Aller au contenu





Jacques Brel, l'immortel Grand Jacques

Posté par Cyraknow, dans billets d'info et d'h... 11 avril 2020 · 84 visite(s)

Jacques Brel musique documentaire poésie
En ces temps confinés, où j'ai enfin le temps de rester un peu chez moi et de me consacrer aux mille et une choses que je n'ai jamais le temps de faire, j'ai enfin eu le loisir de me pencher sur les deux émissions suivantes dont j'avais précieusement archivé les liens.
Il s'agit de deux documentaires sur Brel, l'un visuel sur YouTube:

 
l'autre audio, sur France Culture, qui consiste en une émission regroupant une série de trois entretiens avec le chanteur, en 1967:
https://www.francecu...-23-et-30071967
 
Les deux sont des merveilles.
Celui sur YouTube est une mine d'infos. Quant à l'émission de France Culture, quel régal d'entendre la voix de Brel, tant de temps après sa mort, son phrasé, son accent... et ses idées! La technologie a parfois du bon...
 
J'ai découvert Brel à 11 ans, le 9 octobre 1978, à l'occasion... d'une interrogation écrite de phonétique. En effet, à ce moment-là, on apprenait encore l'alphabet phonétique en cours de français. Cette interro, prévue depuis une dizaine de jours, nous terrifiait tous. La professeure de français, une toute petite femme merveilleuse avec un long rideau de cheveux noirs, dont l'accent auscitain roulait les rrrr, nous donna un poème à traduire. Enfin, cela avait l'air d'un poème, avec organisation en strophes, titre en haut, nom en bas... J'en connaissais déjà beaucoup, des poèmes, et me suis dit que si je mettais en français le titre et l'auteur, je pourrais sans doute retranscrire de mémoire, et m'éviter la fastidieuse traduction phonétique / français qui m'attendait. Manque de chance, je tombais sur un texte inconnu, par un gars dont je ne connaissais que le nom. Je savais que mon père l'écoutait. un truc de vieux, quoi. Le Plat Pays, d'un certain Jacques Brel. 
Je me tapais l'interro, et fut conquise. Par ce texte, je découvrais une poésie insoupçonnée encore.
En sortant du collège, je montais dans la voiture paternelle. Mon père alluma la radio: "Nous apprenons à l'instant la mort de Jacques Brel..." Interloquée, je murmurais que c'étais l'auteur du texte de l'interro. Je ressentis un vide immense. RTL passa en boucle sa musique pendant le 24 heures suivantes. Et moi, en tailleur dans ma chambre, j'absorbais cette musique, ces paroles, ce phrasé, cet accent.
Je chipai le disque du paternel, qui se rendit compte que je l'écoutais bien plus que lui et ne me le réclama pas.
Aux Noëls et aux anniversaires qui suivirent, je demandais à la famille tous les albums de Brel. Mon peu d'argent de poche aidant, je fus bientôt à la tête d'une discographie complète, qui tournait sur ma platine à longueur de temps. Je me sentais happée par sa façon si particulière de parler des gens, de l'amour, de la désillusion... 
Depuis, Brel a fait partie de tous les moments de ma vie. C'est un ravissement toujours renouvelé de l'écouter, de le lire ou même de le réciter dans les soirées poétiques. Ses textes ourlés, ciselés, quel bonheur!
 
Voilà; petit moment de nostalgie devant ces deux documents, à voir et écouter avec délice.
 
 



Derniers billets

Rechercher dans le blog

Derniers commentaires

Au détour des méandres du web...

http://www.boetiane.com/  Notre amie Boë en ses oeuvres toujours plus baroques et époustouflantes.
https://www.laurenceherault.fr/  Le site de Laurence Hérault, de tlp. De très jolis écrits, très sensibles et justes.
ttp://poetry.about.com/. Site de poésie en anglais: métrique , histoire, compilations d'auteurs, analyses... Fabuleusement riche.
http://melthy.fr/ Le site de nos amis Flot Riant et Dragon Dé-bridé
http://leblogdescoutheillas.com/ Le blog très sympathique de Champdefaye, mêlant art (collages), littérature...
http://www.madkane.com/humor_blog/. Le blog en anglais de Madeleine Kane, entièrement en limericks
http://www.lapassion...TFOLIO&ID=6700. Et ici les poèmes de Martine. Une grande sensibilité.
 

0 utilisateur(s) actif(s)

0 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)