Aller au contenu





Depuis : Communication

Posté par claus, 29 octobre 2019 · 40 visite(s)

 
Les malentendus pullulent, les problèmes de communication ne se comptent plus. Pourquoi tant de résistance aux paroles en bouteilles à la mer dans cet océan d'oreilles qui n'écoutent plus rien ?
Course après le temps de son smartphone branché au même monde, rotonde individuelle où l'on ne croise qu'un cercle restreint de relations en boucle.
Il n'y a presque plus de place pour accueillir l'étranger, et plus que tout, l'écouter dans un échange direct de langue franche à langue franche. On communique replié sur soi-même, l'autre en est réduit aux SMS et aux textos, bouillie mal cuite dont on reste sur la faim.
De quoi a-t-on peur ? De trop se dévoiler ? De se heurter à l'incompréhension ambiante qui exige des rapports clonés ? Des rapports pauvres comme cette société en proie à une déliquescence de vocabulaire prospère.
On ne fait que se croiser, se cogner entre deux rames de métro galère, errances SMS, la langue française en perd son latin et sa verve, paupérisation de la parole dans un monde d'intox et de surinformation : elle nous gave la tête de son froid gras.
Reste-t-il encore des mots de résistance comme écouter libre, échanger sans arrières-pensées pour le plaisir d'être ensemble et de transformer le silence en appel d'air où les rêves partagés auraient encore leur sens.
 
 



Source : Communication



Derniers billets

Derniers commentaires

Catégories