Aller au contenu





Depuis : Tant que la poésie..

Posté par claus, 12 octobre 2019 · 34 visite(s)

 
Tant que la poésie s'emparera du vivant paisible, il naitra des printemps aux portes de chaque hiver mortifère parfumé de fatalité folle d'être définitive. L'émerveillé continuera à pousser jusqu'en plein été.
Tant que la poésie percera au coeur des mots fragiles dans le grand froid des verbes variables charriant l'hypocrite, il naitra des vérités stables et fières de beauté subtile. Solidité à l'incantation d'une fièvre de famine, foison de fortes tensions qui vont étayant la création de mets cultivés au sommet d'une satiété salubre d'être belle d'impitoyables rêves.
Tant que la poésie engendrera des images fortes et certaines de n'être pas sages, le ballet de l'imaginé pourra danser sur les deux pieds de la beauté en sursis;  plus de doute au détour d'une traversée de rébellion aérée d'être enfin oxygénée. Le monde pourra tenir solide sur ses assises.
 



Source : Tant que la poésie..



Derniers billets

Derniers commentaires

Catégories