Aller au contenu





Depuis : Les quatre éléments du temps

Posté par claus, 24 juin 2019 · 175 visite(s)

 
Lorsque le feu du temps aura brûlé la conscience du contact des jours,
ne resteront que cendres à l'âtre de voix au théâtre ventriloqué de vie.
 
Lorsque le vent du temps aura soufflé sur les pages ouvertes des doutes,
ne restera que la couverture au titre sans auteur du livre de la vie.
 
Lorsque l'eau du temps aura noyé les poumons souples des soutes,
ne restera que le rafiot à l'île solitaire au large des océans de la vie.
 
Lorsque la terre ferme du temps ira s'effilochant en quenouilles,
ne restera que le décompte au cadran de l'horloge du globe à la mémoire de vie.
 



Source : Les quatre éléments du temps




L'intensité de votre vécu singulier -voire un brin mystique-, de la temporalité,
approche les 'éphémères' de la destinée,avec de belles expressions.

au poète,

hasia

J'ai longtemps été obligée de vivre selon un Carpe diem qui vous donne comme une espèce de sagesse, un détachement forcé, d'où ce sentiment d'éphémère. Le mysticisme m'a procuré une paix intérieure, alors que j'étais plongée dans les pires tourments.

Derniers commentaires

Catégories