Aller au contenu

olivier HEBERT

Inscrit(e) : 11 avril 2009
Hors-ligne Dernière activité : nov. 15 2019 07:42

#368609 la forêt

Posté par olivier HEBERT - 19 octobre 2019 - 06:51

Merci Sinziana, ainsi que Mr de St Michel ,  je suis vraiment touché par vos quelques mots sympathiques, pour les maux dont je souffre, cela va bien mieux, même si tout n'est pas encore résolu , bien à vous Amitiés !




#368560 la forêt

Posté par olivier HEBERT - 17 octobre 2019 - 06:24

Bonjour à tous mes amis poètes , juste quelques mots pour reprendre contact avec le site et avec vous , voilà ce n'est pas du châteaubriand , mais c'est pour moi l'occasion de renaître à la vie , en effet marqué par quelques mois de problèmes de santé, je suis heureux d'être encore là , j'aime la vie , je vous aime , merci pour vos textes que j'apprécie et vos lectures qui me font honneur , merci , bises et amitiés, chaleureusement , Olivier !


#368550 la forêt

Posté par olivier HEBERT - 17 octobre 2019 - 08:34

ô forêt majestueuse ,
vos arbres qui frissonnent ,
sous un ciel nébuleux,
aux couleurs de l'automne,
ombrages mystérieux ,
je devine quelques formes,
sur vos chemins tortueux,
un  ruisseau qui résonne,
le vent dans vos feuillées,
il souffle un air léger,
je viens en pèlerinage ,
comme dans un voyage,
arpenter vos futées ,
cherchant cèpes et bolets,
égrainant vos tapis,
de feuilles multicolores,
le bois craque et frémit,
sous mes pieds vos trésors,
vos mousses délicates,
où j'aime à m'inspirer,
mes pensées qui débattent,
sur toutes vos beautés,
et mon coeur qui éclate,
heureux et reposé.
                                  Hebert Olivier


#349652 VIVE LA FRANCE !

Posté par olivier HEBERT - 15 juillet 2018 - 08:26

Ô ! toi pays de France qui chante ta victoire ,
brandissant sous le ciel, ce si fier étendard,
l'amour de ton drapeau, brillant de mille flammes,
aux coeurs de tes enfants, exultent joie, bonheur,
un bouquet de couleurs, comme autant d'oriflammes,
étreignant tous les corps et réchauffant les âmes,
cet hymne qu'on entend, c'est la voix d'un seul peuple,
c'est l'histoire qui défile, le passé flamboyant,
un présent qui éléve, l'horizon triomphant d'un futur qui se rêve,
au soir d'un bel été tu as forgé tes armes,
offrant à tout un peuple, l'espérance et la gloire,
nous t'aimons ô ! pays, nos cités, tes campagnes
et toutes tes valeurs et tous les gens d'ici qui ont fait ta Grandeur
et pour te dire encore notre profond respect,
c'est par nos trois couleurs que l'on vient te saluer.
Bleu comme un ciel d'été empreint de liberté,
blanc comme la pureté et la ferveur des cœurs simples,
rouge comme le sang qui coule dans nos veines.

Olivier HEBERT

Fichier(s) joint(s)




#348227 Hommage à Nos Libérateurs

Posté par olivier HEBERT - 06 juin 2018 - 07:25

6 Juin 44 , 6 Juin 2018

 

Hommage à nos Libérateurs 

 

Aujourd'hui la traine de nuages gris d'un ciel de juin,
colore la grève et les dunes d'ombres portées
Semblant chargé du souvenir assourdissant
de la mitraille et du chaos, même les murmures du vent
du flux et reflux des vagues sur le sable et les rochers
nous parlent encore de ce jour le plus long sur les plages Normandes,
le bocage parsemé des vestiges de béton armé a gardé çà et là les traces de batailles,

autant de mémoriaux devenus des lieux de pèlerinages et de recueillement,

tout ce pays résonne de cette déflagration dans l'histoire du monde,

quelques-uns encore se souviennent en formulant des prières devant les croix blanches des cimetières,

Utah, Omaha, Gold, Juno, Sword, des noms de jeunes gens figés sur la pierre,

ô combien de vies stoppées net dans des corps-à-corps contre la barbarie,

des élans d'amours et de bravoures pour sauver l'humanité souffrante,

leurs visages et leurs actes restent à jamais dans les coeurs des gens d'ici,

Dieu les a bénis qu'ils reposent en paix dans leurs tombeaux de verdure,

leur sang a été versé pour la survie et la liberté d'une multitude,

nous leurs devons aujourd'hui d'avoir des existences à la hauteur de leurs sacrifices,

Amen !!!

HEBERT Olivier

Fichier(s) joint(s)




#345506 Un air de printemps

Posté par olivier HEBERT - 20 mars 2018 - 10:51

Ô toi printemps si timide,
que salue une légère brise,
réveilles de tes rosées,
cette nature anesthésiée,
fais renaître sous la ramure,
les fleurs jaunes sur la pâture,
lilas et blanche aubépine,
dans nos jardins des capucines.
viens égayer de tes couleurs,
la morne plaine en sa torpeur,
touches de rose nos cerisiers
pointes de rouge les églantiers.
oublions tous ces matins pâles
et les gelées sur la campagne,
reviens siffler merle moqueur,
sous un soleil qui rit, qui pleure,
d'un doux parfum sous les glycines,
des jours heureux tu nous dessines,
belles azalées et beaux jasmins,
sèmes violette sur nos chemins.
Redonne vie de tes chaleurs,
remets la joie dans tous les cœurs,
pour chanter comme les oiseaux,
le bonheur, ô printemps nouveau.

                                      Olivier Hebert

Fichier(s) joint(s)




#345218 Une Voix Pointe dans mes souvenirs

Posté par olivier HEBERT - 10 mars 2018 - 02:44

Je contemple le ciel pour y voir ton visage,
dans une raie de lumière qui perce les nuages,
reviennent à moi les jours heureux ,
lorsque tu jouais de tes claviers,
quelques accords qui transportaient,
au loin avec leurs fleurilèges,
douces notes et divins arpèges,
souvenirs caressant la peau,
mélodies qui s'écoulent quant au cœur il ne fait pas beau,
quelques mots comme un exutoire,
pour effacer les idées noires,
alors je tends l'oreille, appréciant la musique à nul autre pareil,
pour en capter l'onde sensuelle comme portée par le soleil,
son frisson parcourant le corps, les émotions je rêve encore ,
les mots ciselés, précis, toujours me parlant d'amour,
des mots bleus dans une éclaircie,
que je vois poindre après la pluie,
me reviennent ces instants précieux,
parenthèse d'un simple bonheur, faisant oublier les douleurs,
mon esprit qui s'égard, s'éleve avec la chanson qui s'achève,
pour en garder toutes les substances et mieux retenir l'essence,
je ferme les yeux sur le silence .

 

                                                              Olivier Hebert

 

Fichier(s) joint(s)




#345144 Ecrire

Posté par olivier HEBERT - 09 mars 2018 - 05:55

Bonjour Amandine , je découvre avec plaisir quelques uns de vos textes, celui-ci me plaît particulièrement ,
j'aime le parallèle entre l'écriture et le jardin , en effet tout comme l'harmonie des mots , la diversité des couleurs,  le parfum des fleurs éveille tous les sens du libre- penseur !
Je pense en vous lisant à ce texte de Raymond QUENEAU
  
       Un poème
Bien placés, bien choisis
quelques mots font une poésie, les mots
il suffit qu'on les aime
pour écrire un poème
on ne sait pas toujours ce qu'on dit
lorsque naît la poésie
faut ensuite rechercher le thème
pour intituler le poème
mais d'autres fois on pleure on rit en écrivant la poésie
ça a toujours kékchose d'extrème
un poème
Et puis
Depuis toujours dans les jardins,
les fleurs embaument de leurs parfums,
charment les coeurs, chassent les chagrins,
mettent du bonheur entre les mains!
Depuis toujours fleurs, et parfums,
inspirent poètes, et musiciens,
et donnent à tous ces troubadours,
leurs plus belles pensées d'amour!
 
    Bien Chaleureusement Olivier Hebert




#345076 Ma Mandarine

Posté par olivier HEBERT - 08 mars 2018 - 08:20

je t'aime, tu es mandarine,
ce goût acidulé là sur tes lèvres fines,
qui donne à tes baisers une note sublime.
je t'aime, tu es mandarine,
passe dans tes beaux yeux, l'amour qui se profile,
en reflets orangés, en caresses infimes.
Je t'aime, tu es mandarine,
le soleil sur ta peau, des dentelles dessinent,
parant de ses lumières, tes courbes si graciles.
Je t'aime, tu es mandarine,
un parfum capiteux, irradie de tes charmes,
une douceur ultime, désarmante et subtile.
Je t'aime, tu es mandarine,
tes couleurs suaves m'attirent, autant que ta chaleur,
j'aime à passer mes doigts, dans tes cheveux de miel,
m'allonger près de toi , ivre de tes merveilles
et étreindre ton corps, comme tu touches ma vie,
m'endormir contre toi le désir assouvi.
Je t'aime, tu es ma mandarine !

                                                            Olivier HEBERT

 

               
                                                                femme%2Bmandarine.jpg




#344988 Il Pleut sur St Malo

Posté par olivier HEBERT - 06 mars 2018 - 12:58

Le ciel est tombé en morceaux ,
sur le granit, sur les remparts
en pluie fine sur St Malo,
dansent la mer et les bateaux.
Le long du port, sur les créneaux
glissent "encore les aux-revoirs
et bien des peines et des espoirs,
quand l'eau ruisselle sur les trottoirs;
danse la vie, verse tes maux,
mélancolie et vagues flots,
bercent la mer et les bateaux,
vieille cité, vieux oripeaux,
la grande histoire colle à ta peau,
vaillants corsaires, fiers matelots,
chantent toujours pour Saint-Malo,
de tous tes phares, de tes amers,
tu brilles en embrasant la mer,
plus d'infortunes , ni de revers,
des hommes tu es le repaire,
bien des âmes, bien des vaisseaux
croisent tes feux ô Saint-Malo !

                                                         Olivier HEBERT

 

 

 

s-l300.jpg




#344465 L'Amour Inhérent

Posté par olivier HEBERT - 24 février 2018 - 12:23

L'amour est inhérent à la personne humaine,
n'est-il pas de chansons, n'est-il pas de poèmes,
qui ne parlent de l'amour de ses joies de ses peines,
parfois c'est un mirage passant comme les nuages,
au-dessus du désert, de nos incertitudes,
tantôt c'est le soleil qui fait briller les yeux,
des amants étonnés d'avoir le coeur percé mais heureux,
par les flèches invisibles du sentiment suprême,
c'est la tendre folie de deux corps qui s'étreignent,
c'est des mains qui se touchent
et autant de baisers, de serments à la bouche,
deux êtres qui se trouvent, un couple qui s'élève
et l'aube d'un grand jour , bien plus doux qu'un beau rêve,
l'amour c'est la passion, qui glisse au creux des reins,
s'insinuant sur la peau sous les draps de satin, jusqu'au petit matin.
Consubstantiel au sang, qui coule dans les veines,
il vous prend comme la fièvre qui n'a point de remèdes,
simplement la promesse d'une légère caresse.
pour venir apaiser le feu de cette ivresse.
Alors quand il s'en va, il laisse dans les têtes,
les germes du bonheur et des plaies pour toujours,
ouvertes à nos chagrins et nos mélancolies,
qu'importent les histoires consumées,
ensevelies au gouffre de nos béances,
l'espoir renaît toujours en nos âmes meurtries,
nous ramenant l'amour au détour de la vie.
                                                                       Olivier HEBERT
 
 
 
41bf27b08208eacc0fdd6c73afb831b3.jpg




#342482 le zéro

Posté par olivier HEBERT - 08 janvier 2018 - 09:25

le Zéro c'est le chou de l'administration,
il vit emmailloté de félicitations,
son grand tiroir est plein de formules prescrites,
qu'il garnit de cachets , sa passion favorite.

Le zéro est aussi fort bien vu du patron,
il a l'oreille fine et le dévouement prompt,
pour les administrés, il est moins empressé
et sait les faire, froidement, patienter .

Sans esprit, sans parti, sans opinion, sans gloire,
sa devise se lit << n'avoir jamais d'histoire >>
le beau temps et la pluie sont les seuls pronostics,
qu'il ose aventurer en ses propos publics.

Comme il sait s''excuser avec extrême onction,
de ses erreurs, toujours , il a l'absolution,
sur son tombeau, on gravera, au cimetière,
a toujours su donner satisfaction entière

 

 

26195991_1846162288747772_49820797570807

De ce que l'administration doit avoir une âme et ses employés de l'aménité !!!

 




#342452 Der Dichter - Le poète

Posté par olivier HEBERT - 07 janvier 2018 - 05:39

Du entfernst dich von mir, du Stunde.

Wunden schlägt mir dein Flügelschlag.

Allein: was soll ich mit meinem Munde?

mit meiner Nacht? mit meinem Tag?

Ich habe keine Geliebte, kein Haus,

keine Stelle auf der ich lebe.

Alle Dinge, an die ich mich gebe,

werden reich und geben mich aus.

LE POETE, Rainer Maria RILKE

 

Tu t'éloignes de moi, Toi, Heure.
Des plaies, m'inflige ton battement d'aile.
Solitude : que faire de mes lèvres ?
Et de mes nuits ? Et de mes jours ?

Je n'ai pas l'amour de l'amante, ni la douceur d'un toit
Ni une place où vivre.
Toutes les choses auxquelles je me donne,
S'enrichissent et m'abandonnent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

26167606_1855662811131053_28410303447065
 




#342451 Tristesse Océane

Posté par olivier HEBERT - 07 janvier 2018 - 05:29

mon horizon est morne, la grève et désolée,

où êtes-vous partie ô vous chère disparue,

je vous ai tant cherché au soir de l'amertume,

que mon cœur las d'attendre un signe sous la lune

où qu'une étoile filante vienne allumer la flamme,

pour rompre le silence de mes nuits solitaire

et ce profond mystère d'où s'épanche mon âme,

de bien pesants chagrins jusqu'au petit matin,

je vous ai tant aimé ô vous mon cher mirage, 

je n'aurais vu passer de cette vie troublante,

que les images pâles d'une histoire qui déchante,

ces quelques faux-semblants qui vous font croire au ciel

et qui d'un bel espoir vous laissent sans nouvelles,

j'avais rêvé à vous, à de lointains rivages, 

à nos corps enlacés, alanguis sur la plage,

brûlant de la passion qui unit les amants,

oui mais ces jours radieux sont passés comme un songe,

plus de trace à présent des îles sous le vent ou d'un précieux trésor,

sur la dune le sable à effacer nos pas

et je traîne ma peine sur les grands quais déserts,

attendant qu'un vaisseau m'emporte sur la mer,

avec tous les regrets de mon cœur sans repères !

 

                                                                         Olivier HEBERT

6b2187019c5dfc29d05f75d63f2e69ec.jpg




#340380 Une Danse

Posté par olivier HEBERT - 07 novembre 2017 - 10:57

       Une Danse
Mon esprit vagabonde et s'évade en musique,
étourdissante ronde, captivante rythmique,
sur ton corps qui s'agite au tempo langoureux,
tes mouvements m'invitent
et tes mains et tes yeux,
envoûtante caresse, étreinte de déesse
au parfum capiteux, tout ton être m'inspire,
quand tes lèvres m'attirent, dans ce tango fiévreux,
sur la piste mouvante, l'amour se réinvente
et s'abandonne à cette transe,
à tous nos gestes qui appellent,
aux accords les plus sensuels,
c'est comme la passion qui danse,
ô! toi que j'aime, ô! toi si belle,
tes mouvements qui m'ensorcellent,
sur la musique universelle,
évoquent en moi bien des merveilles.
                                               Olivier HEBERT
 
TQklb_HAHoaWguvOyasiLg7YdYo.jpg