Aller au contenu

olivier HEBERT

Inscrit(e) : 11 avril 2009
Hors-ligne Dernière activité : déc. 07 2022 06:58

#396669 L'été Indien

Posté par olivier HEBERT - 30 octobre 2022 - 08:57

L'été indien

L'Automne n'en finit pas, d'étioler ses moiteurs ,
L'été semble renaître là où souvent il meurt ,
les trompettes du temps annoncent la Toussaint ,

pourtant sur les terrasses l'on fait encore le plein ,
Dans les parcs les arbres étalent leurs couleurs,
mais leurs feuilles s'accrochent aux dernières chaleurs ,
La terre résignée sent approcher l'hiver ,
Dans le ciel c'est juin réchauffant l'atmosphère ,
Profitons un instant avant de déchanter,
Les morsures du froid pourraient nous faire danser ?
Tous autour d'un grand feu comme nos amis indiens,
Et l'été du même nom sera mort bel et bien !

Fichier(s) joint(s)




#396605 L'Automne

Posté par olivier HEBERT - 23 octobre 2022 - 07:38

Le vide dans les mains pour la Solitude , toutes les bonnes choses et les bons moments que nous laissons derrière nous , 

nous sommes venus les mains vides et nous repartirons de même , seule la poésie et les souvenirs demeurent !




#396583 L'Automne

Posté par olivier HEBERT - 21 octobre 2022 - 06:25

L'horizon se déchire comme un rideau vieilli,
Les feuilles sous le vent s'envolent puis retombent ,
Dans les bois les sentiers et les futés plus sombres,
Les rayons du soleil semblent avoir pâli .

La nature irriguée accompli ses desseins,
Les vergers, les jardins sont emplis de fruits mûrs,
La vigne enguirlandée s'est chargée de raisins,
Et l'été finissant se meurt dans un murmure.

Mes amis , oui la vie s'embellit en automne,
Soyons reconnaissant aux plaisirs que donne ,
depuis des millénaires la terre à tous les siens.

Je vois sur la campagne les sillons de l'hiver,
Et puis dans mon miroir les rides de demain,
Toute l'horreur de vieillir le vide dans les mains .

Olivier HEBERT.
 




#394204 Le Pays D'Auge

Posté par olivier HEBERT - 16 décembre 2021 - 06:23

Le pays d'Auge et un poème en vers et alexandrins posés dans un écrin de verdure,

vieux murs de torchis, de briques et de colombages,

vielles tuiles aux rougeâtres couleurs,

autant de bijoux parsemant les vertes prairies, les pâtures,

la nature elle-même parait avoir été dessinée par les mains d'un impressionniste,

l'histoire semble s'être figée dans un espace ou le temps passe moins vite qu'ailleurs,

où la vie ralentie donnant à chacun le temps de déguster des yeux,

du nez et du palais  les merveilles de cette terre Normande ou coule le lait,

le cidre, le fromage et le miel et bien de belles et bonnes choses encore,

chevillant au cœur des hommes l'envie d'y revenir en pèlerinage et en contemplation .

 

olivier Hebert

Fichier(s) joint(s)




#387455 Dimanche de Rameaux

Posté par olivier HEBERT - 28 mars 2021 - 08:36

En ce Dimanche
Il faut plus qu'un rameau ,
Pour saluer de nouveau ,
Le printemps qui éclot ,
Là sur les blancs hameaux ,
Et dans un ciel pâlo ,
Au dessus des ormeaux ,
Pour voir monter là-haut,
De la pâque l'agneau,
Ô seigneur bénit nos oripeaux ,
Et ceux partis trop tôt ,
Le ciel et la terre pour le renouveau ,
Car pas une âme, pas un roseau,
les fusains, les sureaux,
Les oiseaux et tous les bestiaux ,
Ne s'éveillent sans être touchés de ton sceau,
Et même quand ils s'endorment sans un mot
Dans les prières qui montent en échos,
C'est dans ta gloire qu'ils aspirent au repos !

HEBERT Olivier

Fichier(s) joint(s)




#385896 Rimbaud , à ceux qui t'ont maudit

Posté par olivier HEBERT - 04 février 2021 - 12:14

L'ombre d'un grand poète plane dessus leurs têtes , ce soir une lumière pâle, éclaire la vie d'un homme qui naquit grand poète en quête d'absolu , dans un monde sans lueurs à ses yeux ingénus, qu'assez tôt il voulu repeindre à son image, aux soirs de ses ivresses, aux couleurs arabesques de ses voies dissolues , son âme irrésolue avait soif d'ailleurs, empreinte d'inconnu de Vagues libertés et des mots d'un géni éxaltant sur ses pages , ses envies, ses voyages, ses rêves et ses Mirages.
Reste la réflexion d'une destinée singulière qui pose la question du passage sur la terre, que reste t'il de nous ? qu'elle trace laisse t'on en cette vallée changeante ou fini l'existence?
Bien après les adieux , les prières à Dieu , lorsqu'enfin nous dormons là sous la froide pierre , si la postérité ne sait plus les repères , qui retiendra de nous , nos oeuvres éphémères ?

Fichier(s) joint(s)




#385607 Terre plurielle, Rêve Singulier

Posté par olivier HEBERT - 24 janvier 2021 - 09:26

J’aime à contempler les oliviers
Ils ont l'air sereins, altiers
En rangs serrés, l'écorce burinée
fixant le paysage de leur éternité,
Sur la terre de sienne, un souffle passe,
la poussière ocre colore les murs,
Tuiles romaines et jardins en terrasses ,
dans le patio ombragé quelques murmures,
Sur les créneaux des palais mauresques,
La lumière frappe brutalement,
Sidérale , coupante , dessinant des fresques,
Aux frontons , saillie et encorbellement,
Le pays d’où je viens,
est une lande verte de pluie,
ou dorment les âmes de nos anciens,
Nous laissant le gout de la liberté , de la vie,
Des fêtes nocturnes sur les places pavées
De l'encens que l’on brûle,
tous ces odeurs de la nature sacrée,
l'anis, la cannelle, d'une tasse de café qui fume ,…
Derrière la grille en fer forgé des jardins
chuchotement de l’eau dans les fontaines,
les coeurs éblouis d'espoirs des petits matins,
où les rêves s’éveillent sur des parterres fleuris,
Les horloges du temps ont soudain ralenti,
Aux clochers tintent les heures moroses,
et peu à peu les images se sont évanouies,
nous restent alors, les ocres, les verts, les mauves.
Mon voyage à prit fin avec le petit jour,
je songe à des pays nouveaux, toujours,
j'en ai retrouvé les parfums capiteux,
et sur mon oreiller les éclats subtils et lumineux..
Olivier HEBERT

Fichier(s) joint(s)




#383293 Prière de Toussaint

Posté par olivier HEBERT - 01 novembre 2020 - 12:54

Si, tous les matins de nos fêtes,
Nous chantions tous avec amour
Avec les harpes des saints prophètes
Nos prières qui sont parfaites,
s'envoleraient vers leurs séjours,

Si nous récitions nos prières
Dans le crépuscule du soir
Avec des lèvres régulières,
Avant d'allumer les lumières,
nous ne perdrions pas l'espoir,

Si les yeux remplis de beaux songes,
Nous demandions, quand vient le jour,
Au ciel qui voit tous nos mensonges
L'humble foi du pêcheur d'éponges,
qu'il nous pardonne avec amour ,

Et quand la lampe s'est éteinte,
Si nous sentions sur nos lits noirs
La caresse d'une aile sainte,
Attendant que l'Angelus tinte,
nous saurions les apercevoir,

Si l'homme s'oubliait lui-même
Pour ses frères, comme en retour
Des bienfaits du Seigneur qui l'aime,
Qui le marque de son Saint-Chrême,
et de ses saints tout le secours .

Fichier(s) joint(s)




#382792 Rien que la Mélancolie n'enlève à l'Amour

Posté par olivier HEBERT - 13 octobre 2020 - 10:10

Rien n'est plus triste, rien n'est plus beau,
que la mélancolie, les notes nostalgiques sorties de ton piano,
rien ne remplacera la douceur d'un matin calme,
même si le ciel sombre appelle quelques larmes,
sur la plaine la brume se déchire en dentelles
et la terre qui fume salue l'aube nouvelle,
rien n'est plus triste, rien n'est plus beau !
Un tendre souvenir, le frisson dans le dos,
que les mains de l'amour ont empreint sur la peau,
rien ne remplacera la douceur des beaux jours,
même si le temps s'enfuit et appelle à l'oubli,
aujourd'hui comme hier et bien moins que demain,
les yeux de la passion attireront toujours vers les joies de l'amour,
parce que rien n'est plus triste qu'une vie qui s'achève,
sans avoir une fois touché du bout des lèvres,
cette âme bienveillante que le bonheur enchante,
rien est plus beau que ce jardin d'éden ou s'étreindre à nouveau,
de croquer cette pomme et Juste en quelques mots,
se faire ces serments qui font toucher là-haut ..

                Olivier HEBERT

Fichier(s) joint(s)




#382760 Réminiscence

Posté par olivier HEBERT - 12 octobre 2020 - 07:01

Ô combiens de chansons, d'histoires sous le ciel,                                                                     

ailleurs où bien ici de mélodieux poèmes,                                                                                 

musiques enivrantes comme le vin et le miel,                                                                                    

ont éveillé nos corps et nos âmes meurtries,                                                                                           

suscitant du bonheur et apaisant les peines,                                                                                

parcourant les pensées, les années qui s'égrainent,                                                                         

les pages impromptues qui font la destinée,                                                                               

images de l'amour, parenthèses sucrées .
en vers et en douceur, pouvoir toucher son être,                                                                    

alors avec mon sang, je couche sur ma lettre,                                                                                      

les fruits d'une émotion qu'un regard a fait naitre,                                                                              

les frissons sur la peau, sur les mains, sous la plume,                                                                              

un sentiment nouveau, exhumé de la brume,                                                                                     

je vais l'esprit léger en songeant à ses lèvres,                                                                                

espérant que mes mots inoculent la fièvre,                                                                                          

ce germe de passion qui n'a point de remèdes,                                                                                               

pour les bras d'un amant au cœur noble et tremblant,                                                                                

que ces beaux yeux appellent irrémédiablement !

 

                                                       Olivier HEBERT

 

 

Fichier(s) joint(s)




#376500 Quant il ne reste que la Poésie

Posté par olivier HEBERT - 02 mai 2020 - 07:57

Et si plus rien n'a d'importance ,
j'écris quand même quelques mots,
un poème qui flotte et qui danse
dans un recoin de mon cerveau,
c'est la musique qui m'enchante,
oui ! c'est la rime qu'il me faut,
et si autour c'est le silence,
je veux chanter cet air nouveau,
parce que si rien n'a d'importance
et que la vie me fait offense,
quoi que je souffre à demi-mot,
toi poésie tu es ma chance,
douce musique, juste tempo
et de mes maux la délivrance,
ta mélodie est un cadeau !
Olivier HEBERT

Fichier(s) joint(s)




#376499 Prélude

Posté par olivier HEBERT - 02 mai 2020 - 07:47

l'aube se lève désolée, sur notre monde qui a peur,
certains s'en vont d'autres demeurent ,
bien qu'allongé dans la souffrance,
la vie s'accroche à l'espérance,
l'esprit s'envole en tous ces lieux,
ou l'histoire nous rapproche un peu,
des souvenirs et des images
imprimés sur toutes les pages,
certains s'en vont d'autres demeurent,
la pendule égraine les heures,
pourtant derrière la fenêtre,
le soleil brille et l'herbe est verte,
dans tous les yeux, dans tous les coeurs,
le temps s'enfuit, l'amour demeure !

 

Olivier HEBERT

Fichier(s) joint(s)




#376498 Un peu de Paix

Posté par olivier HEBERT - 02 mai 2020 - 07:41

Un rayon de lumière a percé les nuages,
la mer rejoint le ciel à l'horizon violet,
la nature s'éveille à l'aube d'un matin tout perlé de rosée
et de pleurs mêlés, quelques vies s'évaporent
quand vient pointer l'aurore,
début d'un jour en quête de rythmes apaisés
et de nouvelles couleurs pour peindre la journée,
habiller la noirceur des faubourgs sans soleil
et mettre dans les yeux des lueurs de merveilles,
quelques notes harmonieuses pour faire chanter les coeurs,
les âmes victorieuses !
                                          olivier Hebert

Fichier(s) joint(s)




#376497 Quelques Fleurs

Posté par olivier HEBERT - 02 mai 2020 - 07:35

QUELQUES FLEURS

je t'offre ces quelques fleurs,
amour qui fait battre mon coeur,
cet instant ou tu les reçois,
me rapproche un peu plus de toi.

La couleur de ce bouquet,
vient comme pour te rappeler,
combien tu es dans mes pensées,
chaque jour, et à jamais!

Approche ton visage d'ange,
sens le parfum de ces fleurs blanches,
la chaleur de mes baisers,
s'y est doucement imprégnée.

Aussi quand elles seront fanées,
ne les jette, préserve- les,
dans un grand livre fais les sécher,
qu'une page d'amour y soit gravée.

Et puis si je suis loin de toi,
regarde les, et n'oublie pas,
que mon coeur bat toujours pour toi,
tu es ma petite fleur à moi.

Depuis toujours dans mon jardin,
les fleurs embaument de leurs parfums,
charment mon coeur, chassent mes chagrins,
mettent du bonheur entre mes mains!

Depuis toujours fleurs, et parfums,
inspirent poètes, et musiciens,
et donnent à tous ces troubadours,
leurs plus belles pensées d'amour!

Olivier HEBERT

Fichier(s) joint(s)




#368609 la forêt

Posté par olivier HEBERT - 19 octobre 2019 - 06:51

Merci Sinziana, ainsi que Mr de St Michel ,  je suis vraiment touché par vos quelques mots sympathiques, pour les maux dont je souffre, cela va bien mieux, même si tout n'est pas encore résolu , bien à vous Amitiés !