma poitrine ;
Que m’importent droits et doctrines,
L...


Le serpent qui danse

Posté par William Valant, dans MyClassics 08 janvier 2019 · 162 visite(s)

Le serpent qui danse
Que j'aime voir, chère indolente,
            De ton corps si beau,
Comme une étoffe vacillante,
            Miroiter la peau !

Sur ta chevelure profonde
            Aux âcres parfums,
Mer odorante et vagabonde
   ...


El Desdichado

Posté par William Valant, dans MyClassics 07 janvier 2019 · 291 visite(s)

El Desdichado


Je suis le Ténébreux, le Veuf, l'Inconsolé,
Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
Ma seule Etoile est morte, et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon coe...


Correspondances

Posté par William Valant, dans MyClassics 07 janvier 2019 · 178 visite(s)

Correspondances

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la c...


Se voir le plus possible...

Posté par William Valant, dans MyClassics 07 janvier 2019 · 195 visite(s)

Se voir le plus possible...

Se voir le plus possible et s'aimer seulement, 
Sans ruse et sans détours, sans honte ni mensonge, 
Sans qu'un désir nous trompe, ou qu'un remords nous ronge, 
Vivre à deux et donner son coeur à tout moment ;

Respecter sa pensée aussi loin qu'on y plonge, 
Faire de son amour un jou...


Le chant du cygne

Posté par William Valant, dans MyClassics 28 décembre 2018 · 293 visite(s)

Le chant du cygne
 
Cygnes au blanc plumage, au port majestueux,
Est-il vrai, dites-moi, qu'un chant harmonieux,
De vos jours écoulés rompant le long silence,
Lorsque va se briser votre frêle existence,
Comme un cri de bonheur s'élève vers les cieux ?

Quand sous votre aile, un soir, votre long col se ploie
Pour le dernier so...