Aller au contenu

Contenu le plus aimé


#332575 Moderniste

Posté par M. de Saint-Michel - 29 mars 2017 - 12:15

Quel est ton nom Je m'appelle Personne
Quel âge as-tu J'ai l'âge de mourir
Que cherches-tu Le sable où m'endormir
Quel rêve est tien Le bonheur qui se clone

Où fuit ton cri Au vent qui s'époumone
Que vois-tu donc Les déserts à venir
Où vont tes pas Aux affres du désir
Qui te répond L'écho seul qui résonne

Que connais-tu Mon deuil à l'horizon
D'où parles-tu Du fond de ma prison
Quel est ton choix La cendre ou la poussière

À quoi joues-tu Je joue à m'effacer
Où bat ton coeur Au noir d'un cimetière
Pourquoi vis-tu Pour un néant glacé


#300396 Un mot

Posté par FlorentM - 12 mai 2015 - 08:13

Si le mot est l’essence et le sens de la chose,

La dessinant à l’eau d’un pinceau de silence,

S’il avance à demi sous la plume et se pose

Sur un liseré d’air où mon cœur se balance,

Si le mot, c’est l’absence et le parfum de rose

De l’amour envolé sans laisser une chance,

À ses maux malheureux le destin ne s’oppose

Car le mot sans la chose est encore l’essence.




#291330 "L'enfer, c'est le froid."

Posté par M. de Saint-Michel - 01 janvier 2015 - 12:47

Terre glacée Y marcherai-je en ce jour blanc
pour traverser l'exil qui attend l'hécatombe
Le soleil désormais n'est qu'un leurre tremblant
Dois-je creuser mon coeur pour lui servir de tombe

Statue aux longs yeux noirs je te connais Tu es
le silence de marbre où le destin se cache
Depuis combien de temps suis-je prostitué
à la mort qui sourit en un siècle bravache

La bise de ma peau fait sa proie cependant
que j'avance le long des barbelés Derrière
c'est le deuil Devant l'oubli qui va rôdant
comme un loup affamé jusqu'à l'heure dernière

Neigera-t-il Peut-être En tout cas je suis nu
La femme-poésie qui toujours m'accompagne
énonce quelques mots d'un idiome inconnu
Il faudrait échapper à l'horizon ce bagne

Quel bonheur en effet survivrait au désert
Or je n'ai de chemin que celui de l'errance
le corps livré à tous les suppôts de l'hiver

Amour reste avec moi dans les sables d'absence


#362291 J'ai tant de choses à te dire

Posté par Julien Hoquet - 02 mai 2019 - 04:32

Les larmes dans tes yeux

Sont comme des étoiles

Dans le ciel

 

Tant de choses

À te dire

Tant de silence

À briser

 

J'avais soif de ces étoiles

Le comprendras-tu jamais?

 

J'ai marché au nord

Dans la toundra et la glace

Pour quérir

Mon âme sauvage

 

J'ai hurlé avec les loups

À me pulvériser le cœur

Et avec mes griffes et mes crocs

Je m'accrochais aux aurores boréales

 

Je voulais te révéler ma nuit

Et je hurlais des chansons adamantines

Au milieu des légendes Algonquines

Des cailloux pleins la bouche

Au bord d'un fleuve farouche

Avec cette langue

Étrangère à l'Amérique

Que les autres méprisaient

 

Ma mauvaise fortune

Cette pleine lune

Les comprendras-tu, enfin?

 

J'étais enragé rare

Je poursuivais l'aube

Dans le frémissement

De ton ombre mystique

Et c'est ton visage

Sur le reflet de l'eau

Que j'empaumais

Avidement

Pour le boire doucement

 

J'ai tant de choses

À te dire

Tant de silence

À briser

 

Mais par où commencer?

 

Ton visage coule

Entre mes doigts

Et le temps s'enfuit

Et je ne t'ai encore

Rien dit

 

 

 

 




#361803 Notre-Dame de Paris, ce 15 avril 2019

Posté par M. de Saint-Michel - 21 avril 2019 - 12:39

Notre-Dame dans les flammes

Le coeur saigne sur fond de braise
en grand scandale y découvre
cette passion où le Christ tombe et retombe
ces clous crevant la chair
sous le souffle mauvais du siècle
La beauté dont la peau s'arrache
pleure des larmes noires
tandis que l'esprit titube vacille chancelle
en quel fracas
Bientôt la nuit sinistrement rougeoie
fardée par les mille démons
qui hantent nos pensées

Mais des ténèbres mêmes où gésir
à même les décombres ardents
ou l'enchevêtrement des étoiles jetées bas
une croix d'or rayonne
une statue de la Vierge sourit
Un ange peut-être passe
devant qui n'en veut croire ses yeux
et monte comme flèche jusqu'aux nues
la prière collective de la France
Plus forte que les plaies d'enfer
plus forte que la mort dont se rient les gargouilles
l'espérance ouvre ses ailes

Notre-Dame dans les âmes

Fichier(s) joint(s)




#353905 La fête de Samain.

Posté par jim - 01 novembre 2018 - 03:10

Inattendus

les premiers flocons pâlissent

les chatoiements automnaux 

du puissant relief ardéchois

 

très vite la nuit polira

les hautes murailles de ce château

qui a l'après-midi durant

aiguisé mes songes imprudents

 

bientôt la nuit régnera

me rejoindra là

assis dans les herbes abreuvées

mes yeux se précipitant en contrebas

sur le piton aride et sa tour massive

 

déjà mon souffle réapparaît

roule sur les contreforts

porteur de secrets messages

 

dans mon dos

le bruissement d'un pas

ta main qui frôle mon épaule

un goulot entre mes doigts

 

du génépi

 

les silences sont des liens

 

empalés à leur puissance

nous sombrons dans nos absences

 

avec nonchalence

la neige recouvre le paisible arlequin des bois

 

convié

le passé nous rejoint

 

hélas 

des créneaux nul appel ne point

 

dis-moi compagnon

frère en innocence

vois-tu l'obscurité qui s'élance

vois-tu la fête qui commence

 

dis-moi compagnon

frère en vigilance

crois-tu comme tant d'autres

que nous patientons pour rien

 

en cette nuit de Samain

où les loups croisent les chiens

où les fous parlent de bien

où les mots retrouvent leurs chemins

crois-tu que nulle inspiration

ne comblera les ravins

 

crois-tu que nous veillerons en vain?

 

jim

 




#298637 laisse de basse mer

Posté par Escamillo Cavradossi - 17 avril 2015 - 04:51

 
 
une laisse de basse mer
 
sous les roches de l’estran
s’accrochent là des souvenirs chinois
des étrilles s’escriment et s'étripent à cœur joie
des réminiscences débullent et s’envasent
dans l’arène meuble de mes boites noires
des vers arénicoles tracent las leurs stigmates moirés
en voies ébranchées de fausses remembrances
les limons de mon âme s’incrémentent
sur les pierres abrasées
dans la lie de mon passé
le présent en calice choisit ses mensonges 
les maints songes si puissants 
fondent dans la lise
des souvenirs réels ou factices
sans avoir pris le temps du vécu
ils délirent 
dans la mouvance de mes souvenances 
en transe d’errance
ces délaissés sablés de la mer
attendent  la transhumance 
de l’ardoise magique 
la vague au loin bat la mesure 
mais le vent pousse au delà de la batture
mon regard devant
le vent vivant se lève et vante l’avenir
le vent sait que le meilleur souvenir 
est toujours à venir
 



#355097 Se taire aussi...

Posté par baccala - 22 novembre 2018 - 08:54

Nommer la poésie

Comme éxiler les mots

Sous les volutes sonores

De l’injonction verbeuse.

 

A ces terres arides

Où le sable nous murmure

Qu’il faut savoir se taire, aussi…




#353729 Sur la plage

Posté par Laurence HERAULT - 28 octobre 2018 - 07:24

                                                                       Sur la plage

 

 

                                                                                           Des tortillons grisâtres

                                                                                           Filtrés par la myriade

                                                                                           D'organismes cachés,

                                                                                           Attendant la marée,

 

                                                                                           Le sable qui divague

                                                                                           En dunes bien serrées.

                                                                                           Des goémons qui claquent

                                                                                           Lorsque nos pieds éclatent

                                                                                           Leurs capsules bombées,

 

                                                                                           Des crevettes piégées

                                                                                           Sous le creux d'un rocher,

                                                                                           Par la mer retirée...

                                                                                           Une ophiure échouée.

 

                                                                                           Des arbres sans feuillage

                                                                                           Aux branches stylisées,

                                                                                           Creusés à la surface

                                                                                           Par le reflux du sable

                                                                                           Mêlé à l'eau salée,

                                                                                           Entraîné vers le large.

 

                                                                                           Les cercles qui s'étalent,

                                                                                           De différentes tailles,

                                                                                           Qui se brisent et qui laissent

                                                                                           Leur empreinte en relief,

                                                                                           Graphisme délicat

                                                                                           Rehaussé de mica,

 

                                                                                           Sont les traces brillantes

                                                                                           Que des vagues montantes

                                                                                           Et la marée suivante

                                                                                           Ont laissées sur la grève

                                                                                           Balayée par le vent,

 

                                                                                           Bien avant que se lève

                                                                                           Le jour qui nous amène

                                                                                           À fouler cette plage

                                                                                           Semée de coquillages.

 

                                                                                           La mer en son écrin

                                                                                           Emplit de gratitude

                                                                                           Nos âmes qui ont faim

                                                                                           Du manque de nature,

 

                                                                                           Nourrit nos cœurs chagrins

                                                                                           De bouffées d'air marin,

                                                                                           Comble l'incertitude

                                                                                           Des prochains lendemains,

                                                                                           Et nous apaise enfin.

 

 

                                                                                                                     Laurence

                                                                                                                     28 octobre 2016

 

 

 




#360539 Au parc

Posté par Julien Hoquet - 17 mars 2019 - 10:45

Je me suis fait du cinéma

Assis sur ce banc public

Et ça m'a fait drôle de vous voir

En promenade dans ce tableau romantique

Par ce ciel beau comme un Magritte

Je contemplais vos cœurs de cerf-volants

S'envoler avec une pléiade de baisers

Et d'après mon scénario

Je vous entendais rêver si fort

Une petite maison bleue

Un jardin tout en fleurs

Et des rires d'enfants

Comme une ronde de bonheur

Que de rêves vous aviez

Lorsque derrière une rangée de cyprès

Vous êtes disparus de ma rêvasserie

 

Et puis, la cadence de mon cœur

S'est rythmé aux saisons surréalistes

Songeur comme une statue

Seul sur ce banc public

Les années ont défilé

À un train d'enfer

 

Et lorsqu’une vielle dame trop réelle

Est apparue

Sortant de l’allée des cyprès

Tordue comme un arbre de Mondrian

Le dos rond comme une voûte romane

Cette vieille dame brisée

Sous le poids des amours malheureuses

Me ramenait à la réalité

C'était toi

Seulette et sans amour

Comme tu l'avais toujours été

Je m'étais fait du cinéma

De toute ma vie

Je n'attendais que toi

Jaloux comme un biniou

Au chant des sirènes

Comme dans ces préraphaélites

Que tu aimais tant...

 

Aux voix lancinantes

De nos vies absentes

Nous nous croyons blessés

Avant même d'aimer