Aller au contenu





Depuis : L'oiseau

Posté par claus, 07 novembre 2019 · 31 visite(s)

 
L'oiseau ivre de vitesse, à tire-d'espace et d'ouvertures se fraye une trajectoire victoire dans le ciel; de là-haut le monde doit paraitre plus leste, preste, digeste comme une île nimbée d'écume voilure, un perchoir regard d'où le chant à la fois brut et mélodieux s'élève à nu.
L'oiseau ivre de rêves aux fronts en l'air et en mystères, se fond dans les brumes sucrées teintées d'azur; de là-haut nul piège que des battues d'ailes pour chasser mouches et graines aux gosiers affamés de dur et de sec. Rassasié, il rejoint en pointe l'alphabet des figures de style des nuées, le bec en l'air, les rêves de l'homme piéton qui résonnent en éphémère de serres au rappel d'éther.
 



Source : L'oiseau



Derniers billets

Derniers commentaires

Catégories