Aller au contenu

EP2017

Inscrit(e) : 27 févr. 2018
Hors-ligne Dernière activité : juin 07 2019 09:55

#350056 Un été 2017...

Posté par EP2017 - 25 juillet 2018 - 02:19

                                 Un été 2017
 
Ça sentait bon le sable chaud , et la fraîche senteur de violette ,
La lavande et la citronnelle, les émanations de lauriers.
Au loin, s’en allaient les bateaux , sur une mer bleue et joliette ,
Regards vers l’horizon , nos deux mains entrelacées.
 
Une maison provençale , tout au bout d’une route ,
Bordée de grands Platanes et de Genévriers.
Chaleur moite et torride , des tout premiers jours d’août ,
Impression si légère d’un retour au passé ...
 
On rattrapait le temps ... le temps d’aimer, le temps perdu.
La vie faisait offrande d’un présent délicieux.
Nous étions seuls au Monde, des amants éperdus,
Et moi , je ne vivais, seulement que pour tes yeux...
 
De villages en villages , ça chantait l’Italie .
Ensemble on rejouait , la vraie « Dolce Vita »,
Toi en Anouk Aimé , et moi Mastroianni ...
...je peux encore sentir , la douceur de tes bras ...
 
Tout n’était que beauté et pur ravissement ,
Moi je m’émerveillais de ces instants uniques .
j’aurai voulu c’est sure , décourager le temps ,
Qu’il s’arrête pour toujours, sur ces heures romantiques.
 
Je n’oublierai jamais , l’été deux mille dix-sept...
Ces heures d’une existence, qui font les souvenirs .
« La Myraflore » n’est plus, mais vivra dans ma tête ,
Comme le plus bel écrin de nos éclats de rire ...
 
 
Dn



#349854 Je ne veux plus voir la mer !

Posté par EP2017 - 21 juillet 2018 - 06:17

Exactement M,De Saint Michel ...

Laurence Merci beaucoup...




#349811 Je ne veux plus voir la mer !

Posté par EP2017 - 19 juillet 2018 - 01:05

Je ne veux plus voir la mer !
 
Je ne veux plus voir la mer ,
Son horizon partagée,
par nos seuls regards heureux ...
Sa robe bleue , uniforme,
qui se reflétait dans tes yeux,
Et son grand frémissement ,
Dans nos coeurs chavirés,
Je ne veux plus voir la mer ...
 
Je ne veux plus voir la mer ,
Son beau rivage chantant ,
La douce mélodie des amants.
Et ses vagues fuyantes ,
Va et vient langoureux ,
De tes bras qui m’entourent ,
Me protègent des vents ,
Je ne veux plus voir la mer ...
 
Je ne veux plus voir la mer ,
Ses profondeurs abyssales,
Telle la houle de nos élans ,
Spontanés et profonds .
Les plages de notre été,
Au bonheur léger et vivant !
...qui me fait encore si mal ,
Non ... Je ne veux plus voir la mer .
 
Dn



#349810 Massages

Posté par EP2017 - 19 juillet 2018 - 01:02

Quel douceur sémantique et poétique ce massage...




#349721 Avec toi...

Posté par EP2017 - 17 juillet 2018 - 08:57

Je suis heureux que ce poème vous touche autant... j’écris pour partager... et je vous remercie de vos compliments ...Merci Laurence




#349548 Mon alphabet synthétique !

Posté par EP2017 - 12 juillet 2018 - 03:52

merci...




#349535 Mon alphabet synthétique !

Posté par EP2017 - 12 juillet 2018 - 11:28

                                        Mon alphabet synthétique et poétique !
 
                                      Avec ces vingt six lettres on écrit une vie ,
                                     Et l’on raconte aussi des histoires magiques.
                                       Voici mon alphabet ,précis mais indécis ,
                                       Au parfum délicieux et fragrance poétique...
 
A comme amour ,
Présent en chacun de nous , moteur de l’âme et faiseur intemporel d’émotions ...
 
B comme bonheur ,
Une quête universelle , mais tellement difficile à entrevoir et si fragile , si éphémère ...
 
C comme couleur ,
La vie nous en fait voir de nombreuses , rose et bleu quand elle nous sourit , mais gris et noir dans un souci « d’équilibrer » un peu ...
 
D comme douleur,
Inévitable et insidieuse ... le poète est un écorché vif qui puise souvent sa plus belle inspiration dans cet état chaotique ...
 
E comme éternel,
Beaucoup de choses sont éternelles ... mais l’amour que l’on porte en soi , tout particulièrement ...
 
F comme folie,
La folie a plusieurs facettes , tantôt destructrice , agissante de façon nauséabonde sur nous même , mais elle peut aussi être génératrice de légèreté absolue devant une réalité morose ...
 
G comme grandeur ,
Celle de l’âme de chacun d’entre nous , pour être ou devenir meilleur et apprendre de nos réussites , comme de nos erreurs .
 
H comme humeur ,
Nous agissons tous en fonction de celle-ci ... une erreur d’agir comme tel ?
Sûrement, mais nous n’y pouvons rien ...
 
I comme idéal ,
L’autre , l’amour ,le boulot , les amis , les situations d’une vie ... nous tendons toujours à l’idéal avec plus ou moins de réussite .
 
J comme jalousie ,
Il y à tant à dire...la jalousie n’est pas un défaut en amour , au contraire une vraie preuve d’amour et d'attentions ... pour le reste ne pas être jaloux des autres ... appréciez votre vie et dites merci ...
 
K comme Kiffe,
Quel kiffe ce mot ! Le plus kiffant de la langue française, même si ce n'est pas vraiment du français ... le kiffe absolue quoi !
 
L comme love 
Le mot anglais le plus connu dans le monde ... universel !
Qui n’a jamais dit « i love you » lève le doigt !
 
M comme mélancolie ,
un état si... «bizarre» ... qui peut dire si la mélancolie est une bonne ou une mauvaise chose ... en tout cas,  je l’aime la mélancolie .
 
N comme nuit,
L’invitation à la méditation et au repos de l’être et de l’âme ... le terrain de jeu de tous les sentiments et de tous les rêves .
 
O comme oser,
Que vaut une vie sans oser ? Pas grand chose finalement ... alors oser ...vous réussirez ou appendrez quoi qu’il arrive ...
 
P comme pardon,
L’accorder ou le demander mais rien n’est plus important que le pardon ... pour la paix de l’âme et de l’esprit ... un vœu plus qu’un conseil ...pardonner !
 
Q comme querelle ,
Une perte de temps dans le long sillon de la vie ... se quereller un instant ... mais juste un instant pas plus !
 
R comme rêve,
Jacques Brel a dit si justement : « Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns » tout est dit ...
 
S comme souvenir,
Rien n’est plus vivant qu’un souvenir , qu’il soit triste ou merveilleux , cette présence invisible vous accompagne tout au long de l’existence ...
 
T comme temps,
Une des choses que l’on ne rattrape pas dans la vie ... alors ne pas le perdre à des futilités et autres mesquineries!
 
U comme unique ,
Je suis unique , tu es unique , il est unique ...mais chaque moment de nos vies sont personnels ... à nous d’en faire des instants uniques !
 
V comme vie,
La vie est belle et tu le sais ... alors souris lui !
 
W comme Wagon ,
Ceux de cette sale période et de nos ancêtres à ne jamais oublier...
comme le bon que l’on doit s’efforcer de prendre pour réussir sa vie ...
 
X comme le facteur X ,
l’inconnu qui toute notre existence fais pencher la balance du bon ou du mauvais côté.
 
Y comme yeux,
Ceux dans lesquels on peut se voir en grand , quand les yeux parlent le cœur écoute ...
 
Z comme zéro , 
C’est un chiffre rond mais à toi de le mettre au bon endroit pour qu’il soit toujours positif dans ta vie ...
 
                                                                              Il y tant de mots, pour raconter nos vies 
                                                                               Si vous avez aimé , écrivez les un jour                                                                                                          
                                                                               Ce sera votre alphabet précis et indécis,
                                                                     Les mots de votre histoire , rien qu'à vous... pour toujours



#348465 Luxembourg mon amour (Partie Finale)

Posté par EP2017 - 11 juin 2018 - 06:36

      Luxembourg mon amour ( partie finale )

 
Il pleut sur Luxembourg, comme il pleut dans mon cœur ,
et la rue Pierre Hentges, est désormais bien loin.
Du Kirchberg à Strassen , mes souvenirs se meurent,
et nos éclats de rire ,se perdent dans le lointain...
 
Les Rotondes ne jouent plus les mélodies joyeuses ,
ni les chants poétiques d’un printemps en couleurs.
Les pivoines ont perdu , leurs beautés harmonieuses ,
et les murs de Belair , richesses et grandeurs.
 
Au Café Bovary , les artistes sont en bernes,
ouvrages et recueils , s’empilent sans raisons.
Les complices de toujours ont bien quitté la scène ,
et de vastes nuages , en obstruent l’horizon .
 
Il n’y a plus de places, au Metropolitan ,
cet endroit fait pour nous, découvert au hasard ,
témoin de nos regards , de nos soirées tisanes ,
quand la nuit invitait , à nous coucher plus tard ...
 
Tous les amis d’hier , ont regagné leur toit...
De Bonnevoie ou de Cents , je ne les entendrai plus.
Tant aimé les connaître , faisant parties de toi ,
ils seront à jamais , de jolies entrevues ...
 
Il est l’heure maintenant de refermer le livre ,
sans jamais oublier , ces endroits de bonheur .
Continuer l’histoire , sans tes mains pour me suivre ...
Il pleut sur Luxembourg, comme il pleut dans mon coeur...
 
 
Dn



#348185 La boule à l'estomac

Posté par EP2017 - 05 juin 2018 - 03:23

            La boule a l’estomac
 
As-tu eu jour et nuit , la boule à l’estomac,
ce petit mal qui fait, la plus jolie douleur ?
Supplice privilégié des cœurs en émois,
et des âmes en peine , parfois, quand sonne l’heure .
 
Cette petite boule au ventre ,quand arrivent les instants ,
où la vie et l’amour , ne font qu’une seule idée ,
une idée du bonheur , merveilleux et chantant ,
et qui résonne en nous , quand le corps a parlé .
 
Et si elle disparaît , ne pas s’en réjouir !
La boule à l’estomac , est cet ami fidèle ,
des belles histoires d’amour , qui nous ont fait grandir ,
et des plus beaux chagrins, qui seront éternels .
 
Dn



#348077 Au milieu d'un nulle part...

Posté par EP2017 - 03 juin 2018 - 05:42

               Au milieu d’un nulle part
 
Au gré de nos images sur des routes endormies,
le temps des innocents emplis de certitudes,
se fardent en nos âmes , des lieus
ensevelis,
sous les abimes hideuses de nos pâles attitudes.
 
Foulant timidement les pierres de nos dehors,
des chemins escarpés, par la force des choses,
se muent en gémissant , les ombres de nos corps ,
d’une plaie encore béante , stigmates de nos névroses .
 
Semblable aux exilés, que la nuit accaparent ,
recherchant de partout de meilleurs visages ,
en nos rêves se figent , d’insondables brouillards ,
au milieu d’un nulle part , comme ultime paysage .
 
Dn



#347997 La procrastination des sentiments.

Posté par EP2017 - 01 juin 2018 - 08:22

           La procrastination des sentiments
 
Un jour, aimera t-il encore ? bientôt , pas maintenant,
demain peut être ,sans doute , délicate promesse ,
car enfin paisible , avec envie, comme avant ,
battra son cœur meurtri, d’une infinie tendresse ... .
 
Plus tard , ainsi l’amour reprendra son élan ,
cerné de barricades à la porte du cœur.
Un monde devenu d’un seul coup, bien plus grand ,
les ombres du naufrage , éloignées en douceur .
 
Ailleurs , sûrement ailleurs , ou qui sait , ici... ou loin.
Apaisé pour de bon , humeur désavouée ,
ressorti des décombres , blessé mais serein ,
aimera t-il à nouveau  ...sans jamais oublier ?
 
Dn



#347873 Inconsciemment

Posté par EP2017 - 29 mai 2018 - 09:49

Merci 




#347627 En pièces jointes.

Posté par EP2017 - 22 mai 2018 - 02:23

                             En pièces jointes !
 
Vous trouverez ici , en pièces jointes dans mon décor ,
Les stigmates de la vie et de grandes cicatrices ,
Nuances de gris et noir , céruses dévastatrices ,
Estampes intemporelles d’un passé qui s’endort .
 
Vous trouverez ici , en pièces jointes dans mes silences,
Les drôles de scénarios, songés en dérision ,
Fondu et contrechamp, de belles désillusions ,
Générique de fin ,sur mes impertinences .
 
Vous trouverez ici , en pièces jointes dans ma musique,
La plus douce mélodie, composée par le temps ,
Quand pianos et violons s’harmonisent un instant ,
Pour graver en nos âmes, de frissons authentiques.
 
Vous trouverez ici , en pièces jointes dans mon cœur,
Tout le bien et le mal , mensonges et vérités ,
Pour ces pluriels d’amour , d’existences tourmentées,
Tant de rires et de larmes et d’éternelles rancœurs...
 
Dn



#347457 Douleur

Posté par EP2017 - 18 mai 2018 - 05:48

Douleur
 
Douleur inconcevable du commun des mortels ,
Pétris de certitudes ,mièvres et respectueuses.
Alors que l’âme se traîne ,amenée sur l’autel ,
Des jugements barbares aux vérités douteuses .
 
Si froide comme l’hiver , qui se dresse hardiment ,
Hurlante ,se dissimule, sous son plus beau manteau,
L’amnésie impensable, suggérée par le vent ,
Sournoise et idolâtre d’un sinistre complot .
 
Prisonniers d’un cachot , où le noir est assis ,
Compagnon d’infortune à la face glaciale ,
Gémissent les souvenirs, à peine ensevelis,
Sous le poids d'un présent, perfide et infernale.
 
 
Dn



#347222 Flou...

Posté par EP2017 - 11 mai 2018 - 06:36

Flou ...
 
Et Maintenant l’oubli , dans un frisson morose ,
Mélancolie blafarde d’une pâle évidence.
La mémoire s'ingénue ,à penser autre chose ,
quand le cœur n’a de cesse ,de battre la cadence .
 
Et pourtant on s’agrippe...une lutte sans merci,
en garder rien qu’un peu , belle intuition furtive.
Vaine et douce bataille ,pour une âme meurtrie ,
encore agonisante, errante , à la dérive .
 
Les images se font floues ,les détails disparaissent ,
le temps fait son devoir d’éternel guérisseur.
Répandant sur nos jours, d’insensibles caresses,
et de vagues étreintes de sentiments trompeurs .
 
Dn