Aller au contenu

hasia Blog



Ecrire...

Posté par hasia, 13 août 2017 · 843 visite(s)

Ecrire
 
Page blanche
Graver la page
de l'insolite de l'image
Dessiner le cercle
D'un geste-impression preste
Les mots, écrire...
 
 
Créer
 
Vivre et écrire l'éventail des signes
Figures de style, géométrie fragile
Correspondances analogies
Démonstration intime...


Invisibles couleurs

Posté par hasia, 24 avril 2017 · 540 visite(s)

 
 
 
Au vertige du monde
je t'invente un visage d'eau
transparent et limpide 
tourbillons de mes pensées
île sans âge où trône la vie 
embuscades d'amour
et insomnies
sous les feux de solitude
la véhémence secrète de la nuit
impénétrable appelle la clarté
prési...


Non Identifiés **

Posté par hasia, 06 avril 2017 · 279 visite(s)

" Sur le ventre ouvert du pays
un enfant dépose une branche cendrée
est-ce le bras ou la main qui sont calcinés?
Le corps minuscule n'est qu'un visage
une lumière brève sur les lèvres
et le poids immense des regards dévastés."
Tahar Ben Jelloun, Non Identifiés, 1995.


Au coeur du poème

Posté par hasia, 11 janvier 2017 · 798 visite(s)

Traverser
cet ailleurs du rêve
 
frôler
la beauté son reflet
 
partager
la force de l'amour
 
approcher
le mystère de la vie
 
en chacun de nous
 
réédition: le 18/11/2006


Un Peu de Nuit à L'Âme...

Posté par hasia, 01 octobre 2016 · 579 visite(s)

Silence satiné
nuit profonde
au coeur
Rai alarmé
entre 
paupières closes

Panser
la blessure

Froissement de l'âme
léger
duvet soyeux d'émotion
disséminè
en la ramure de la vie
enfouie
Pousse sur le jour
en bouleverse
l'ineffable
Beauté
 


Non identifiés *

Posté par hasia, 01 octobre 2016 · 323 visite(s)

"Une plante odorante et sauvage
entre stèle et souvenir
dire le jour du funambule aux pieds légers
dire l'amour aux bras immenses que tend l'arbre au ciel
dire la neige qui ferme les paupières de ce corps oublié
face à la lumière nue
immobile"
Tahar Ben Jelloun, Non identifiés, 1995 .


Indignation et cendres...

Posté par hasia, 29 septembre 2016 · 415 visite(s)

Pourquoi?
 
"Une poussière blanche tombe sur le visage
c'est un peu du ciel qui nous ferme les yeux.
 
Dans leur chute
les étoiles perdent la lumière
elles s'écrasent dans ce désert sans faire de bruit.
Il est tard pour notre Destin
Nous arrivons toujours en retard pour vivre
mais pour mourir ils...


Résonnance...

Posté par hasia, 28 septembre 2016 · 386 visite(s)

...
 
"et si je dramatise
c'est parce qu'au fond
je suis homme de synthèse
et si je crie
comme si je ne voyais derrière moi que ruines sur ruines
c'est parce que je sais
ce qu'il en coûtera
surtout maintenant
pour mériter la parole
notre face humaine
mériter l'allégresse à venir
car...


En attendant...

Posté par hasia, 10 juillet 2016 · 571 visite(s)

Deux heures, déjà...
Une odeur de café vient frôler ma narine.
Le bruit sourd incessant des valises qui partent.
Les gens attablés au bar express semblent préoccupés.
Le voyage est-il stress insupportable?
Seule, sans but, sinon attendre.
Je ne peux pas... j'attends.
L'horloge me rappelle les minutes...


Source de poussière

Posté par hasia, 08 juillet 2016 · 419 visite(s)

Poussière enroulée dans un rai de lumière
Soupir exhalé dans un flux amer
Des airs déserts
Des vaguelettes éphémères
Le puits s'est tari
 
 
La lumière décline oblique
Et s'assoupit lentement
Alourdie de poussière
Etouffée
Le marchand de fables est pass...


"La pluie sur le ravin", Yves Bonnefoy

Posté par hasia, 02 juillet 2016 · 554 visite(s)

II
 
 
"Pluie des matins d'été, inoubliable
Clapotement comme d'un premier froid
Sur la vitre du rêve; et le dormeur
Se déprenait de soi et demandait
A mains nues dans ce bruit de la pluie sur le monde
L'autre corps, qui dormait encore, et sa chaleur.
 
 
(Bruit de l'eau sur le toit de tuile...


Sur la piste des sables

Posté par hasia, 11 juin 2016 · 417 visite(s)

Aux temples de silence
harassé de solitude
le désert
gagne
sur l'oued asséché
derrière les dunes
sous un soleil de plomb
les caravanes s'avancent
 
fourbus
les hommes et les bêtes
impatients
rêvent
l'oasis et l'eau fraîche
pour enfin apaiser
leur soif insensée...


L'ondée

Posté par hasia, 11 juin 2016 · 405 visite(s)

Sur le pavé luisant de l'avenue
les goutelettes roulent dans les flaques
les bulles s'affalent en ricochets
 
Reflets spires argentées
décidément le ciel pleure ce matin
 
Un oiseau traverse nonchalant
doucement la pluie lisse son plumage
intemporel et proche le murmure du fleuve
au berceau de ses be...


Présent

Posté par hasia, 06 juin 2016 · 394 visite(s)

Rai de lumière
sur le gris du jour
intense et douce
reviviscence
d'un temps
ensoleillé et serein
présent
au continuum d'un jour lointain
sur le chemin
 
ce chemin
 
si loin
de la clarté de ton visage
tellement loin
de Toi
28/04/2006 


Au coeur du silence...

Posté par hasia, 22 mai 2016 · 415 visite(s)

Instant
Manque de toi
Plein de Ton silence pur
Présence
Le Temps s'engouffre sous le vent
 
Brèche de lumière
Infime de Toi
Brise de plénitude
Présence
Le Temps s'engouffre sous le vent
 
Infinitude de l'âme
Respiration à vif
Solitude brûlante
Le Temps s'engouffre s...


Emmene-moi...

Posté par hasia, 18 mai 2016 · 538 visite(s)

Toi mon poète
du bout du monde
emmene-moi en ces lieux que j'aime tant
 
emmene-moi là où la lumière s'attarde encore
sur les couleurs tendres du printemps
là où l'ombre exalte le relief
là où mon âme sait retrouver
le silence de la végétation renaissante
le bruit de l'ea...


Sur la piste des sables

Posté par hasia, 13 mai 2016 · 454 visite(s)

Aux temples de silence
 
harassé de solitude
 
le désert
 
gagne
 
sur l'oued asséché
 
derrière les dunes
 
sous un soleil de plomb
 
les caravanes s'avancent
 
 
fourbus
 
les hommes et les bêtes
 
impatients
 
rêve...


Habité de soleil, le jour où un nuage fit la nuit...

Posté par hasia, 12 mai 2016 · 319 visite(s)

Un dernier regard
s'attarde
en aplomb
et
darde
son éclat de larmes
fragile esquisse
d'un sourire
en partage
aux reflets d'émotion
 
réédition, 27/ 01/ 2006


"l'inconnu"

Posté par hasia, 12 mai 2016 · 338 visite(s)

Avant de reconnaître humblement
la défaite du corps
un dernier verre
à la santé des mots
qui ont fait leurs preuves
Compagnons d'infortune
confidents amusés
de quelques joies volées à la tire
Les mots
braves et indulgents
et maintenant
perplexes
face
à ce qui se nomme
-jolim...


Où...

Posté par hasia, 11 mai 2016 · 322 visite(s)

"Je me vois
tenant la canne de l'aveugle
errant
dans une nuit sans rivages
Pourtant, j'ai confiance
Mon intuition me dit
que je suis arrivé
Où?
Je méprise la question
car mes pieds ont foulé
les abords de la source
la limite tangible
le grand seuil
où l'esprit va se retirer
délicateme...






Ma photo

Derniers billets

0 utilisateur(s) actif(s)

0 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)

Rechercher dans le blog

Derniers commentaires

Catégories